La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Benoît Fenault est décédé !

Par      • 14 Mai, 2009 • Catégorie(s): Eure  Eure   Evreux  Evreux   Haute-Normandie  Haute-Normandie    

Catherine Fenault et Jean-Yves Guyomarch m’ont annoncé ce matin une bien triste nouvelle… le décès de Benoît Fenault.
Benoît FenaultBenoît Fenault avait été secrétaire des Verts des pays d’Évreux, Avre et Iton (Sud de l’Eure) en 2007 et 2008 qu’il continuait à animer avec enthousiasme. Militant écologiste depuis 1975, ses engagements l’ont conduit à participer au développement de secteurs tels que l’économie sociale et solidaire, la culture, les droits de l’Homme, l’environnement, l’action sociale. Benoît Fenault rejoint les Verts en 1994. Candidat en 2008 aux municipales d’Évreux et aux sénatoriales de l’Eure .

Benoît éditait un remarquable blog, Champs libres. Il écrivait aussi sur le portail NaturaVox.

J’ai rencontré Benoît à deux reprises au travers du Comité départemental Europe Ecologie qu’il animait et j’ai été impressionné quant à l’authenticité de ses convictions écologistes, la cohérence de sa personnalité et aussi sa connaissance parfaite de la vie politique.

Aveugle, la mort nous arrache des gens qui nous sont chers, qui nous apportent par leur savoir, leurs expériences. Elle nous arrache avec le départ de Benoît un bout de ce que nous sommes. Il nous reste la mémoire. Il nous reste des sourires, des mots, des idées, des regards… bref tout ce qui nous constitue en tant qu’homme.

La mort de Benoît nous touche. Elle me touche.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

3 Réponses »

  1. je l’ai rencontre au moment des elections municipales.je suis d’accord sur ce que tu dis de lui.c’etait un bosseur malgrès la maladie.

  2. Je dois dire que j’ai eu la chance de cotoyer Benoît depuis de nombreuses années dans les luttes pour la dignité et les Droits de l’Homme. Un homme comme lui, on en rencontre peu dans une vie.

  3. J’aurais tant voulu parler à Benoît de tout et de rien. Très vite, à son contact, j’ai eu l’impression que nous partagions l’essentiel. C’est suffisamment rare pour s’en rendre compte dans une vie d’homme.