La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Un militant brionnais désabusé… mais toujours motivé !

Par      • 26 Nov, 2008 • Catégorie(s): Brionne  Brionne    

Lettre d’un militant socialiste quelque peu désabusé.

Le spectacle donné ces quelques jours a déçu un grand nombre d’entre nous. Rien n’est perdu parce que nous croyons en un credo fort et juste. Le militant que je suis se demande quelle peut être la place du Parti Socialiste dans une opposition à un niveau national. Je croyais en un renouveau, un changement, un blason redoré. Je n’ai vu dans ce congrès qu’une querelle de clocher, une crise d’egos sur-développés se déchirant sur les restes moribonds d’un parti déjà fort meurtri. Je ne crois plus en la possibilité d’adhérer dans un maëlstrom de voix se battant pour un semblant de pouvoir pendant que le vrai combat se déroule aux portes des salons. Je suis déçu par ces éléphants censés mener des idées et rassembler derrière eux une multitude de petites gens pour porter leurs voix en vue de défendre une société meilleure.

Je ne prendrai pas ma carte pour un parti qui va jouer un immobilisme en vue de porter aux nues des champions endormis dans une paire d’années. J’attendais beaucoup de ce vote. Je n’y entrevois que le retour de ces champions qui ont oublié la défaite du 21 avril 2002 et qui n’ont pas su faire de cette déroute une expérience et rebondir pour affronter un mal qui sommeille. Une cabale contre une personne n’a fait que raviver la flamme des courants. En lieu et place d’une marche unie pour combattre le fléau capitaliste de la crise, cela n’a été que petits ruisseaux.

Je ne suis pas telle ou telle personne, je suis libre de ma pensée. Ne pas avoir de carte me permet peut-être de garder ce libre arbitre et cet œil sur le spectacle donné par nos dirigeants.

Je suis déçu par ce congrès. Je n’attendais pas une internationale socialiste mais au moins un parti uni dans la lutte d’idéaux et non pas de parcelles de pouvoirs ou de baronnies.

Moi, Pierre HEUZE, actuellement à Brionne, j’invite tous les socialistes à ne pas oublier de faire front aux attaques. J’invite les secrétaires de section, les adhérents, les militants à continuer de croire dans un idéal de société socialiste possible. J’invite tous les gens de gauche à se réunir derrière la bannière d’un socialisme de gauche pur et réel.

Quoi qu’il arrive, la flamme du socialisme français ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

Pierre HEUZE  (inspiré par un certain de Gaulle en 1940)

Crédit photo : Fabermusic, MusicMe

Voie Militante Voie Militante

Tags :

5 Réponses »

  1. La réaction de Daniel Cohn-Bendit n’est pas fausse : « C’est drôle, le PS copie les Verts d’il y a quelques temps, ils se verdissent à toute allure » ! ;+)
    Une amie franco-portugaise m’a écrit ceci ce matin : ma famille au Portugal trouve ça grave… ça aurait eu lieu dans un petit parti mais un grand ?!
    Je comprends ta réaction Pierre.
    Après tout maintenant, Martine, Ségolène, ou Dugenou, on s’en fout, le premier secrétaire ne peut pas tout. Faisons chacun notre boulot et sur le local, il y a de quoi faire !

  2. @Pierre

    Au final, ton message me semble beaucoup plus optimiste qu’il ne peut y paraître. ;+)

  3. JE pense que, paradoxalement, cela va sûrement refédérer au niveau local. Les courants vont s’amenuiser même si rue de Solférino cela reste Ok Corral….

  4. @Pierre

    A la fois, je pense que le problème majeur reste le choix collectif que nous avons de nous abriter sous le « local ». Toute l’énergie que nous consacrons à nos élections locales, c’est autant de temps de perdu, nécessaire à la production intellectuelle.

    Pour comprendre la société, nous devons nous mettre à l’écoute des sociologues, des philosophes, des économistes. Notre compréhension est faite de représentations. Nos représentations sont obsolètes. Tel est mon sentiment profond.

  5. C’est vrai que le PS se focalise trop sur le local et de ce fait perd les élections nationales.
    Erreur que ne commet pas la droite.
    Mais nous militants ne pouvons agir que localement…
    Sauf que nous devons aller plus loin que le bout de notre rue et multiplier les initiatives, les contacts etc… pour nous faire remarquer plus haut au PS et qu’enfin ça bouge.
    C’est aussi pour ça qu’il nous faut une fédé dynamique et ouverte et pas étouffante ou castratrice.

Laisser une Réponse

*