La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le rapport de la cour des comptes sur la gestion de la ville de Brionne

Par      • 27 Jan, 2015 • Catégorie(s): Brionne  Brionne    

J’ai lu avec attention le rapport de la cour des comptes sur la gestion de la ville de Brionne. La commune de Saint-Eloi-de-Fourques fut aussi l’objet des attentions de ses « commissaires aux comptes » il y a deux ans.

Des données pas fraîches

En page 3 du rapport, le rapporteur évoque le chômage à Brionne, reprenant des données de… 2010.

Une présentation approximative, manquant de pédagogie

Le rapport de la cour des comptes sur la gestion de la ville de BrionneEn page 8, le rapporteur présente dans un tableau l’encours de trésorerie. Il parle alors de CA (pour Compte Administratif ???)et de CG (Comptes de Gestion ???), sans en préciser le sens. Il oublie de mettre en évidence le solde de la ligne de trésorerie qui est de 340 000 euros à la fin de l’exercice 2013. Il n’en explique même pas le sens !

Dans la présentation de la masse salariale en page 14, le rapporteur oublie de parler de l’explosion des « Autres rémunérations« , qui sont passées de 77 742 à 147 884 euros de 2009 à 2013 !!!

En page 25, aucune explication sur l’excédent brut d’exploitation, décrit comme étant A-B. Seul problème : si A est présenté en page 18 comme l’ensemble des produits de gestion, B reste aux abonnés absents ! Quid des dotations aux amortissements et aux provisions ?

Carton rouge

Les données sont présentées en valeurs nominales, c’est-à-dire non corrigées de l’inflation. Ça la fout mal quand il s’agit de calculer des pourcentages !

L’absentéisme ?

En page 15, le rapporteur nous explique que l’absentéisme coûte 87 615.20 euros aux contribuables de Brionne sur une masse salariale de 2 466 468.17 euros. Vous trouvez que 3.5%, c’est beaucoup ??? Eh ben, moi, je dis bravo à la municipalité de Brionne ! On aimerait avoir des taux pareils dans notre SIVOS EPBM.

De très sérieuses sources d’inquiétudes tout de même pour les Brionnais

Le rapport pointe de vraies problématiques liées à l’appauvrissement des populations et à une démographie en berne :

  • l’explosion de la dette (19 années de capacité d’autofinancement en page 29) ;
  • une pression fiscale devenue déraisonnable (page 21) du fait d’une faiblesse structurelle des revenus ;
  • la faiblesse structurelle des dépenses d’équipement par habitant (page 26).

Croyez-vous un seul instant que la ville de Brionne soit un cas isolé dans la France de ce début de XXIe siècle ? Un centre-bourg dans un canton rural qui fait du social par procuration !

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

Laisser une Réponse

*