La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Illisibilité des cantonales ?

Par      • 17 Mar, 2008 • Catégorie(s): Brionne  Brionne    

Hier soir, sur les plateaux du paraître télévisuel, personne n’évoquait les cantonales à l’exception notoire de François Hollande. Le mandat de conseiller général est la plupart du temps, sauf en milieu rural (et encore), couplé à un mandat de Maire. Le fait que l’élection cantonale se déroule en même temps que les municipales (même si ce n’est pas toujours le cas pour le renouvellement suivant) donne une prime très forte au maire-conseiller général.

Ce n’est pas un hasard si, sur le canton de Brionne, les deux candidats restés en lice appartenait tout deux au chef-lieu de canton et briguaient à des niveaux différents un mandat au niveau des élections municipales de la ville. Autrement dit, pour faire simple et pour faire court, il me semble difficile de l’emporter aux cantonales sans se présenter aux municipales du chef-lieu de canton.

Nous avions été surpris, à Brionne, de voir le nombre d’électeurs qui ne connaissaient pas, dimanche dernier, l’existence des deux scrutins. Je crains que cela ne donne du grain à moudre à la suppression des Conseils généraux telle que le prévoyait le rapport Attali. Si cette réforme devait avoir lieu (ce qui semble être le cas), il faudrait dans la foulée proposer une modification de l’élection des représentants des communautés d’agglo et de communes – en milieu rural – sur la base d’un scrutin de liste afin d’avoir de la visibilité. Les conditions de l’élection des délégués communautaires au suffrage indirect par les conseillers municipaux – qui m’ont d’ailleurs valu très intelligemment dans ma commune de ne pas être élu – font qu’il faut se poser la question de la représentation. Clairement, je ne vois pas comment les choses pourraient changer dans notre canton durant les 6 prochaines années sauf à clamer à qui veut l’entendre l’intégration du chef-lieu de canton. Sur quel périmètre ? Sur quelles bases fiscales ? Pour quels projets ? Qu’est-ce qui a changé dans ce canton à la sortie du 2ième tour des municipales et des cantonales ? Comment ceux qui, hier, n’ont pas été en capacité de bouger durant 7 ans bougeraient-ils demain ? L’immobilisme en confinant à l’illusion de l’atemporalité de nos vies est extrêmement rassurant pour la population et ses représentants. Comment dans ce cadre le monde politique peut-il peser dans un monde où l’économie a ramené le cycle Juglar à une durée de 3 ans et moins ?

En donnant une ébauche de réponse à l’empilement des structures, le rapport Attali a posé la bonne question. La surcharge administrative (communes, communautés de communes, pays, région, Europe, départements, préfecture, ministères) fait que nous avons un réel problème d’efficacité en auto-entretenant un système qui coûte de plus en plus cher à ses administrés et à ses entreprises et au final à la compétitivité de la France. Pour s’en rendre compte, il suffit de mesurer l’endettement des collectivités territoriales. Les très petits intérêts des uns et des autres mâtinés de clientélisme persistant et de népotisme rampant généralisé font que la décentralisation dans un pays d’essence jacobine et colbertiste nous amène à une panne de l’efficacité de l’action publique. Il favorise le lobbying et détrousse le politique du peu de pouvoir qui lui restait.

Pour rappel, il a fallu 9 ans pour que le projet de médiathèque de Saint Eloi de Fourques sorte de terre. Que de temps passé ! Que d’énergie de perdue ! Lors de cette expérience, j’ai tout de même rencontré l’agent d’un ministère qui gérait une enveloppe annuelle de subventions inférieure au montant de sa rémunération annuelle. Quel beau pays la France !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , ,

Les Commentaires sont clos.