La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Canton de Brionne : un renouvellement important de population !

Par      • 5 Jan, 2008 • Catégorie(s): Brionne  Brionne    

Que ce soit dans la partie est du Canton avec Harcourt, nord avec Bosrobert et Saint Paul tout particulièrement, ouest avec Bretigny et la Neuville sur Authou, sud avec Boisney et Berthouville, l’afflux constant de population exige que nous mettions à niveau nos infrastructures dans plusieurs domaines.

Le premier problème que nous rencontrons est la prévision en terme de constructions de nouvelles classes. Dans la zone Sivos Bosrobert-Malleville-Saint Paul-Saint Eloi, nous créons une nouvelle classe tous les 2-3 ans. Alors que nous comptions 70 élèves en 1998, nous accueillons désormais près de 180 enfants ! Cela signifie que, même si le taux de croissance de la population reste faible, le taux de renouvellement de la population est, lui, extrêmement élevé. La cantine de Bosrobert construite récemment (2002 ?) alors même que nous insistions, auprès de l’ancien Président de la Communauté de Communes, Pierre Zucconi, pour qu’elle soit plus grande, est aujourd’hui trop petite !

Pour l’essentiel, cette population vient du grand Rouen et de la région elbeuvienne. Elle arrive dans nos communes rurales avec l’exigence d’un haut niveau de service en matière de garderie, d’infrastructures de loisirs. Or nos budgets, du fait d’une structure de fiscalité reposant pour l’essentiel sur la taxe d’habitation, le foncier bâti et non bâti, ne nous permettent pas de répondre à cette exigence. A titre d’indication, la construction de la médiathèque, du terrain multisports de Saint Eloi, l’extension de cantine, la nouvelle classe ont été ou seront financés à hauteur de 80% grâce aux concours du Conseil général, de l’Etat et de la réserve parlementaire. Le prochain conseiller général devra travailler dur pour permettre la mise à niveau des infrastructures.

L’arrivée d’une nouvelle population exige que nous trouvions des moyens et des méthodes nouvelles pour pouvoir l’intégrer au plus vite. Evidemment, il y a l’école ! Certaines communes, hélas, n’en disposent plus. Il y a aussi et surtout la vie associative locale qu’il convient de soutenir. L’association Tic-Tac constitue, de toute évidence, un exemple à suivre et à étendre. Mélange de salariés et de bénévoles, elle permet un brassage rapide des anciens et des nouveaux. Dans nos petites communes, il faut aussi veiller à entretenir les conditions de mise en liaison de l’action de toutes les associations : clubs, comités des fêtes, comités d’anciens. L’action publique doit viser à soutenir par tous les moyens la création ou la réhabilitation de lieux de vie et d’infrastructures culturelles et sportives, véritables tremplins à ce bouillonnement associatif !

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Si ça continue la campagne sera « victime » de son succès !
    Mes amies ont goûté à la ville, mais à l’exception de deux, en sont revenues. Rien de mieux que la campagne pour élever ses enfants, mais elles sont effectivement habituées à un haut niveau de service qu’elles entendent retrouver, ce qui est rarement le cas…
    L’Etat pousse à faire des enfants mais rien n’est prévu pour eux… c’est assez logique quand on sait que Sarko veut des gosses avec des mères à la maison !!!
    J’en connais un autre qui a atteint le plein emploi en renvoyant les femmes aux fourneaux… je ne vais pas le citer, je vais encore ouvrir une polémique…