La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Faites le mur… dimanche 20 février à Bernay !

Par      • 19 Fév, 2011 • Catégorie(s): Bernay  Bernay    

Quand un véritable artiste, Bansky, tourne un film sur celui qui l’a filmé des mois durant…

Faites le mur, de BanskyLe film, Faites le Mur,  bascule lorsque Bansky découvre que le français Thierry, MBW, Mr Brainwash (le laveur de cerveau), ne sait que filmer et est incapable de donner forme à son matériau, le film qu’il extrait des ses milliers le cassettes vidéo, ne devenant qu’une bande annonce

Le français vit aux USA depuis plusieurs décennies et est l’ultime exemple de l’immigrant parti faire fortune aux USA, à LA, où il a atteint ses buts grâce à son sens aigu des affaires, ou de l’arnaque, c’est selon ;

Société de consommation. On ne pense pas, on achète, on fait la queue pour grossir les rangs des fashion victims. Monsieur Thierry ne doute de rien, ne recule devant rien et son obstination n’a d’égale que son incapacité, filmée, à analyser et  exprimer quoi que ce soit sur ses réactions où même ses émotions. Ce mutisme profond va de pair avec l’entêtement qu’il met à voir grand, produire grand et surtout vendre sans état d’âme à un public au cerveau délavé.
Bansky ne montre pas son visage, sa voix est brouillée, cet anonymat devient le signe de sa liberté. Ses peintures sur les murs de Cisjordanie, son prisonnier de Guantanamo en plein milieu de Dysneyland sont des pavés jetés à la face de la bonne conscience, ou de l’absence de conscience tout court. Sa cabine de téléphone désarticulée symbolise parfaitement le démantèlement profond de nos liens sociaux, quand les objets ne servent plus à rien mais sont objet d’un décor sans âme, quand les moyens de communication deviennent un but en soi au lieu de servir un sens.

Faites le mur, de Bansky, le dimanche 20 février au Rex à Bernay

Ce film est encore à l’affiche de la Boite à Films à Bernay dimanche soir, au cinéma Rex à 20h15, entrée à 3 euros (complément offert par l’association). Ce mois de février donne aux spectateurs une belle trilogie autour de l’art populaire : Après les rêves dansants de Pina Bausch, et  le street art vu par Bansky, un film suédois, Sound of Noise de Ola Simonsson,  nous présentera (lundi 28 février à 20h15) des musiciens qui puisent leur inspiration dans les bruits de la rue.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Les Commentaires sont clos.