La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Violences scolaires : la normandie est en bonne place selon Le Point

Par      • 1 Sep, 2006 • Catégorie(s): Divers  Divers    

Le classement des collèges et lycées dangereux établi par le Point

Nombres de faits graves recensés dans l’année scolaire 2005-2006

Dans les collèges
1. Condorcet (Nîmes) : 285 actes de violence recensés
2. Las Cazes (Montpellier) : 253 actes de violence recensés
3. Avenue des garrigues (Vergèze) : 244 actes de violence recensés
4. collège Jean Mermoz (St Laurent de la Salanque) : 168 actes de violence recensés
ex- aequo : Jean Rostand (Doullens)
5. Mont Vallot (Elbeuf) : 166 actes de violence recensés

Dans les lycées
1. Haut Val de Sèvre (St-Maixent-L’Ecole) : 108 actes de violence recensés
2. Henri Laurens (St-Vallier) : 103 actes de violence recensés
3. Ferdinand Buisson (Elbeuf) : 93 actes de violence recensés
7. Les Fontenelles (Louviers) : 73 actes de violence recensés

La ville d’Elbeuf se distingue avec son collège en 5ème position et 1 de ses lycées en 3ème. Louviers est pas mal non plus ……….. carton plein pour la normandie. J’aurais pensé pourtant que le 93 ou le 91 serait devant.

A noter que de nombreux proviseurs contestent la méthode de calcul à partir du logiciel SIGNA (les actes les plus graves sont comptabilisés de la même façon que ceux qui le sont beaucoup moins).

Les quatre objectifs du logiciel Signa
• Cibler le recensement sur la notion de violence. Seuls les faits graves sont recensés, à savoir :
– ceux dont la qualification pénale est évidente ;
– ceux qui ont fait l’objet d’un signalement à la police, à la justice ou aux services sociaux du Conseil général ;
– ceux qui, sans présenter les caractéristiques précédentes, ont eu un retentissement important dans la communauté scolaire.
• Intégrer le premier degré : pour la première fois un dispositif national permet de connaître la situation dans les écoles.
• Apporter des informations nouvelles (dans le respect des règles de protection des libertés individuelles) concernant les tranches d’âge et le sexe des auteurs et des victimes ainsi que les lieux où se sont déroulés les faits.
• Rendre les données plus fiables : à cet effet, le recensement concerne la totalité des circonscriptions du premier degré et des établissements du second degré dont il est impératif d’obtenir qu’ils renseignent ce logiciel pour chaque période de l’année scolaire (6 périodes de 2 mois), même en l’absence de tout incident

En tout cas pour Elbeuf, sa réputation est faite. Etant un ancien élève de Ferdinand Buisson, ces stats ne m’étonnent qu’à moitié. C’est l’établissement privé Fénelon qui en profitera à mon avis !

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Le fils de ma femme est à Ferdinand Buisson. L’année dernière, il s’est fait agresser. J’ai envoyé une lettre à Anne Sarrelongue, la proviseur, au commissaire principal d’Elbeuf et à la Mairie. Seul le Maire d’Elbeuf m’a répondu !!!

    Je suis un ancien elbeuvien. Je peux te dire que le contexte de la ville a bien changé. Ce que je vois, c’est que les écoles se sont ghettoïsés. La mécanique de la mixité sociale s’est cassée. J’aimais cette ville pour ça d’ailleurs.