La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Laurent Fabius « déraille » !

Par      • 6 Nov, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue   Soutien  Soutien    

Au fur et à mesure que ses chances s’éloignent, Laurent Fabius perd son sang-froid : il plaide pour « une gauche décomplexée », « une gauche qui ose être de gauche et qui ne fabrique pas une espèce de blairisme régionalisé ». « C’est la ligne du projet socialiste, le projet socialiste est socialiste et pas social-démocrate ou blairiste », a-t-il ajouté.

Quelques remarques : il a oublié le virage libéral de la gauche en 1984; il a oublié les arbitrages de Jospin sur la prime pour l’emploi, contre la cotisation patronale assise sur la valeur ajoutée, la privatisation d’Edf, la baisse de l’impôt sur le revenu, décisions auxquelles il a pris une part très active aux côtés de Dsk.

Nos amis et camarades louent les qualités de leur mentor. Manisfestement, Laurent Fabius semble avoir perdu le courage d’assumer son passé politique et sa grande ligne droite faite de zigzags permanents. Les Français attendent d’un futur chef de l’Etat qu’il soit audible, clair et cohérent !

Source : Yahoo! France actualités

A lire : Fabius, l’homme du passif

Voie Militante Voie Militante

10 Réponses »

  1. bonsoir,
    Vos gueguerres ne font pas sérieux. entre Fabius à géométrie variable, (et n’oublions pas
    que c’est le PS qui changeait de route, pas un homme seul) et une candidate qui confond
    populisme, sondages, et contenu politique, où est la différence?
    Il va falloir faire un gros travail pour convaincre de ne pas voter blanc au deuxième tour.
    Pour le vote utile au premier tour, le bourrage de crane ne va pas tarder à se metttre en route
    après vos élection internes.
    à vous de me convaincre…..bonne chance il reste 5 mois!!!
    Exemple: les jurys populaires ça veut dire quoi!!! les élection ne sont-elles pas des sanctions
    de la population: exemple le vote du TCE et depuis où sont les propositions du PS?
    à part 2 candidats sur 3 dont les idées ont été rejetées!!!

    à vous lire
    PS

  2. Vu l’intérêt réel des Français autour de notre désignation, je pense que le débat politique honore notre parti. Au delà des questions de personne, il s’agit de déterminer la méthode et les outils pour répondre aux problèmes de la société française : 17% d’intention de vote pour Le Pen contre 9% six mois avant les élections de 2002 !

    Sur les jurys citoyens – et non polulaires, j’ai expliqué sur le blog de Rénover Maintenant en quoi ils pouvaient amener un plus à notre démocratie.

    http://www.renover-maintenant.org/blog/index.php/2006/11/01/77-la-reforme-des-institutions-ne-suffit-pas

  3. Bonjour,
    c’est parti!! la machine pour le vote utile en utilisant la peur de LE PEN. Bonjour la
    démocratie et la diversité dans cette démocratie!!Le choix: Sarko la peur de la violence,
    Le Pen: la peur de l’autre, le PS la peur de la peur!! tout un programme!! peut-on
    envisager de voter positif et non comme dans les médias avec l’exploitation du sang et de
    la violence?
    Une autre approche, mais qui ne doit pas dériver vers le populisme très en vogue chez
    certaine, pourquoi une part de la population envisage de voter LE PEN, Peut-être sont-ils
    bêtes comme tous ceux qui on voté NON comme l’ont véhiculé les partisans du OUI.
    Il serait temps de se poser les bonnes questions et de chercher à y répondre autrement que
    par la notion de peur du pire.
    Salutations
    PS

  4. Vote utile ? Comme j’ai eu l’occasion de vous le dire, j’ai adhéré en octobre 2005. En 2002, je n’ai pas voté Ps au premier tour. Ce qui m’a décidé en dehors de la disqualification de la gauche en 2002, c’est que le Ps a appelé à voter OUI alors que c’était de mon point de vue un contre-sens historique. De tous les candidats à l’investiture, je suis convaincu que les réponses, la vision de Ségolène Royal sur la question européenne sont en capacité de nous permettre de relancer la construction européenne. Je partage votre point de vue sur la nécessité de se poser les bonnes questions.

    Je crois qu’il y a d’autres thèmes en dehors de la sécurité qui ont de quoi nous inquiéter : énergie, alimentation, ressources planétaires. Ces questions sont beaucoup plus sérieuses que le thème de l’insécurité que la droite – et la droite seule – instrumentalise. La réponse de Ségolène Royal à ces questions me semble ferme, sereine et adaptée à la société d’aujourd’hui.

  5. N’est-elle pas justement un peu trop adaptée à la société d’aujourd’hui, ou plutôt à l’image qu’en donnent les sondages pouor espérer qu’elle n’envisage quelque changement profond qu’il soit…Et pourtant, le NOn a gagné à l’élection sur la Constitution Européenne (contre l’avis des sondages…et de la majorité des opinions déclarées de l’époque) et les français ne sont pas vraiment satisfaits de leur présent…Et ceux qui ont dit NON n’étaient pas anti-européens mais anti-libéraux à gauche ! (contrairement à l’avis de Mme Royal)
    Si elle avait été présidente au moment du vote sur la Constitution européenne elle aurait ‘elle a etimé d’ailleurs)estimé « que les français étaient POUR » comme le prétendaient journeaux et sondages : sereine et ferme ???

    Les français de gauche (toute la gache) voteront-ils pour un PS qui ignore voire nie certains d’entre eux
    en les taxant d’extrème gauche…et sans cette gauche de la gauche ou extrême gauche, le candidat PS pourra-t’il espérre figurer sérieusement au 2° tour ??? Le fera-t’il selon vous avec les voix du Cnetre?
    Et pourquoi les centristes voteriaent-ils PS ?

  6. Aux côtés de Ségolène Royal, il y a autant de gens qui ont voté Oui que de gens qui ont voté Non ! Ce n’est pas le cas chez ses concurrents. Elle a des convictions sur l’Europe qui ne sont pas différents de la plupart des gens qui ont voté Non. Ces propos autour de la nécessaire reconquête de la démocratie et autour de la mise en oeuvre de nouveaux outils de contrôle citoyens devraient vous rassurer.

    Je ne crois pas que Ségolène Royal construise sa vision qu’elle a très largement expliqué en 2004 en fonction de l’opinion et des sondages. Elle n’est au ministère de l’intérieur à lire les sondages tous les matins sur son bureau. Je crois d’ailleurs qu’elle n’est pas trop sensible à cet aspect de la politique. Le reproche qu’il pourrait lui être fait, c’est de dissocier réflexion et action : un temps pour la réflexion; un temps pour l’action.

    Le centre n’est pas l’avenir de la gauche. Je suis, comme vous, très perplexe sur la crédibilité de nos propositions pour rassembler à la gauche de la gauche. Maintenant, il faut, sans doute, faire un distinguo entre les appareils de l’extrême gauche et leurs électeurs.

  7. Malheureusement, je n’ai pas le sentiment que les convictions de Ségolène sur l’Europe
    aient quelque-chose à voir avec une vraie réflexion sur la réaction anti-libérale des
    français qui ont porté ce vote..
    Elle me paraît sur ce sujet aussi « légère » que sur d’autres, par exemple l’entrée de la
    Turquie dans l’UE..
    Si elle reconnait un déficit démocratique, elle y voit un « espace pour la démocratie participative »
    et évoque « il faut relancer la consulattion des citoyens par exemple sur Internet.. »
    Cela ne tient aucun compte du déficit démocratique dû aux structures européennes elles-même
    puisque le parlement européen, seul organe élu, n’a qu’un rôle secondaire dans l’élaboration
    des directives européennes (le conseil des ministres est le vrai législateur et l’initiative
    des actes législatifs est réservée à la commission européenne, elle aussi non élue).
    Quant à l' »Europe par la preuve », ce n’est qu’une prise en compte de la situation actuelle
    avec de très timides améliorations évoquées..pas de smic européen, pas de directives européennes sur les services publics…rien sur Bolkenstein…et enfin pas de réelle remise en cause du statut de la
    BCE…
    Comme souvent, il n’y a pas de vraie vision politique dans son discours, juste une adaptation
    au présente : est-ce là ce que l’on attend d’un président ?
    Et est-ce ainsi qu’elle fera face dignement à un candidat de droite ?

    Dernière chose : les partisans de Ségolène Royal évoque plus facilement les gens qui la soutiennent
    que ses objectifs politiques, me semble-t’il…

    Tout cela est trop « à minioma » pour enthousiasmer un électorat selon moi..C’est angoissant
    pour le PS et son avenir…

  8. Sur l’Europe, en quoi Ségolène Royal est-elle responsable des décisions souveraines du peuple Français ? Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans l’impasse la plus totale. La vision technocrate et experte de Jean Monnet dénoncée à juste titre par Jean-Pierre Chevènement nous a emnené droit dans le mur. Que voulez-vous dire et faire ? Nous sommes dans l’impasse la plus totale.

    Ce qui me plaît fondamentalement dans Ségolène Royal, c’est son positionnement que vous n’avez manifestement pas compris. Elle prend acte de l’impasse institutionnelle en disant ce que d’autres ont dit : faisons l’Europe pour construire l’Europe politique. atitre personnel, j’ajoute : nous devons donner une accélération par des accords renforcés bilatéraux autour d’un noyau dur entre pays qui ont capacité à s’intégrer, en activant, en le retournant, le principe de subsidiarité. Je crois pour ma part à une Europe fédérale sur la base d’un noyau dur. Oui à l’Europe par la preuve !

    Sur le parlement européen, il ne décide que sur proposition de la commission. L’Europe est dans un déficit démocratique le plus complet. Le projet de TCE reconnaissait un droit de veto à la Commission.

    Sur la Turquie, c’est la seule à avoir dit la vérité : Chirac a reporté la décision de l’adhésion sur le choix du peuple français. Mais que voulez-vous qu’elle dise d’autre que ce qu’elle a dit ? D’ailleurs, quel est l’imbécile qui pourrait dire autre chose ? A titre personnel, elle s’est exprimée pour l’adhésion ! Tout le monde peut se tromper. De toute façon, ce sera extrêmement dur de la faire changer d’avis.

    NB J’ai voté non à Maastricht, non au projet de TCE. Je ne suis pas d’accord sur les conditions de l’élargissement à 15, à 25. Tout cela, c’est du passé. Je suis contre l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Je soutiens Ségolène Royal et je suis fédéraliste. Par dessus tout, en bon socialiste que je suis, j’apprécie Jean-Pierre Chevènement. Où est la contradiction ? « Le Socialisme n’est pas un dogme, ni une philosophie, encore moins une religion, c’est une méthode.  » La citation appartient à François Mitterrand. J’adhère à la méthode, à la vision et au socialisme de Ségolène Royal. Elle a un coup d’avance sur tellement de choses !!!

  9. Désolée, mais je ne vois pas où est l’avance..sinon dans un éloignement de la démocratie et de l’argumentation
    au pofit d’une politique d’opinion..
    Cela me fait songer aux problèmes par exemple d’Attac avec l’expression démocratique
    (Cf les dernières élections et leur suite dans Attac) et le développement consécutif d’un « consensus mou »
    qui, à long terme, ne va nulle part et implose..
    Cela me fait aussi songer aux textes de Pierre BOURDIEU sur ce que l’on dit moderne et nouveau..
    Ils sont encore et plus que jamais d’actualité je crois…
    En bref,en je crois qu’un chef d’état doit proposer des pistes que les citoyens acceptent
    ou refusent par le vote…non pas fluctuer au gré des opinions telles que les décrivent les instituts
    de sondage…
    Et sur l’Europe, je pense qu’un président français doit s’engager sur une refonte structurelle par exemple..
    Quant à estimer Chevènnement, je l’estime aussi, mais ne voterai pas pour lui néanmoins…puisqu’il veut
    en se présentant fractionner encore plus le camp de gauche…

  10. Utiliser le concept de modernité pour imposer une vision conservatrice, c’est ce que fait Sarkozy.

    Sur la démocratie d’opinion, plusieurs remarques. Depuis la Vième et l’émergence du pouvoir médiatique qu’a d’ailleurs su instrumentaliser De Gaulle, nier la démocratie d’opinions, c’est en revenir à la négation de la démocratie tout court. Et puis, il y a beaucoup d’hyprocrisie chez ceux qui la critiquent quand elle ne les sert pas. Quand ils sont au pouvoir, il semble s’en accomoder. D’autres ne sont que des produits médiatiques, véritables produits artificiels pour favoriser les amis politiques qui cotoient les groupes de presse.

    Nous, socialistes, avons une culture interne de la démocratie de projet. Pour ma part, je trouve d’ailleurs que les débats internes ont été très en deçà de ce que nous étions en droit d’en espérer ! Les arrangements entre amis, les négociations d’appareils ont bridé l’expression d’une véritable démocratie interne.

    Concernant Ségolène Royal et l’une de ses propositions phares relatives aux jurys citoyens, je vous invite à aller consulter l’article qui sera publié dans la rubrique Rebonds de Libération et qui, d’ores et déjà, est en ligne sur le blog de Rénover Maintenant. J’espère qu’il pourra vous donner un éclairage différent.

    http://www.renover-maintenant.org/blog/index.php/2006/11/01/77-la-reforme-des-institutions-ne-suffit-pas