La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Quand les affaires passent (encore et toujours…) avant les droits de l’Homme.

Par      • 15 Sep, 2007 • Catégorie(s): Divers  Divers    

Selon un communiqué du Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme (RAIDH) daté d’hier, Olivier Besancenot et le RAIDH vont comparaître lundi en justice.

En effet, ils sont accusés de diffamation par la société SMP Technologies (Taser France) pour avoir critiqué le pistolet à impulsion électrique Taser X26.
Selon ladite société, ils ont « dépassé les limites de la liberté d’expression », et dénigré la marque et le nom commercial « Taser ».

Le RAIDH avait critiqué ce modèle de pistolet électrique, et Olivier Besancenot avait relayé l’information, mentionnant de nombreux décès des suites de l’usage de cette arme aux Etats-Unis et au Canada.
« Le problème de ce petit pistolet, qui a l’air d’un jouet tout simple et très sympathique, c’est que ça a déjà causé des dizaines de morts aux Etats-Unis« , a-t-il déclaré sur Canal + le 2 novembre 2006.

SMP Technologies (Taser France) réclame pas moins de 61.000 euros à l’association RAIDH !

Voilà comment encore une fois l’aspect commercial passe avant tout, puisque le reproche est le dénigrement de la marque et du nom commercial et pas du tout le mensonge !
C’est à dire que cette société ne semble pas nier cette dangerosité… ce n’est pas le problème, le problème c’est que cela ait été divulgué… c’est le fric, encore et toujours le fric…

Les droits de l’Homme on s’en fout, ça ne concerne que les pauvres et les gens normaux, ce n’est pas Sarko et ses potes qui se trouveront face à ce type d’armes dans la rue !

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. Il arrive souvent à Olivier Besancennot d’avoir tord. Il lui arrive quelques fois d’avoir raison.

    Parfois, les faits nous montrent que nous avons des raisons objectives d’être de gauche.

  2. Je trouve qu’il y a beaucoup trop de tabous qui entourent cette arme.

    A mon sens, il est tout à fait possible que cette arme soit parfois meurtrière, et que la société SMP Technologies ait cherché à le cacher est également du domaine du possible.

    Mais personne n’ose manifestement parler du vrai problème sous jacent : son introduction va-t-elle déclencher chez les policiers une plus facilité à appuyer sur la gachette ? Cela renvoie à un problème de confiance vis-à-vis de l’ordre et de ses représentants, et en ce sens je ne suis pas étonné de voir le positionnement de Besancenot et de RAIDH (certes respectable mais tout d’abord emprunt de convictions et par là même d’a-prioris, ce qu’il faut signaler, avant de prétendre défendre une noble cause).

    Honnêtement, si les représentants de l’ordre ne tirent pas plus avec les Taser qu’avec leurs pistolets, je ne vois pas où est le problème, vu la dangerosité respective des deux armes, y’a pas photo… Il faudra juste être honnête dans la classification de cette arme, mais ses effets me semblent bien moins susceptibles de causer l’irréparable que l’habituel Sig Sauer, et ses balles de 9mm.

    Après il faut également réfléchir au risque de choc mortel lors de la chute de la personne visée, puisque cette arme a l’air de paralyser totalement les muscles.

  3. D’accord avec le dernier commentaire… Soulignons toutefois que l’usage du Taser sera beaucoup plus fréquent que celui d’une arme à feu et que rarissimes sont les fois où le Taser est utilisé en lieu et place d’une arme à feu.
    Rappelons également que le Taser ne remplace pas le pistolet mais qu’il vient équiper le policier d’une arme supplémentaire.
    C’est bel et bien à une tentative de censure à laquelle RAIDH est confronté. SMP Technologies, le distributeur de l’arme à électrochocs Taser demande 61 000 euros à l’association de défense des droits de l’Homme pour avoir dit tout haut ce que tout le monde sait désormais, le Taser peut être mortel. On croit rêver…
    RAIDH lance une pétition de soutien, en ligne sur son site : http://www.raidh.org.