La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Violences conjugales : une banalisation inquiétante !

Par      • 24 Mai, 2012 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

La voiture présidentielle de François Hollande est une DS5 hybride gris galéna métallisé, Arnaud Montebourg a été condamné à un euro de dommages-intérêts pour avoir publiquement injurié les anciens membres de la direction de SeaFrance, jusqu’ici le printemps a été pourri… Oui… mais, il y a bien plus important, les violences conjugales continuent de tuer, chaque semaine, et tout le monde s’en fout !

Rappelons-nous que le conflit n’est pas envisageable dans les cas d’emprise, car l’un est sous la domination de l’autre. Il n’y a donc pas de réaménagement possible…

En France, en 2008, 156 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint, selon l’Observatoire national de la délinquance. Le film qui suit, très pragmatique, rappelle ce drame.

Mais il est nécessaire de ne pas oublier qu’il n’y a pas que des femmes victimes de violences conjugales, il y a aussi des hommes ! Et là, les chiffres sont beaucoup plus difficiles à obtenir. Pas évident quand on est un grand costaud de dire qu’on a une conjointe qui fait montre envers soi de violence verbale – insultes, dénigrement systématique – de violence psychologique – harcèlement, jalousie maladive, pressions, chantage – ou encore de violence physique. La virilité en prend un coup ! Si des hommes meurent rarement sous les coups de poing de leurs conjointes, ils peuvent mourir sous leurs coups de couteau…

Et puis, plus étonnant peut-être, les violences conjugales ne tuent pas que la victime directe. En effet, une étude publiée par un cabinet spécialisé dans la prévention des violences faites aux enfants, aux adolescents et aux femmes, a estimé, qu’en 2006, sur 460 morts liés aux violences conjugales, il y avait 137 femmes, 31 hommes, 14 enfants, 46 agresseurs qui se sont suicidés et 232 victimes qui se sont suicidées.

La violence s’apprend d’abord dans la famille, dès le plus jeune âge, parfois dès la vie intra-utérine. Pour les enfants, il y a souvent une identification au parent, auteur ou victime. Ce qui va influencer leur construction, leur apprentissage, leur vie amoureuse, leur vie tout court !

Le film suivant montre très bien les différents aspects de ce problème, le déni, la reproduction du schéma familial etc…

Réagissons, tous ! Soyons vigilants, attentifs aux autres. Et en cas de doute, appelez le 3919.

Crédit photos : AGFAS ; Nature et Culture.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Une Réponse »

  1. La violence faite aux femmes est encouragée par des gens qui disent que la femme prend des coups parce qu’elle le veut bien, elle en serait même responsable.
    On peut faire d’elle un objet sexuel, en toute impunité:
    -nous avons entendu, récemment Jean-François Kahn, dire que l’affaire DSK était un simple troussage de domestique
    -nous avons entendu certains des membres du gouvernement actuel soutenir l’ami Dominique dans l’affaire du Sofitel.
    Les femmes n’oublieront jamais.

    Ne pas dénoncer des conduites déviantes ne peuvent qu’encourager les prédateurs à broyer leurs victimes.