La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La guerre des barbouzes : Rondot accuse Chirac

Par      • 9 Mai, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

Dans le Canard Enchaîné en date du 10 mai, Louis-Marie Horeau reprend un aspect de la déclaration du Général Rondot dont la presse ne s’est pas faite vraiment l’écho. Il relate l’existence d’un compte dans une banque japonaise au nom de Jacques Chirac crédité de quelques 45 millions d’euros, compte qui existerait depuis 1992 et qui aurait fait l’objet d’une passe d’armes avec Jospin.

Un peu plus loin dans sa déclaration, le général explique que les ordres concernant l’affaire ClearStream venait du plus haut sommet de l’Etat. La déclaration du Général est consultable sur Internet. Prenez le temps de la lire… Même si il ne faut peut-être pas prendre tout pour parole d’évangile, surtout émanant d’un barbouzard de la République, elle est édifiante.
Je reste convaincu que le 5 mai 2002, l’acte citoyen consistait à voter blanc ou à aller à la pêche. Mathématiquement, Le Pen ne pouvait pas gagner. On ne vote pas pour le camp adverse. Certains d’entre nous se sont peut-être un peu précipités, oubliant leur base de la mathématique élémentaire, pressés qu’ils étaient de paraître à la lumière des spots de Tf1, France 2 et France 3. Je suis , pour ma part, heureux de ne pas avoir entendu Jospin appeler à voter Chirac. Le 5 mai, je pense qu’il n’a pas pu voter pour lui. Comment a-t-on pu se tromper tous à ce point ?

A quand la VIième ? Cette République est en train de se pourrir par la tête. Attention à la réaction en 2007. Il faut que nous en tirions tous les enseignements dans notre projet. Présidentialiser ou parlementariser ?

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

2 Réponses »

  1. Moi, j’ai paniqué … je regrette ts les jours cette erreur d’appréciation mais j’avais assisté à une réunion des travailleurs sociaux des villes du Sud passées entre les mains du front national, la peur, tout simplement la peur m’a guidé !
    Désolée !

  2. Je crois que nous sommes beaucoup à être tombés dans ce piège.