La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Michel Rocard et Bernard Kouchner : des propos inacceptables !

Par      • 14 Avr, 2007 • Catégorie(s): Elections  Elections   Points de vue  Points de vue    

Les propos tenus par Michel Rocard et Bernard Kouchner à 1 semaine du scrutin sont incompréhensibles et inacceptables à plus d’un titre. Pour l’un, est-ce l’effet d’un vieillissement difficile ? Pour l’autre, est-ce le produit du mimétisme avec la girouette, autre synonyme d’andouille de vire à gauche ?

Toujours est-il que ces deux vrais-faux socialistes jettent un discrédit sur notre Parti, notre projet, notre candidate. En amenant le doute, ils ne peuvent provoquer qu’une dispersion des voix au premier tour. Nous n’avions vraiment pas besoin de cela. Si leur volonté est de faire éclater notre Parti et de faire perdre la gauche, alors disons-le simplement : ils ne s’y prendraient pas autrement ! Cette démarche n’est pas le fait du hasard. C’est celle des Gracques, des « socialistes » de Bercy, de la République des idées, de l’émission Vive la crise poussée par Kouchner, July, Christine Ockrent, Pierre Rosanvallon et Yves Montand !

Et puis, sur le fond, dire comme Michel Rocard que plus rien nous sépare véritablement avec l’Udf, c’est renier nos valeurs et oublier ce qu’est et a été l’Udf. Bayrou est viscéralement de droite. Son programme économique – le seul qu’il est développé – est profondément libéral. Exonérations de charges, heures supplémentaires sans charges… Comment, dans ces conditions, financer la protection sociale, notre régime de retraites par répartition ?

Notre projet, véritable socle du pacte présidentiel de Ségolène Royal, est avant tout un projet de transformation sociale. L’Udf a toujours été un Parti de l’ordre existant. Il est le digne représentant de la pensée du truisme, des vérités vraies instillant l’idée que la réalité est l’évidence et la vérité malgré les injustices, les inégalités sociales. La réalité, c’est que nous en faisons et nous voulons en faire. En la matière, l’Udf n’a jamais rien voulu faire !!!

Ou plutôt si… L’Udf au pouvoir, c’est la politique du franc fort en 1977 qui a détruit la compétitivité de nos entreprises, qui a ravagé notre sidérurgie, qui s’est plié aux injonctions libérales des commissaires européens. Nous nous en sommes jamais remis. Quelle perspicacité ! La gauche en 1981 en a fait les frais. Mais L’Udf, c’est aussi Charles Millon, Jean-Pierre Soisson et Jacques Blanc qui, par réalisme, se sont alliés au Front National pour gouverner les régions. C’est aussi un certain Raymond Barre, artisan de notre perte de vitesse internationale, qui a récemment encensé Maurice Papon et Bruno Gollnish.

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. Je suis entierement d’accord avec ton analyse, une partie de notre
    electorat risque d’etre déstabilisée à la suite des propos de Kouchner,
    Rocard et de ces fameux Gracques comme tu le signales dans ton article, qui
    se sont exprimés particulierement dans la presse( voir le Nouvel Obs)
    Je pense que les electeurs ancrés à gauche tendront à se distancer de ce
    parti(P.S.) qui en recherchant son electorat, ratisse un peu trop à droite
    Ces propos auraient du etre exprimés, s’il en etait necessaire,au début de
    la campagne, mais à l’heure actuelle, il est trop tard!!!!!
    Eh oui! nous aussi nous avons nos « Blanc,Millon Soisson » au P.S. , ce n’est
    pas avec ces personnes que nous batirons une societe dite de gauche

  2. J’ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net/ alors venez le voir et dite ce que vous en penser dans les commentaires pour que je l’ameliore, merci d’avance!!!!Pouriez vous mettre un lien vers mon blog s’il vous plait!!!

    Dès maintenant,mobiliser vous sur le site VOTEZ2007.COM pour faire passer Ségolène Royal au second tour de la présidentielle, depecher vous de vous mobiliser car la semaine dernière elle n’y est pas passer au second tour!!!

  3. C. Allègre vient de se joindre à la liste. A 6 jours du scrutin c’est scandaleux!
    J’y vois trois explications : 1) soit certains espèrent 1 poste ministériel si Bayrou est élu (cotoyant des membres de l’UMP puisque Bayrou veut gouverner avec tout le monde)
    2) soit ils n’ont pas digéré la désignation de S Royal et jouent les francs tireurs pour d’autres en vu de 2012
    3) soit c’est S Royal elle même qui teste, à travers eux, l’opinion publique dans 1 perspective d’alliance au second tour. Cette dernière hypothèse me semble la moins crédible au regard de la surprise affichée par notre candidate.
    S’allier aujourd’hui avec l’UDF serait 1 catastrophe pour le PS qui serait vidé de sa substance dilluée dans une force politique sans véritable relief.
    Même si le parti de Bayrou se purge par vagues successives de ses éléments les plus libéraux (borloo, douste puis plus récemment santini, robiens, weil, etc…) il n’en reste pas moins que des liens historiques forts existent encore entre UMP et UDF. Les accords aux prochaines législatives constitueront 1 épreuve de vérité où l’identité de l’UDF devra se déterminer entre devenir une force sociale-démocrate autonome ou se contenter du jeu des vielles alliances avec l’UMP. En attendant, le vote pour les présidentielles sera fait …