La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le tatouage sera le genre humain… ou pas.

Par      • 28 Déc, 2012 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

Un beau tatouage et une dent en moins ? Une relation de cause à effet ?Tout le monde n’a pas eu la chance de se faire tatouer un Modigliani dans le haut du dos.

Alors, faute de grives, nous nous éprenons désormais des « belles » images des « beaux » corps tatoués des « stars » qui déambulent devant nos « petits » écrans. C’est donc devenu une nouvelle mode. Le tatouage sera le genre humain. Et quand on demande à nos « jeunes » perdreaux les raisons qui les amènent à vouloir se faire tatouer, ils nous répondent à l’unisson : « Celui-là, trop beau… trop classe. » S’il pouvait y avoir des raisons culturelles au tatouage maori, c’est bien la bêtise d’ânes consuméristes peu dégourdis en prise au désir mimétique qui conduit manifestement à vouloir se faire tatouer ! Il y aurait donc beaucoup à dire une fois de plus quant à notre libre arbitre et à notre autonomie.

Les raisons du tatouage

Le tatouage a souvent été utilisé pour identifier les prisonniers, les esclaves et les animaux domestiques. Lorsqu’il est consenti, il indique une volonté « tribale », celle d’appartenir à un groupe, comme chez les yakuzas par exemple. C’est là tout le paradoxe d’individus qui y voient un marqueur distinctif censé les « subjectiver », alors que le tatouage ne fait que de les objectiver davantage ! « J’étais déjà ma voiture. Je suis devenu mon tatouage. » Et comme les bagnoles, aussi chères soient-elles, les tatouages sont produits en série.

Quant à la beauté supposée des tatouages, elle s’oppose à l’utilité que les personnes semblent en tirer. Et le Beau, par nature, ne peut souffrir d’aucune utilité.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

2 Réponses »

  1. @Denis

    Bel exemple de désir mimétique, il suffit de taper « tatouage » dans google actu et tu vois toutes les stars à la mode et le mot « sexy » revient très souvent.

  2. @Yann

    Je l’avais oublié celui-là. Réintégré dans l’article.

Laisser une Réponse

*