La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le FMI n’a plus aucune prise sur les dérives de la finance internationale

Par      • 30 Sep, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

L’article de Gabriel Kolko, historien, dans le Monde diplomatique, sur les fonds d’investissements spéculatifs américains ne donne pas matière à se rejouir sur les dérives des mécanismes de financiarisation du capitalisme.

La hausse spectaculaire des prix des matières premières due à la croissance économique des pays émergents a eu deux conséquences directes : l’augmentation des liquidités et l’annulation d’une grande partie de la dette (exemple de la Russie). Les transactions de change, sous l’afflux de ses liquidités, ont été multipliées par 100 en moins de 30 ans.

L’amélioration financière des pays émergents a fait une victime collatérale : le FMI. Aujourd’hui, les revenus issus des produits d’emprunt ne parviennent plus à couvrir les frais de fonctionnement du paquebot FMI. En terme d’actifs nets, la situation des Etats-Unis s’est considérablement modifiée vis à vis de ces pays qui deviennent des « créanciers de Washington ».

L’afflux de liquidités contribue à favoriser l’émergence des hedge funds. L’émergence de ces fonds de placement à risque ne laisse rien augurer de bon. Financés par l’emprunt et basés dans les îles Caïmans, ces fonds se sont fait les spécialistes du placement à risque. Autrement dit, d’un côté, profitant de la faiblesse des taux bancaires, ils empruntent et constituent un fond d’actifs très incertain sur des entreprises de plus en pus endettées.
La captation par ces fonds de l’essentiel des liquidités pose un réel problème aux Etats-Unis. Le déficit commercial américain a entraîné une élévation de la dette, passant sous l’administration Bush à 9000 milliard s de dollars. Le chiffre d’affaires quotidien des ces fonds, quant à lui, est de 6000 milliards de dollars et repose sur 1500 milliards d’actifs douteux, vendus comme étant à hauts rendements. Le « turn-over » des fonds est de plus en plus important : en 1 an, 1900 fonds sont nés alors que, dans le même temps, 575 étaient mis en liquidation. La viabilité de ces fonds censés fonctionnés sur des actifs de long terme financés est extrêmement faible. En un week-end, Amarant Advisors, l’un de ces fonds, avait perdu 60% de son capital.
Notre projet préconise l’instauration d’une taxe sur les échanges monétaires. Il est grand temps que les états et l’Europe prennent enfin conscience que les économies réelle et financière croissent sur le même rythme à long terme. L’explosion de la sphère spéculative engendrera tôt ou tard une « correction » très forte. C’est aussi l’une des raisons qui doit nous faire prendre conscience de la nécessité de maintenir nos régimes de retraite et maladie sous la forme de régimes de répartition. D’un point de vue macro-économique et micro-économique, c’est sans doute le mode de financement de la protection sociale le plus efficace.

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.