La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’école : de la lumière au bout du tunnel ……?

Par      • 6 Juil, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

Que faire après la sortie du système scolaire ? A-t-elle était bien préparée ? Aujourd’hui avec la faiblesse et les carences de l’orientation la réponse est claire : NON !

La sélection par l’orientation devient une nouvelle forme de tri dans laquelle certaines formations dites « professionnelles » continuent d’être perçues comme des filières peu prestigieuses. Or derrière l’orientation se cache une des clés de la réussite scolaire : la motivation.

En se construisant un projet, on s’approprie son destin et on réalise, de façon concrète, ce que sera fait son avenir. De cette manière, on valorise son travail en lui donnant un sens. Dans le projet socialiste, il est dit : « rendre lisible et fluide les parcours professionnels » et « proposer un véritable choix d’orientation ».

Tout cela est louable mais cela reste flou. Alors, je lance une piste de réflexion : créer en 5ème un cahier de projet que l’on tient jusqu’au lycée. Il serait suivi, au moins une fois chaque trimestre, par les conseillers d’orientation voire également par le professeur principal de l’élève et des emplois jeunes (tout cela reste à imaginer).

Des rencontres et des déplacements, sur le terrain, seraient organisés dans les milieux professionnels afin de découvrir une palette de métiers la plus large possible.

Les salons de l’étudiant c’est très bien mais cela ne permet pas d’appréhender l’ambiance et l’atmosphère de travail (ça peut sembler un peu naïf, mais je pense que les odeurs, le bruit, le visage et les discours des professionnels sur leur lieu de travail sont particulièrement parlant).

En conclusion, je suis pour l’instauration d’un projet modulable (pour n’enfermer personne trop tôt dans une voie), riche d’expérience qui motive les élèves, qui les pousse et lutte contre l’absentéisme scolaire.

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. Il y a aussi dans le projet la notion de parcours personnalisé. Le projet reste une ligne. Il définit des axes. Aujourd’hui, voté par tous les socialistes, il nous engage et engage aussi le(la) candidat(e) que nous élirons. Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à réflechir. En tout cas, nos idées et nos pensées ne se sont pas arrêtées le 1er juillet. Je crois que c’est une des raisons de l’échec de 2002.

  2. exact, le projet évoque le parcours personnalisé. C’est effectivement très bien mais si je ne m’abuse cela
    reste assez descriptif dans les objectifs à atteindre.
    En revanche, c’est 1 peu moins clair sur les moyens employés.
    Mais je suis peut être passé à côté

  3. Il faut contacter des artisans, des agriculteurs pas que le milieu de l’entreprise pour faire découvrir des savoirs-faire et leur réalité et leur demander d’accueillir des jeunes en stage pratique.
    Les copains de la Confédération paysanne ?

    Témoignage de parente : mon fils Virgile souhaite continuer ses études de philo et socio par correspondance et entreprendre une formation de tailleur de pierre … j’ai trouvé un artisan sympa pour l’accueillir dès les premiers frimas sur ces chantiers, nous règlerons ses frais d’assurance car il s’agit d’un stage sauvage (hors conventionnement) puisque à l’initiative du jeune et de sa famille. Mon fils signera une décharge de responsabilité à l’artisan.
    L’idée moteur … l’immersion ds la réalité avant d’entamer une formation de plusieurs mois et en plus qui a un coût pour la collectivité.