La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Investiture : Les militants socialistes feront leur choix en conscience !

Par      • 29 Sep, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

Jean-Jacques Urvoas, secrétaire de la Fédération du Ps du Finistère, est inquiet pour le Parti Socialiste. Autant vous le dire tout de suite : je suis inquiet pour Jean-Jacques Urvoas.

Le secrétaire du Finistère semble un nostalgique du bon vieux temps où les militants ne choisissaient pas en fonction de sondages. Il fustige le rôle des médias dans les choix des militants socialistes. Cher Jean-Jacques, je pense que vous vous  parlez du référendum de 2005. Souvenez-vous. Alors même que toutes les radios, journaux et télés nous conduisaient inexorablemet à voter Oui, les Français et les militants socialistes ont voté Non. Mais vous avez raison sur un point : les médias sont pour… Sarkozy. Les copains de Sarkozy sont une fois de plus à la manoeuvre. D’ailleurs, il n’y a pas qu’eux : le patronat français a pris fait et cause pour lui. Pour autant, je ne crois pas que vous vouliez parler de lui ! Gardez vos attaques pour nos adversaires. On va tant avoir besoin de vous !

Vous fustigez ensuite le façonnage rapide des personnages dans le monde médiatico-politique. Je pense que vous voulez parler de Ségolène Royal. Eh oui, trop occupé dans les querelles  partisanes, vous ne l’avez pas vu venir. Vous ne comprenez pas pourquoi les Français semblent la soutenir. La question devrait être renversée : pourquoi les Français ne veulent ni de Fabius, ni de Strauss-Kahn ? Pourquoi les Français n’ont-ils pas voulu de Jospin en 2002 ? Questions fort embarassantes, n’est-ce pas ?

Comme vous ne comprenez pas grand chose au phénomène Royal, vous fulminez contre ces nouveaux militants, ces militants de seconde zone à 20 euros ! Allez jusqu’au fond de votre pensée. Oui, les nouveaux adhérents veulent peser sur la décision de ce vieux parti qu’est aujourd’hui le Parti Socialiste dont les cadres ont des codes que personne ne cherche plus à comprendre tellement ils sont insignifiants ! Dans cet investissement, je vois l’envie de se réinvestir dans le champ politique que nous avons confié à des personnes qui ne nous représentent plus ou qui ne représentent que très partiellement la société française.

Votre conclusion est à l’image de l’incompréhension de ce que veulent les Français. En citant Olivier Duhamel –  « Tout converge vers l’extinction de la politique. Les électeurs ne choisissent plus un projet, mais un homme » – vous semblez oublier que toutes les élections présidentielles françaises sont sur ce mode. C’est ce qu’a voulu De Gaulle en 1958. Nous en sommes, hélas, prisonniers. Et là, je vous rejoins pour une fois.

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.