La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Faire connaissance avec la franc-maçonnerie.

Par      • 11 Mai, 2008 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue   Politique culturelle  Politique culturelle    

Etant d’origine britannique, la franc-maçonnerie fait partie pour moi des choses secrètes mais familières, dont on ne parle pas vraiment mais qu’on évoque subtilement assez souvent.

J’ai rencontré il y a peu un franc-maçon dont j’ai apprécié l’intelligence, la culture, l’humour et les convictions libertaires (s’il me lit je le salue chaleureusement) cependant j’ai été étonnée de voir dans sa belle bibliothèque, une photo accrochée au mur où l’on pouvait le voir en compagnie de ses « frères » et nous avons discuté librement du sujet.

Il est vrai que depuis plus d’une vingtaine d’années la culture du secret, si chère à la franc-maçonnerie n’est plus aussi absolue. Par ailleurs, la franc-maçonnerie « à la française » n’a pas forcément le même comportement que celle de la terre de mes ancêtres.

La plupart des gens, dont la plupart des français, ne sait pas vraiment ce qu’est la franc-maçonnerie, alors mes réflexes d’enseignantes prennent le dessus et je vais vous l’expliquer… un peu, je ne suis pas spécialiste et il faut garder une part de mystère !

C’est donc en Angleterre, au 18e siècle, que la franc-maçonnerie moderne a vu le jour. Il s’agissait de loges de compagnons maçons qui acceptèrent des membres qui ne pratiquaient pas leur métier. C’est ainsi que ces « maçons » privilégièrent le travail sur les idées par rapport à la construction matérielle et que naquit la franc-maçonnerie « spéculative » telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée.

En 1717, 4 loges se réunirent et constituèrent la première obédience : La Grande Loge de Londres. En 1723 deux pasteurs rédigèrent des constitutions fondatrices dont l’ambition était de dépasser les antagonismes religieux dont avait souffert le pays et qui posèrent les principes de liberté de conscience, de tolérance et de foi en la capacité de l’être humain à se transformer et à transformer le monde.

La démarche est d’ordre spirituel et philosophique. Elle est censée aboutir à un humanisme fondé sur le sens de la responsabilité et de l’action.

Etre franc-maçon signifie travailler et réfléchir avec les autres, dans un groupe humain. C’est une réflexion collective, bien que nécessitant d’abord un profond travail d’introspection. Ceci permet au franc-maçon de se situer dans l’univers et dans la société, afin de définir sa propre action et de s’enrichir sur le plan métaphysique.

La démarche maçonnique est à la fois enracinée dans la tradition mais est aussi tournée vers l’avenir. La franc-maçonnerie est en recherche permanente de progrès et d’amélioration individuelle et collective. On la dit « traditionnelle et progressiste ».

Il y a différentes obédiences, chacun peut y trouver sa place. Si vous pouvez toujours présenter votre candidature, ne rêvez pas trop, en général on ne va pas vers la franc-maçonnerie, c’est elle qui vient vers vous, ça se mérite !

Voie Militante Voie Militante

Tags :

9 Réponses »

  1. Sur ce que les F.’. M.’.nomment le secret d’appartenance, c’est largement une « spécificité » française de la deuxième moitié du XX siècle .
    Les visiteurs de musée du Grand-Orient, rue Cadet, à Paris, peuvent y contempler de merveilleuses montres de gousset, porcelaines et aussi de très beaux meubles qui révèlent ostensiblement les options philosophiques de leurs créateurs et de leurs propriétaires.
    S’agissant des photos de FF.’.c’est aussi une vieille tradition Maç.’.
    Si vieille que de nos jours elle peut surprendre bien des Franc-Maçons.
    Enfin,sur la démarche qui consiste pour un « profane »( une personne qui n’est pas membre de la F.’.M.’.)à venir frapper à la porte du temple( demander son adhésion) certes ,ce n’est pas le cas de la majorité des SS.’. et des FF.’. mais cependant un F.’. aussi notoire que l’ancien Grand Maître du Grand Orient de France, Alain Bauer est dans ce cas, il a été initié alors qu’il était encore un très jeune vice-président( Étudiant) de l’Université Paris1-Panthéon-Sorbonne

  2. mais c’est quoi ce truc … une secte ?
    j’ai jamais vraiment étudié le sujet …

  3. Une secte ? Pas du tout !

    Il s’agit d’une sorte de confrérie, d’un groupe de travail composé de frères et/ou de soeurs destiné à approfondir ses connaissances sur l’être humain, à améliorer sa condition, à mieux comprendre le monde et à participer à son évolution de manière positive en respectant de grands principes comme la liberté, l’égalité, la tolérance, la rigueur, la modestie…

    Rien à voir avec une secte, par ailleurs on y rentre très difficilement et on en sort quand on veut !

  4. Bonjour,
    Je fais un reportage vidéo, pour mon blog, sur la visite du Grand Maître de la Grande Loge de France, Alain Graesel, le 8 février dernier à Louviers. Il inauguration une expo sur la Maçonnerie à la médiathèque et le soir il donnait une conférence publique au grand forum. Au cours de son exposé il précisait que la Franc-Maçonnerie acceptait dans ses ateliers des Maçons, épousant, à titre personnel, toutes opinions politiques, à l’exception des partis extrêmes de droite comme de gauche..
    Que pensez-vous, Virginie, de ce positionnement?

  5. Les maçons de la GLF et ceux de la LNF disent du GO qu’ils sont des excités; les maçons du GO disent de la GLF et la LNF qu’ils sont des affairistes. Droit Humain aurait commis le crime de lèse-majesté d’accepter les femmes !

    La question est de savoir ce qui peut bien les rassembler encore.

  6. « Les partis extrêmes »,ce vocable de la vieille droite n’est plus d’usage aujourd’hui.
    Aucune des associations, qui prétendent incarner LA Maç.’. ne détiennent de vérités révélées,même si certaines cultivent à plaisir le dogmatisme et ont une propension indéniable à rejeter ce, celles et ceux qui diffèrent d’eux.
    Être le délégué du Suprême Conseil de France à la gestion des loges bleu de la G.’.L.’.D.’.F.’. ne confère au F.’.Graesel aucune qualité particulière pour dire ce qu’est ou n’est pas la F.’. M.’.
    Ses prédécesseurs, Alain Pozarnik ou Michel Barat et bien plus encore Pierre Simon, avant qu’il ne passe à l’orient éternel, sont bien plus qualifiés que le président de l’association  » Grande Loge de France » pour parler de la Réalité maçonnique.
    Un blog sur la Franc-maçonnerie:
    http://www.jlturbet.net/article-19468901.html

  7. @DENIS
    Ce qui peut rassembler les FF.’. et les SS.’. de l’orient à l’occident et sur tous les points de l’univers.
    Un secret incommunicable dit on,peut être est ce,comme au PS où nous nous opposons souvent, LA FOI EN L’HOMME ?
    Chaque membre de l’Ordre Maç.’. recherche un idéal , un temps qui fut celui du Siècle des Antonins( 97-192ap.J.-C.) ,  » Où les dieux n’étaient plus, où Dieu, n’était pas encore et où seul l’Homme était ».

  8. A José Alcala :

    Vous vous doutez de ma réponse, j’estime que toutes les opinions méritent d’être écoutées et s’il y a lieu combattues.

    Exclure certains membres de certains partis politiques me semble excessif et plutôt anti-démocratique.

  9. après lecture de tous les commentaires je n’y comprend toujours rien FF’ SS’ l’Ordre Maç.’G.’.L.’.D.’.F.’F.’.Graesel F.’. M.’. GO GLF LNF « frères et soeurs » Grand Maître du Grand Orient de France, La Grande Loge ,temple…

    « Etre franc-maçon signifie travailler et réfléchir avec les autres »
    « Rien à voir avec une secte, par ailleurs on y rentre très difficilement « !

    Donc c’est un club de réflexion qui cherche à réfléchir avec les autres sans ouvrir les porte du Grand temple de l’Ordre Maç.’..

    Ca fait un peu flipper votre truc perso je préfére l’Ordre du phoenix, Dumbledore à l’air plus cool que ce « Grand maitre de la grande loge des F’M’  »

    mais promis je vais étudier le sujet y’a un dico de fourni pour comprendre les abv° »’ ?