La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Exploiter le bois

Par      • 24 Déc, 2006 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

Notre pays est un des pays les plus boisés d’Europe. La crise de l’énergie à laquelle nous allons être confrontés exige de nouvelles réponses. L’une des réponses est de repenser, chez nous, la filière bois en s’appuyant notamment sur deux axes : le choix de plantation d’arbres à croissance rapide et la reconsitution des haies.

Les particuliers qui se chauffent au bois ne jurent que par le chêne. Le problème majeur de cet arbre est qu’il est à croissance lente. Par ailleurs, le choix de cette essence en matière de chauffage relève davantage du confort d’utilisation que de la véritable volonté de se chauffer au bois. Le chêne se consume très lentement. Une grosse bûche la nuit vous évite de rallumer votre feu le lendemain matin. Pour autant, la combustion du chêne ne génère que moins de chaleur eu égard à d’autres bois à combustion plus rapide. Ces essences ont un autre avantage : elles poussent vite.

Nous devons très rapidement inciter les particuliers et les agriculteurs à replanter les haies et à reboiser en saules, frênes, bouleaux, peupliers et sapins. Les saules et les frênes, sous les assauts des différents remembrements ont presque complètement quitter nos paysages. Or, les anciens savaient quelle était la valeur de ces arbres. Tous les trois ans, ils pouvaient couper les têtes des saules et des frênes sans avoir à les couper complètement, se procurant ainsi du bois de chauffage d’excellente qualité.

Le bois est devenu un marché extrêmement lucratif : 40 euros le stère à emporter, presque 70 euros losqu’il est livré. L’exploitation de la forêt privée, sous les coupes de plus en plus fréquentes, est en train de fondre comme neige au soleil. La pression foncière n’est pas étrangère à l’affaire. Il est urgent de repenser la filière bois et orienter les Français vers la consommation de cette énergie renouvellable.

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.