La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Affaire DSK : et si nous nous taisions ?

Par      • 29 Juil, 2011 • Catégorie(s): Points de vue  Points de vue    

L’affaire. L’affaire DSK, Diallo, Mansouret, Banon… l’affaire qui s’allonge, qui se densifie, qui se multiplie au fur et à mesure de la découverte de nouveaux acteurs, de nouvelles révélations, de nouveaux indices. Cette affaire qui phagocyte les Unes et ouvre tous les JT depuis le 15 mai dernier, est hors normes, pas tant dans les faits (l’agression sexuelle étant d’une cruelle et triste banalité malheureusement), mais dans ses conséquences, dans ses dommages collatéraux, dans son traitement médiatique, dans son impact citoyen.

Elle est hors normes, car nous la vivons en quasi direct live, sur nos smartphones (l’alerte iphone me donnant le détail du 1er repas de DSK à la prison de Rikers Island était surréaliste), sur nos écrans de télé, à la radio, sur le net… aucun espace médiatique, aucun espace citoyen n’échappe à cette déferlante. On en parle, on en débat. Avec sa famille, ses amis, au boulot, dans les endroits les plus incongrus, où le mot même de Politique était tabou. Chacun a son avis et l’exprime, avec plus ou moins de pertinence, avec plus ou moins d’habileté, avec plus ou moins de certitudes, en fonction des révélations qui gonflent et qui dégonflent les rumeurs les plus folles.

Face à cette surenchère, face à cette overdose, et si cette affaire nous incitait à un peu plus d’humilité, à un peu plus de silence.

Oui chiche, et si nous nous taisions face à une situation qui nous échappe. Oui qui nous échappe ! Qui peut prétendre maitriser les faits, en saisir toutes les subtilités, en analyser le contexte ? La justice est saisie, des enquêteurs enquêtent, des avocats plaident, des témoins témoignent, un procureur supervise. Mais qui d’autre que ces acteurs peut légitimement s’exprimer, sans jeter l’opprobre, le doute ou l’anathème ? Les médias eux-mêmes sont face à leurs contradictions, leurs limites. Exemple : Un journal New-yorkais croit savoir que Nafissatou Diallo a téléphoné à un caïd le lendemain de l’arrestation de DSK, elle lui aurait dit qu’elle savait ce qu’elle faisait, car il avait de l’argent ? Erreur de traduction apprend-on hier. Nafissatou était une sainte victime, puis une prostituée vénale, pour redevenir aujourd’hui plus crédible. Et ce n’est qu’un exemple. Un exemple de distorsion de la réalité, un exemple d’erreur manifeste d’appréciation, qui dessert la cause de la justice. Une justice qui ne peut se rendre que dans la sérénité. Une sérénité qui manque cruellement à cette affaire.

Et le volet français me direz-vous ? Là encore, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Tristane Banon s’exprime, Anne Mansouret, sa mère, aussi. Dans le quart d’heure qui suit, les propos sont démentis, souvent amplifiés et déformés, et lendemain tout recommence. C’est sans fin.  Tout va si vite, trop vite. Nous devenons tous des procureurs, des avocats, des experts en droit pénal, des psychanalystes… et j’en passe. J’ai décidé pour ma part, après avoir été pris dans ce tourbillon, de rester à ma modeste place.

Je le dis ici, j’ai eu à en discuter avec Anne Mansouret directement. Je lui ai dit combien le dépôt de plainte de sa fille, dans la foulée de la procédure new-yorkaise, pouvait jeter le trouble. Je lui ai dit combien les gens étaient incrédules, surpris, en colère, des sentiments que je comprenais. Anne m’a parlé, elle m’a expliqué, elle m’a donné quelques clés pour comprendre, et vous savez quoi, je n’en dirai rien. Par respect pour la justice, par respect envers les victimes présumées, par respect pour le sacrosaint principe de présomption d’innocence, par respect tout court !

En réalité, je ne souhaite à personne de se retrouver un jour, à la place d’Anne Mansouret, de sa fille Tristane, de DSK, de Nafissatou Diallo… et j’imagine que toutes et tous aspirent à un peu de retenue, de calme et de discernement. La justice et la vérité sont à ce prix. Beaucoup trop de personnes se sont laissées aller à commenter cette affaire, sans réelle légitimité, sans réelle plus-value non plus, certaines se sont fait piéger, d’autres ont succombé à la facilité, mais toutes gagneraient à se taire.

Parle si tu as des mots plus fort que le silence, ou garde le silence.

Euridipe

Crédit photos : Le Figaro et ainsisoisje.unblog.fr

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

10 Réponses »

  1. Vous avez parfaitement raison.
    Taisez-vous.

  2. Justement parce que la situation est extraordinaire qu’elle suscite naturellement des réactions extraordinaires aussi. A partir de là, l’affaire cesse d’appartenir exclusivement à un clan,un parti,une famille,même s’ ils se considèrent à tort ou à raison plus intellectuels que d’autres.
    J’écris souvent des billets sur DSK sans être ni un juriste ni un psychologue ni même un politicien. A partir du moment où c’est devenu une affaire publique,tout citoyen a le droit voire le devoir de s’exprimer,indépendamment de sa qualité d’analyse.S’il fallait se taire par ce que on ne maîtrise pas les tenants et les aboutissants d’une affaire,alors allons au bout de la logique et supprimons les élections démocratiques et réservons les aux élites car le peuple ignorant doit en être écarté!Je ne suis pas certain que le militant que vous êtes souhaite le retour du vote censitaire.!

  3. Se taire!!
    Quelle lâcheté quand les plus faibles sont attaqués.
    Soutien à la Communauté Guinéenne qui se bat .

  4. @Didier : Bien entendu, je suis un démocrate viscéral et un fervent défenseur de la liberté d’expression. Mais, parce que cette affaire est extraordinaire, doit-elle pour autant appartenir à tout le monde, doit-elle servir de grand défouloir médiatique ? Au risque de lire, entendre et voir tout et n’importe quoi? Tout et son contraire? On parle de tentative de viol, on parle de faits gravissimes… La justice doit passer. Et elle passera d’autant plus efficacement que l’hystérie collective qui entoure cette affaire se sera calmée. Il s’agit de ça et uniquement ça, garantissons, par nos attitudes respectives, un minimum se sérénité à la justice. Et puis au-delà, interrogeons-nous sur le super-pouvoir des médias, qui font et défont des carrières, qui bâtissent et qui détruisent des légendes, au gré de leurs humeurs et du moment.

    @Noel Levert: Excellent exemple!! Souvenez vous ces médias qui ont déboulé en Guinée, sur les traces de Nafissatou Diallo, interrogeant incrédules, des soit-disant membres de sa famille. Souvenez-vous de ces multiples soit-disant cousins, frères, amis guinéens, qui se sont exprimés, qui se sont dédits et contredits. Parce que finalement ils ne connaissaient absolument pas cette fille. Et franchement, ce mot communauté est si laid, si pervers. La communauté c’est le contraire de l’universalité. Cette valeur que nous ne défendons pas assez, au risque de voir les communautés, justement, s’affronter, comme c’est le cas, malheureusement, dans l’affaire DSK!

  5. Il ne faut surtout pas se taire.
    Nous sommes exactement dans la même situation où des personnes ayant autorité sur des enfants, les ont violés, leur ont fait des attouchements sexuels ou même pire.
    Ces personnes ayant autorité étaient souvent des édiles soutenus par le Maire de la Commune dans laquelle ils travaillaient.
    Ceux qui dénonçaient les abus sexuels étaient traînés dans la boue.
    La justice faisait son travail.
    Les enfants n’étaient pas écoutés.
    Il fallait surtout ne pas entraîner toute une hiérarchie qui était au courant et essayait d’étouffer tout.
    Tout le monde savait!!!
    Nous avons eu plusieurs histoires dans l’Eure.L’avant dernière est celle de Cormeilles.

    Seul,un homme courageux,a pris le violeur et l’a livré à la Gendarmerie.
    La parole des enfants a été libérée et, les parents des enfants,eux-mêmes ont été stupéfaits par ce qu’avaient subi leur enfants.

    Dans ces histoires,où l’un détient l’argent,le pouvoir et le travail,et où les victimes n’ont que leur parole et sont vunérables,la moindre des honnêtetés est de parler.

    Se taire est un acte lâche et calculé.

    De toute façon,avec de l’argent,on achète tout.

    Aux USA,on peut tuer sa femme et ne pas être en prison,si on est riche.

    Avez-vous pensé un seul moment,si le violeur avait été noir et la victime blanche,il serait en prison.

    Ce jugement ,DSK, ce sont les citoyens du monde qui le rendront,car, le système est corrompu.

  6. @Noel Levert : Nous avons la même envie de justice Noel. Dans mon propos, nulle remise en cause du droit des victimes. Bien au contraire. Mais, ces affaires, vous le savez sont d’une sensibilité extrême. Une fois passé le cap du tabou, une fois que la parole s’est déliée, et là bien entendu il ne faut surtout pas se taire, la justice doit faire son travail. Et rien de bon ne peut se faire dans l’hystérie. La Justice, pour être efficace, a besoin de sérénité et de calme, c’était le sens de ce billet.

    N’oublions jamais le procès d’Outreau, cet immense gâchis qui n’a pas servi la cause de la justice, encore moins celle des victimes. Plus jamais ça!!

    Pour finir, je préfère croire en la justice, celle rendue au nom du peuple. Je préfère croire qu’elle n’est pas corrompue et que la lumière viendra sur cette affaire. Je préfère me dire que nous saurons… et pour cela il faudra nous armer de patience et rester optimiste.

  7. Outreau est un cas d’école d’un jeune juge qui n’a pas fait son travail :c’est à dire recouper tous les témoignages.Il n’a pas eu la formation adéquate; les délinquants savent mener leurs interlocuteurs en bateau.Il s’est fait prendre comme un novice.

    Mais combien de personnes ,pauves,handicapées ont été abusées dans le silence le plus total,avec une complicité des encadrants?

    La pauvreté ,ajoute un manque de crédibilité .

    La justice américaine est du côté des riches.Moi,je ne me fais aucune illusion sur l’issue de ce procès.

    Ce seront les citoyens du monde qui seront finalement juges.

    Peut-être que les femmes de chambre,dans le monde, pourront obtenir une sécurité dans leur travail avec des moyens vidéo et des alertes en cas d’agression,afin d’être reconnues dans leurs témoignages.Mais là encore,c’est la victime qui devrait se justifier!!!

    Il n’y a plus de tabou sur les atteintes envers les pauvres :il n’y a que des injustices.