La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Roms : l’haleine putride de la droite française

Par      • 17 Août, 2010 • Catégorie(s): Mémoire  Mémoire    

Le démantèlement de 40 camps de Roms s’inscrit dans une bien triste tradition : celle de la stigmatisation et la persécution d’un peuple qui s’exprimât en Europe dès le milieu des années 1920  !

Un peu d’histoire

Le mot Roms signifie homme en hindi. D’après ce que nous pouvons en savoir, les Roms viendraient d’Inde. A partir  de leur groupe sanguin, Les Roms seraient apparentés aux Cingalais et aux habitants du Nord de l’Inde. Du fait de leur statut d’impur, ils auraient quitté l’Inde vers l’an 1000 après Jésus Christ et, après avoir servi Mongols et Tatars, ils auraient migré vers l’Europe progressivement. Esclaves, agriculteurs, ils se sédentarisent et il faudra attendre le mouvement abolitionniste qui secoua l’Europe vers la milieu du XIXe siècle pour qu’ils (re)deviennent nomades.

A ce jour, on compte environ 8 à 10 millions de Roms dans le Monde. 7 à 10 millions d’entre eux vivent en Europe. Les plus grands contingents de population Roms sont en Turquie, Roumanie, Espagne, France, Brésil, , Hongrie, Bulgarie, Slovaquie. La très grande majorité des Roms qui sont dans notre pays sont de nationalité française.

Les Roms, un peuple européen

Les Roms, un peuple européen

Les linguistes identifient 3 groupes distincts de Roms :

  • les Tsiganes qui peuplent l’Europe de l’Est et l’Europe Centrale ;
  • les Manouches implantés en Europe de l’Ouest ;
  • les Gitans qui vivent pour l’essentiel en Espagne et dans le sud de la France.

La persécution des Roms

Dès 1912, les Roms doivent se munir en France d’un carnet anthropométrique d’identité qui sera remplacé en 1969 par le livret de circulation. Très occupés par leurs affaires militaires, les Européens « s’intéresseront » aux Roms dans le milieu des années 1920 avec la crise où ils joueront aux côtés des juifs le rôle de boucs émissaires.

De 1926 à 1972, les Suisses pratiqueront l’internement psychiatrique et des stérilisations pour des raisons « humanitaires ». En Suède, ces pratiques eugénistes se poursuivront jusqu’en 1975. Lors de la seconde guerre mondiale, les nazis arrivés au pouvoir démocratiquement en 1933 extermineront, selon les estimations, 220000 Tsiganes. Malgré leurs origines indiennes, ils n’avaient pas cette « chance » d’appartenir à la « race » aryenne.

Avec la crise, la persécution des Roms a repris de plus belle en Europe. En 1999, en Tchéquie, la municipalité d’Ustinad Laben érige un mur pour isoler les Roms du reste de la population. En France, le 11 janvier 2006, Michel Habig, maire d’EnsisHeim, vice-président du Conseil Général du Haut-Rhin, fait brûler 14 caravanes d’un campement de Roms. Il sera condamné à 5000 euros d’amende. Deux poids. Deux mesures. En 2008, à Naples, la population brûle les camps de Roms. Après Michel Habig, Les Napolitains, suite à une tentative d’enlèvement d’un bébé par un jeune Rom de 17 ans, déclinent une version « moderne » du pogrom.

Les Roms, l’obsession d’un petit homme

Le 10 juillet 2002, le ministre de l’intérieur du gouvernement Chirac-Raffarin, Nicolas Sarkozy, déclarait déjà : « Comment se fait-il que l’on voie dans certains de ces campements tant de si belles voitures, alors qu’il y a si peu de gens qui travaillent ? » Les Roms aujourd’hui vivent pour l’essentiel de la mendicité des femmes et des adolescent(e)s, les enfants étant scolarisés dans nos écoles pour la très grande majorité d’entre eux. Quant aux hommes, ils vivent de l’activité liée au recyclage des déchets : papiers, cartons, métaux, etc. Visibles, ils échappent néanmoins à l’impôt et à la fiscalité sociale.

En avril 2005, Caroline Damiens nous montre que les perquisitions et les interpellations pratiquées les 6/3/2003, 27/3/2003, 16/4/2003, 28/4/2003, 18/11/2003, les 27/7/2004 dans des campements Roms se sont soldées, dans leur très grande majorité, par des non-lieux ! Aujourd’hui, nous ne disposons d’aucune statistique sur la sur-criminalité supposée qui serait liée à la présence de Roms sur un territoire. Et pour cause ! Sarkozy a totalement inventé la notion de « mafia roumaine ».

Cette obsession de la droite française envers les Roms s’est exprimé dans les articles 44, 53, 58, 64 de la LSI (Loi pour la Sécurité Intérieure) votée par les parlementaires français le 18 mars 2003. L’article 225-12-5 du code pénal criminalise l’exploitation de la mendicité en la définissant comme étant le fait de « tirer profit de la mendicité d’autrui, d’en partager les bénéfices ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la mendicité« .

Alors, pourquoi ?

Dans l’acharnement du pouvoir français envers les Roms, je vous renvoie, une nouvelle fois, à l’œuvre exceptionnelle de l’extraordinaire de René Girard. Transposons. Avec la crise, les riches ont gagné et la « paix » entre les vainqueurs et les vaincus ne peut se faire que sur le dos d’un… bouc émissaire.

Caroline Damiens présente d’autres hypothèses : les Roms seraient, par nature, des anti-systèmes qui expriment, par leur autonomie et aussi leur talent, une alternative au modèle dominant. Elle émet une autre hypothèse : la droite se servirait symboliquement de cette thématique pour durcir son discours sécuritaire à l’approche d’échéances électorales. C’est aussi le sentiment qu’exprime très largement la presse roumaine.

Pour ma part, j’émettrais une autre hypothèse. René Rémond  avait classé la droite française en 3 catégories distinctes :

  • la droite légitimiste ou réactionnaire dont le Front National est l’héritier direct ;
  • la droite orléaniste devenue libérale, incarnée à la fois par Villiers (qui emprunte à la droite légitimiste), par Giscard, par Balladur et par Bayrou et Marielle de Sarnez qui fut la collaboratrice d’un certain Raymon Barre ;
  • la droite bonapartiste dont on se demande si elle existe encore et qu’incarnaient le général de Gaulle, Georges Pompidou et, dans une moindre mesure, Jacques Chirac !

Les coups de menton du nouveau caudillo de la droite française nous montrent sur la question des Roms toute la porosité qui peut exister entre les légitimistes et les orléanistes. C’est d’ailleurs à l’occasion du vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain et de la politique de collaboration qu’elle s’est illustrée cruellement dans notre pays.

A l’approche de 2012, assistons-nous à la répétition du scénario de 1940 et de la fusion des droites dont le mouvement semble avoir été initié par la création de l’UMP le 17 novembre 2002 ? L’OPA jetée sur l’électorat du Front National à l’occasion des élections de 2002 et 2007 semble s’inscrire dans un changement profond de la nature de la droite de gouvernement française. Pour faire court et simple, ça pue !

Crédit photos : Timbres et lettres, Herodote, Le Monde Diplomatique

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

11 Réponses »

  1. Beau travail ! Pédagogue, sobre et réaliste.
    Il est fort utile de rappeler ce que sont les Roms.
    Les difficultés des Tinkers irlandais à s’intégrer dans leur pays sont aussi très importantes et leur situation est bien triste…
    Ta conclusion fait froid dans le dos, tellement elle est vraie !

  2. Pour mémoire, je rappelle que l’ex Madame Sarkozy s’appelle Cécile María Sara Isabel Ciganer et que son père est à moitié tzigane ! Tirez-en les conclusions que vous voulez…

  3. Réussir à faire en sorte que, dans l’opinion au sens large, le terme « rom » arrive à faire passer le statut de tous les nomades ou semi-nomades de « voleurs de poules » à facteur d’insécurité voire à criminels potentiels restera un petit exploit savamment orchestré par les marketeux de la sarkozie.
    Réussir à faire en sorte que dans les médias, heure après heure, pendant des semaines, on relate avec une neutralité de ton qui confine au mépris, le déroulement des opérations de « rapatriement » des « roms », alors que ces mêmes opérations ont lieu plusieurs fois par an depuis des années dans la plupart des pays européens et dans le silence le plus absolu n’en est pas moins remarquable.
    Sommes-nous tombés si bas ?

  4. @eguor

    Pendant ce temps, plus aucune info sur Eric Woerth. Exit le débat sur les retraites.

    Restent quelques médias heureusement : Rue89, Bakchich, le Monde Diplomatique. Aucun d’entre eux ne figure toutefois dans les pages de Google News !

    -> http://www.google.fr/search?hl=fr&tbs=nws%3A1&q=eric+woerth

  5. Oui merci pour ce bel article qui remet pour ma part certaines idées en place, et aussi délicat que soit le sujet, des mesures aussi graves que celles qui sont prises actuellement ne devraient pas être aussi brutale,

  6. Il ne faut pas oublier non plus que pendant la Première guerre mondiale, la France a interné les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest de 1915 à 1918!
    @ Virginie, il n’y a pas que Cécilia qui est d’origine tsigane. Sarkozy est également un nom typiquement rom.

  7. Il ne faudrait pas oublier le décret du 06 avril 1940 interdisant aux roms de se déplacer et obligeant les préfets à les parquer sur un terrain (camps de concentration grillagés)
    Je pense que nous devrions utiliser ce décret aux profit des roms en le prenant au pied de la lettre pour exiger des terrains municipaux où ils pourraient s’installer.

    Aujourd’hui un préfet chasse un couple qui vit dans une yourte sur son propre terrain ,donc propriété privée. C’est aberrant.
    Je mets cela au même niveau que Monsanto qui a proposé une loi pour interdire les jardins potagers. Une telle absurdité prêterait à rire si ces idées ne faisaient pas partie du même packaging fachiste pour tuer le vivant, le différent l’altérité.
    Dans nos rapports nous avons à faire à une identification au même ou à l »autre. Certains rejettent ce qui est comme eux car ils ne supportent pas de se voir en miroir et d’autres rejettent ce qui n’est pas comme eux car ils se sentent menacés par l’altérité.

    En tout cas il y a du boulot de résistance et de propositions et ne laissons pas DSK prendre le relais.

    Je vois que tu aimes René Girard; je travaille actuellement « la victime » dans son oeuvre.
    Continue de m’envoyer tes liens car je ne vais pas spontanément sur ton blog.
    Et si on parlait du Front de gauche comme alternative à ces eurosécoloslibérauxcapitalistesentreprenairesmanagériaux.?

    .