La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Raymond Aubrac, le CNR et le MEDEF

Par      • 12 Avr, 2012 • Catégorie(s): Mémoire  Mémoire    
Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, né le 31 juillet 1914 à Vesoul et mort le 10 avril 2012, etait un résistant français durant la Seconde Guerre mondiale.Il est connu pour s’être engagé dans la résistance avec son épouse Lucie Aubrac dès 1940.

C’était un homme courageux avec une rigueur morale !

Il a fait partie de la génération du programme du Conseil National de La Résistance (CNR).Il fut cosignataire le 10 mars 2004 en compagnie d’autres anciens résistants, d’un document commémorant l’adoption du programme du CNR, avec pour mot d’ordre :
« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

Sa mort arrive à un moment symbolique, car depuis quelques années, il y a une volonté politique certaine, assumée et même affirmée, de détruire les avancées sociales mises en place par le CNR.

Denis Kessler en 2007, alors vice président du MEDEF :

« Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… À y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! » (source wikipedia)
(l’article complet sur contreinfo.info )

 Les choses on le mérite d’être claires non ? C’est clairement un choix politique que l’on nous impose.

Dans la vie, vous savez, il n’y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard”. R. Aubrac (source LeMonde.fr 11/04/2012)

Crédits photos : static.lexpress.fr/medias/ , enmemoiredelaresistance.unblog.fr, Mémorial de Caluire

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Une Réponse »

  1. Il nous reste beaucoup de choses à faire, alors que certains se distraient à tout détricoter. L’une des dimensions qui manquait au programme du CNR était l’écologie. Les préoccupations n’étaient alors pas les mêmes. Aujourd’hui, tout se mélange : raréfaction des ressources, hausse du coût de l’énergie, pauvreté, …

Laisser une Réponse

*