La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

François Mitterrand, l’homme qui saccagea l’idée de la gauche !

Par      • 3 Mai, 2011 • Catégorie(s): Mémoire  Mémoire    

Alors que la ville de Val de Reuil s’apprête à célébrer le trentenaire de la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981, il serait temps pour les tontondolâtres de se souvenir à quel homme nous avions affaire.

François Mitterrand était un homme contrasté, complexe, à la culture immense. Face à la maladie, il fut d’un courage exemplaire. Son apport dans la construction européenne fut, avec De Gaulle et Giscard, l’un des plus déterminants sous la Ve République. Et pourtant…

L’Algérie française

Comment s’empêcher de penser qu’il fut le partisan zélé de l’Algérie française, déclarant du haut de la tribune de l’Assemblée Nationale le 12 novembre 1954 : « L’Algérie c’est la France ! Et qui d’entre vous, Mesdames et Messieurs, hésiterait à employer TOUS LES MOYENS pour préserver la France ? Tout sera réuni pour que la force de la nation l’emporte en toute circonstance. C’est vers les leaders, vers les responsables qu’il faudra orienter notre RIGOUREUSE RÉPRESSION ». Je n’admets pas de négociations avec les ennemis de la Patrie, la seule négociation, c’est la guerre. » C’est sous son ministère que 45 nationalistes du FLN furent guillotinés.

Des amitiés particulières

Fidèle à son jeune passé politique qui l’amena à manifester en 1935 aux côtés de l’Action Française, il fera fleurir la tombe du maréchal Pétain en 1984, 1985 et puis de 1987 à 1992. On pourrait évoquer l’attentat de l’observatoire de 1959 et ses relations avec l’extrême-droite française. On pourrait encore évoquer son amitié particulière avec un certain René Bousquet. François Mitterrand était un personnage glauque.

Une présidence exemplaire ?

Mais, ce que l’on peut reprocher à François Mitterrand, c’est la manière avec laquelle il s’est coulé dans le rôle de monarque, lui qui, auparavant, avait dénoncé le coup d’état permanent du général De Gaulle. De son passage à l’Élysée, nous retiendrons sa grande incompétence en économie qui l’amena, contre Rocard, à nationaliser les entreprises à 100% épuisant les ressources de l’Etat, là où 30% pouvait suffire à les contrôler. N’oublions pas non plus le Rainbow Warrior, les écoutes de l’Elysée, la mobilisation des moyens de la République au service de sa fille Mazarine et, très involontairement, au service de son ami Roger-Patrice Pelat ! Rongé par  la maladie de 1993 à 1995 qu’il cacha aux Français dès 1981, il serait difficile d’établir le moindre bilan de son action sur cette période, tant il brilla par son absence.

Si, pour certains, François Mitterrand, ce sont les 39 heures, la retraite à 60 ans et surtout l’abolition de la peine de mort conduite contre vents et marées par Robert Badinter, il est surtout l’homme qui a complètement saccagé l’idée de la gauche dans notre pays. Il l’aura construite et utilisée dans son propre intérêt.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

8 Réponses »

  1. Au Moyen Âge – ce Moyen Âge dont vous vous félicitez un peu vite d’être sorti – il arrivait de temps en temps que l’on déterre un cadavre pour le faire passer en jugement. Une fois q’on l’avait condamné, généralement on le démembrait avant de le brûler, pour l’édification du bon peuple.

    C’est exactement ce que vous venez de faire, bravo.

  2. Ah ben merde alors

  3. Bien évidement F. Mitterrand et ses gouvernements successifs ne sont pas allé assez loin pour tous ceux qui attendaient l’arrivée de la gauche au pouvoir. Mais n’étions pas un peu (beaucoup ?) exigeants ?
    Mitterrand tout du moins dans un premier temps a apporté beaucoup. Personne ne peut le nier. On aurait pu ajouter
    – la revalorisation du SMIC, l’ISF, le RMI…
    – Les nationalisations de certaines choses auraient pu nous éviter bien des malheurs ces dernières années si on n’avait pas entre temps vendu les bijoux de famille
    – 5° semaine de congés, 39 h, retraite à 60 ans
    – fête de la musique, radios libres (OK, ca c’est une bêtise…), Musée d’Orsay, le Louvre

    Pour certains, ces quelques exemples sont faibles pour 2 septennats, mais certaines choses ont été très structurantes pour la suite.

    Alors oui effectivement certaines choses à titre personnel sont peut être peu reluisantes, mais on peut être un homme d’état et incarner parfaitement la fonction sans pour autant être à titre personnel qqun de parfaitement irréprochable

    Et depuis FM, les autres états et leurs représentants ont-ils autant de respect pour ses successeurs ? Chirac et NS ont ils autant d’influence dans les discussions européennes et mondiales ? Je pense que parfois quand on pose la question on a déjà la réponse…

  4. @Didier

    Pour un modernœud , je suis resté quelque peu rustique.

    @Fred

    Toujours prêt à défendre même l’indéfendable, sauf le Front National ?

    @Noël

    Je ne suis pas d’accord avec Fred. C’est tout un modèle d’hommes politiques que nous a servi Mitterrand. Être dominant, être tueur… Quand je dis qu’il a saccagé l’idée de la gauche, je pense qu’il a fait croire que pour gagner, il fallait écraser. Je récuse, pour ma part, totalement cette vision des autres, des rapports humains.

  5. Ce que j’ai surtout voulu dire, c’est que l’idée de la gauche, elle est avant tout dans nos pratiques. A quoi bon les idées si nos pratiques en sont aux antipodes !!! C’était tout le sens de mon billet.

  6. Qui a financé les premières campagnes électorales cantonales du FN ? Oui, c’est lui ! Et les ingrats ne disent pas merci. Oui, un homme mais de gauche non. Il faut avoir vécu en 1981 pour comprendre que soit qu’il faisait et qui fait encore pamer les naïfs ou c’était la révolution. Dormez tranquille il était de gauche et la terre est plate…

  7. toujours vivant le  » Goux » ? comme quoi…les vieilles rouillures ça perdure dans le temps !

  8. @Fred

    T’as besoin de lui pour vivre ?

Laisser une Réponse

*