La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les raisons de la baisse du chômage.

Par      • 9 Août, 2006 • Catégorie(s): Divers  Divers    

Villepin et Borloo claironnent sur les toits, devant la baisse statistique du chômage, la justesse de leur politique. Petite remarque désagréable : aussi sûr de leur fait, pourquoi aura-t-il fallu attendre l’année 2006, soit 1 an avant la présidentielle ? Cela me rappelle, encore étudiant en économie, Philippe Guet nous expliquer la nature des politiques de stop and go des Etats-Unis dans les années 50-70. Avant d’être élu, le gouvernement fédéral, en injectant de l’argent dans l’économie, faisait baisser le chômage. Une fois élue, les politiques restrictives visant à corriger l’explosion des dépenses pré-électorales étaient alors automatiquement mises en oeuvre. Le traitement social du chômage mis en ouevre par le plan Borloo répond de cette logique démagogique.

Alain Vidaliès, secrétaire national, donne les vraies raisons :

  • ralentissement de l’augmentation de la population active passant de 200000 sur la période 1997-2002 à 50000 aujourd’hui du fait des départs massifs en retraite
  • augmentation des radiations passant de 45000 sur la période février-avril 2006 à 36000 pour le seul mois de mai à quoi s’ajoutent la réduction de la période d’indemnisation de 30 à 23 mois et, in fine, l’explosion des allocataires du Rmi (+50000 en 1 an et +170000 depuis le retour de la droite en 2002)
  • retour des emplois aidés au travers de la mise en oeuvre du plan Borloo

En tout cas, ce n’est pas du côté du CNE que semble venir le salut du gouvernement. Le taux de rupture à 6 mois selon la Dares et l’Acoss est de 30%. Le nombre total de Cne semble plafonner à 330000. Reste qu’aucun chiffre ne dit quel est le taux de substitution entre le CNE et les autres formes de contrat !

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. effectivement, il ne sert à rien de s’extasier sur l’amélioration des chiffres du chômage si ceux
    de la pauvreté ne s’infléchissent pas. Il est là,le véritable objectif. Les plus précaires qui
    subissent de plein fouet cette situation ne sont pas dupes. Les statistiques du chômage sont
    vécues en France comme un psychodrame servant en finalité des stratégies électoralistes.
    En tant que membre de l’opposition, il nous appartient de rappeler les notions qui se cachent
    derrière ces données. Par honnêteté intellectuelle, si les socialistes reviennent au pouvoir, il
    faudra également agir en toute transparence
    arnaud section du neubourg

  2. Parfaitement d’accord avec toi Arnaud.