La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La bonne route du PS eurois: Prenez Vernon jusqu’à Bernay, en passant par Conches.

Par      • 7 Déc, 2007 • Catégorie(s): Divers  Divers    

En ces temps, un peu troublés, où la Direction Nationale du PS continue d’aiguiser les lames plutôt que d’enterrer la hache de guerre, où l’attention de la presse, tant nationale que locale, est exclusivement captée par les communes où le PS se déchire, il est bon de rappeler qu’il y a des endroits où la gauche va bien. Des endroits où la gauche bosse, pour le bien de tous. Des endroits où l’on se parle entre gens censés, où l’on construit un avenir.

Dans notre Département il n’y a pas que Evreux et Louviers. Il y a, par exemple, Vernon, Conches et Bernay. Trois communes, trois situations différentes, dans lesquelles, le PS prépare les échéances électorales à venir sereinement.

A Vernon d’abord. Le PS vient de désigner ses tickets pour les cantonales. Sans heurts, sans cris, ni pleurs, sans article assassin dans la presse. Sur le canton Nord, ce sera Bernard Martin, sur le canton Sud, ce sera Philippe Nguyen-Thanh. Des choix logiques tant ces deux candidats sont légitimes, enracinés, impliqués dans la vie locale. Des choix judicieux également, car tous deux ont une véritable chance, tant leur candidature est crédible. Côté « municipale », c’est encore Philippe Nguyen-Thanh qui est à la manœuvre. On dialogue avec les partenaires, avec les forces vives, on travaille collectivement à l’élaboration d’un projet solide… bref on se parle, on échange, on construit… On croyait ces vertus disparues… Et si on se prenait à rêver, de voir le Roi Miraux (celui qui transforme en merde tout ce qu’il touche), tomber de son trône…

Deuxième étape sur la route de l’exemplarité au PS, Conches. Après avoir été désigné sans vague, Alfred Recours a ouvert le temps du projet. Là la situation est différente, il y a un bilan à défendre. Mais loin de se laisser enfermer dans routine, Alfred Recours veut relever les défis de demain. Inventer, anticiper, préparer l’avenir, tels sont les maîtres mots du prochain mandat. L’ambiance est studieuse, sereine aussi. Les temps du dialogue et de la réflexion sont des moments privilégiés, qui prennent à conches tout leur sens, avant celui de l’action qui s’ouvrira avec la campagne.

Troisième et dernière étape de notre périple, Bernay. Terminus, tout le monde descend dans cette commune qui compte dans le Département. Ah si seulement la gauche pouvait l’emporter face à l’inénarrable et nullissime Hervé Maurey. Gilles Launay, Premier des Socialistes s’y emploie en tout cas, avec une certaine abnégation, il faut le dire. Là encore, à Bernay, la gauche se met en mouvement, elle discute, elle s’ouvre, elle construit des alliances durables. L’espoir est permis, la victoire probable.

Dans ces trois cas, vous n’avez pas entendu parler de dissidence, de listes multiples, de divisions, de trahison, de complot. Dans ces trois cas, les acteurs locaux de la gauche se parlent, ils construisent. Oh bien sûr tout n’est pas rose, mais ce qui crispe et ce qui énerve n’est pas immédiatement étalé dans la presses ou dans les BLOGS. Dans ces trois cas là, le terreau de la victoire a été déposé. Que les autres en prennent de la graine.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , ,

6 Réponses »

  1. J’ai bon espoir qu’il en soit de même à Brionne. Samedi, nous nous réunissons pour la dernière fois avec nos amis communistes. Au bout, un accord, peut-être ? Mais, rien n’est certain. Je n’ai pas souhaité, en faire sur ce sujet, des tartines. La situation est toutefois particulièrement compliquée.

  2. C’est plus simple quand le Ps est en situation favorable.

    J’avoue que je n’ai pas bien apprécié la tonalité de ton billet. Ta réalité est loin de la nôtre.

  3. J’avoue que je ne comprends pas bien la tonalité de ta réponse… alors que ton 1er commentaire semblait plutôt positif. Certes les deux réalités dont différentes, mais pas ma faute si tu n’arrives pas à t’entendre avec les camarades du PC.

  4. Suite à une explication de texte de Denis, je comprends mieux la situation brionnaise… certes « l’impasse » est dommage, mais chaque canton, chaque commune à sa réalité, qui échappe parfois aux exigences de la REALPOLITIK…

  5. C’est beau que c’est beau de parler ainsi de Mr Miraux mais lui au moins ne laissait pas les associations du spectacles dans la « merde » et ne supprimait pas les subventions qui s’y rapporte … Il n’était peut être pas très présent mais il ne nous m’était pas de battons dans les roues … Merci au PS Merci

  6. @Charles

    Si vous avez un scoop sur ce Ps qui mettrait des bâtons dans les roues…

Laisser une Réponse

*