La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La blogosphère en état de léthargie avancée ?

Par      • 17 Nov, 2007 • Catégorie(s): Informatique et Internet  Informatique et Internet    

Statistiques TechnoratiAu moment où tout le monde s’accorde à dire que la blogosphère est en recul, le monde politique s’appuie massivement sur ce type de support pour entrer en campagne. Dans L’Eure, le champion toute catégorie de ce support est Michel Champredon. Trois blogs… rien que ça ! Au vu des problèmes d’actualisation du contenu de son blog principal et de son Projet de territoire, la complication majeure reste encore à les faire vivre. Cher Michel, trop de blogs tuent le blog ! ;+)

Mais pourquoi diantre le monde politique serait à ce point à contre-courant ? A quoi peut-servir un blog politique ?

Par essence, Jean-François Kahn le rappelait cette semaine sur France-Culture, le blog est un lieu de l’entre-soi dans lequel les narcisses jonchent nos têtes, nos doigts et nos écrans. Autrement dit, le meilleur client de notre propre prose, c’est nous-mêmes. Avec le temps, les gens qui arborent les colonnes de nos blogs sont grosso-modo des internautes qui partagent nos idées ou bien dont les centres d’intérêt sont extrêmement proches des nôtres. L’activité récente autour des billets écrits – brillamment – par Jérôme sur Evreux ne sont pas en contradiction avec cette assertion. Le blog contiendrait en lui-même les ferments de sa propre mort.

Comme vous l’avez compris, ce blog « politique » est un blog à plusieurs mains dont les rédacteurs s’appellent Jérôme, Virginie, Denis, Pierre, André, Bernard, Pascal… et les autres. De nombreux rédacteurs ne sont que de simples sympathisants. Au vu de commentaires qui jonchent les billets, je crois que beaucoup ne l’ont toujours pas compris. La formule étonne. Elle déconcerte par son originalité. Or, nous avons besoin de cette respiration. Mais il est aussi le blog de la section de Brionne. Sa vocation est double : nous armer et nous montrer pour nous faire connaître. Récemment, le Président de l’association Tic-Tac qui œuvre inlassablement dans le Nord du canton s’étonnait de tomber à partir de Google sur un article du blog relatif à l’association. J’ai dû – de bonne grâce – effectuer un correctif pour expliquer que l’association n’était pas un repère de dangereux socialistes. ;+) Je n’en étais, pour autant, aucunement obligé. Certaines personnes n’ont toujours pas compris la nature d’Internet.

La sur-réaction récente de nos amis communistes à l’excellent article de Virginie sur sa tristesse personnelle, sincère et profonde à annoncer la « mort clinique » du PCF est intéressante à plus d’un titre. Elle nous donne tout d’abord une certaine légitimité institutionnelle. Mais elle éclaire aussi que nous comprenons ce que nous voulons de ce que nous lisons. Virginie, dans cet excellent billet, reprenait l’esprit de l’un de mes billets sur le silence des extrêmes. Elle ne faisait que de s’étonner légitimement du silence du PCF avec tout le talent qu’on doit lui reconnaître. Elle voulait faire réagir. Ce fût fait. Je regrette juste que les réactions se soient faites au travers d’intermédiaires. La technique dite du téléphone « arabe » n’est pas le meilleur outil pour faire passer un message.

Mais ce blog, dans mon esprit, a aussi vocation à mieux nous armer intellectuellement. L’écrit nous oblige à structurer notre pensée, à argumenter. Alors jeune militant socialiste, Michèle Rives me disait au début de l’année 2006 que nous avions perdu individuellement et collectivement l’habitude de penser. Rien, dans ce qui se passe au Parti socialiste, ne vient fondamentalement contredire cette affirmation. Selon certains, la qualité du contenu poussé par les rédacteurs du blog et la hausse de la fréquentation seraient une barrière à l’expression collective. Pour ma part, je ne le crois pas. Certes, nous ne sommes pas « égaux » face aux mots, dans la capacité que nous avons à nous exprimer. Mais, au final, même si il est parfaitement recevable, l’argument de la qualité est souvent mis en avant pour s’abriter derrière une logique de… consommateur.

L’autre argument, c’est le temps. Il faut avoir le temps. Comme vous l’avez constaté, je ne me suis pas beaucoup exprimé cette semaine dans les colonnes de ce blog du fait d’un déplacement exigeant de 4 jours à Niort. Le choix de l’engagement revêt certes des formes différentes : présence dans les associations, dans les syndicats, dans la vie publique et politique. Le départ de 40000 militants du Parti Socialiste au cours de cette année nous oblige à réfléchir sur les motivations qui fondent l’engagement et/ou celui de prendre une carte dans un Parti politique. En prenant leur carte au Parti socialiste, j’ose croire que les militants prendront au moins le temps de faire de la politique. La sur-activité de nos blogs ne doit pas nous faire ignorer la réalité du désengagement et du désenchantement. Alors essayons, au moins, au travers de ces espaces de nous réenchanter.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Les Commentaires sont clos.