La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Christine Albanel vend notre âme au diable : vivement Jack à la culture !

Par      • 27 Oct, 2007 • Catégorie(s): Informatique et Internet  Informatique et Internet   Politique culturelle  Politique culturelle    

Christine Albanel aime Google ?Christine Albanel n’en loupe pas une. La dernière en date est de demander au canibal de l’internet, Google, les moyens – je cite – « d’augmenter la visibilité du patrimoine culturel français sur l’Internet« . Fortiche notre ministre pour se jeter dans la gueule du loup ! Ce qui l’amène à vouloir vendre son âme, c’est le constat amer que l’opération de numérisation des œuvres littéraires françaises initiée par la BNF – et son gallica – est en train de se transformer en opération Corned Beef. Il faudra trois ans pour scannériser 15 millions d’ouvrage. On en est à 300000. Le rétropédalage est de mise. Question de moyens ?

Les moyens, justement… on les connaît et parlons-en ! Cela passe notamment par la création d’un moteur européen ou à défaut francophone (Canada, France, Belgique, Suisse, pays d’Afrique et notamment du Maghreb). Et arrêtons de dire que cela coûte cher ! C’est une affaire avant tout de volonté politique. Oui ou non, voulons-nous d’un moteur de recherche francophone ? Pour moi, c’est OUI, OUI et encore OUI !!! Une fois de plus, l’avortement du projet européen Quaero nous prive des moyens qui nous permettaient d’envisager d’intégrer une concurrence sérieuse à Google Books. A moins d’une erreur de ma part, la BNF n’a pas la surface de ce projet. La grenouille veut se faire plus grosse que le bœuf.

Attendons de voir le remaniement annoncé pour janvier 2008. Le Président Sarkoléon nous a promis des surprises. Pour le changement à la culture, elle ne peut être qu’excellente. J’en suis rendu à croire que notre seul espoir repose aujourd’hui sur les épaules de Jack Lang. Le sens sacrificiel du député du Pas de Calais n’aura échappé à personne.

Source : Ratiatum

Voie Militante Voie Militante

9 Réponses »

  1. Mais aucune entreprise publique ne sera à la hauteur pour concurrencer Google…même si on y mets le prix, elle tiendra quelques semaines au mieux…

    C’est là une belle leçon, la concurrence et l’économie de marché amènent les entreprises à un niveau de performance et de réactivité qui n’est pas atteignable dans des structures publiques, c’est évident.

    Et le monde de l’internet, qui va plus vite que tous les autres, le met en évidence très rapidement. Enfin je suppose qu’en France, il y aura des pourfendeurs de l’internet pour préserver les bibliothèques…

    En tout cas Google, même en situation oligopolistique, reste une entreprise qui offre pas mal d’outils…et c’est le consommateur qui est gagnant, et en plus libre à lui d’aller voir ailleurs si besoin est…

  2. Google n’est pas en situation oligopolistique. Il est en situation de monopole. 90% des requêtes issues des moteurs. La présence d’un opérateur public aurait l’avantage de stimuler la concurrence et de rééquilibrer le marché. Parodoxal ?

  3. Un peu oui. :-)

    A noter que si il y a un monopole qui a une capacité a changer fort rapidement c’est bien celui-là. Il n’en tient qu’aux utilisateurs de taper quelques lettres au lieu de quelques autres… par ailleurs Google ne sont pas en situation de gros monopole partout, c’est pour ça que je parlais d’oligopole…

    Enfin si un opérateur public veut se lancer qu’il le fasse…ce sera intéressant

  4. Quand même Denis, si vous vous placez un instant en tant qu’honnête informaticien vous serez d’accord que vous y allez un peu fort avec Google, ce n’est pas le diable quand même… quand on voit la difficulté qu’il y a à satisfaire tout le monde on peut dire qu’ils sont pas si mauvais les bougres…

    Leurs services sont puissants et au dessus de la concurrence, ils sont en perpétuelle remise en question, et assez fortement pilotés par les besoins des utilisateurs… je veux dire si on cherche une boite américaine comme personnification de l’impérialisme US avec tous les fantasmes qui vont avec, vous conviendrez qu’il y a bien d’autres candidats que Google nan ? Ils sont plutôt sympas les bibis, avec tout ce qu’ils nous filent…

  5. Ah la gratuité ? Et au fait, saviez-vous que toutes vos requêtes sous Google étaient conservées durant 2 ans ? Vous êtes-vous posé la question du pourquoi ?

    L’information statistique d’ordre comportementaliste dont dispose Google est proprement hallucinante. Et vous qui, à juste titre, pourriez vous ériger en pourfendeur de la liberté économique, restez muet sur cette question ! A chacun ses contradictions. Nobody is perfect.

    En tant que consultant spécialisé dans le monde de l’Internet, je vois le danger là où il est. Hier, c’était Ibm, puis Microsoft. Aujourd’hui, c’est Google. Le danger reste le monopole d’où la nécessité d’une puissance publique forte dans le secteur de l’internet qui viendrait contre-balancer cette dérive marchande dangereuse, car réductionniste y compris sur le plan économique.

  6. Bon vous m’avez motivé Denis…,
    Mon appréciation des services offerts par Google (et non véritablement gratuits) n’est pas en contradiction avec mon aversion pour les monopoles (et derrière cela la restriction de liberté de choix d’un individu). J’y ai déjà réfléchi et je pense avoir une certaine cohérence sur ce point (je ne garantis pas l’être tout le temps, plus je vieillis et plus je me rends compte de la difficulté à l’être, même sur des grandes lignes)

    Je pense que Google plus que toute autre entreprise ne peut se permettre de ‘jouer’ avec ses utilisateurs et les données qu’ils ont collectés sur eux. Nous sommes leur seul bien. Déjà tous les services qu’ils proposent sont ouverts, et il est facile d’en sortir les données et de changer de fournisseur. Qu’ils aient potentiellement beaucoup d’information sur leurs utilisateurs, j’en conviens et on peut fantasmer tant qu’on veut sur les durées de conservation réelles par rapport à annoncées, sur ce qu’ils arrivent vraiment à savoir, à croiser etc…

    Mais la chose qui change tout est que le web est directement démocratique, chaque utilisateur a potentiellement le même pouvoir de se renseigner et si un jour dans ce monde du web 2.0, il devait se propager une information (enfin surtout des faits) d’abus de ces informations cela leur ferait trop de mal pour qu’ils en prennent le risque (et je ne vous apprendrai par que l’information sur le net ne circule pas que gràce aux moteurs de recherche, les réseaux sociaux ayant bien plus d’impact auprès d’un utilisateur). Leurs résultats proviennent à 99% de la pub, et la pub est utilisée à 100% par les utilisateurs. Qu’ils osent jouer avec les données de leurs utilisateurs et ce qui se passera alors leur fera amèrement regretter d’avoir agi ainsi…, leurs résultats et le cours de leur action tomberont alors comme un soufflet au fromage et je ne doute pas que les concurrents potentiels sauraient frapper fort sur la faille mise en évidence… une des vertus de la concurrence.

    Après c’est vrai que je veux aussi croire que leur service Google web history permet vraiment d’effacer de leurs bases de données ce que l’on veut, ou de stopper l’archivage des recherches effectuées. Peut etre que pour cette dernière vous me considérez comme naif, et je suis prêt à croire que dans une sorte d’appétit pour l’innovation et les nouvelles technologies je peux l’être un peu, mais quoi (qui ?) croire à la fin ? Je me souviens d’une vidéo diffusée sur le net, présentant Google comme le nouveau Big Brother, ce qui m’avait surtout frappé c’était la très grande qualité de réalisation, ça m’avait amené à penser que les moyens / motivations / personnes derrière n’étaient pas si objectives et saines que cela… il y a des influenceurs derrière cette peur de Google comme nouveau Big brother, pour de bonnes et/ou de mauvaises raisons.

    Enfin, je ne cherche pas à vous convaincre mais si le pouvoir donné au consommateur grace au libéralisme a un lieu d’expression privilégié et rapide, c’est bien le web. Pour ma part, j’ai conscience de la quantité d’information qu’ils peuvent avoir sur moi (à savoir toute mon activité web, à travers plusieurs outils dont je me sers), mais plutôt que de chercher à leur ‘échapper’, j’en tire profit (mon blog est hebergé chez eux gratuitement, Gmail est vraiment très bien pensé et en constante amélioration, …). Les utilisateurs du web sont les clients qui ont le plus de pouvoir, et ils sauront sanctionner les mauvais fournisseurs de service… d’un clic et sans aucun frais.

  7. Il y a toujours une étrangeté chez les libéraux à croire que celui qui réussit est souvent le meilleur. Les motivations et les critères du « meilleur » sont toujours simples à décrypter. Celles du « mauvais » sont souvent inconnues du fait qu’il n’est pas à la lumière. Elles mériteraient davantage à être connues.

    Ce que je veux dire au travers de Cette petite allégorie est que la stratégie simpliste de la réussite contribue à éradiquer la diversité. C’est ce que nous reprochons, gens de gauche, à l’œuvre totalisante du libéralisme économique. Dans tous les secteurs, il est clairement aujourd’hui une menace.

    Pour revenir à Google, vous seriez prêt à sacrifier votre liberté pour satisfaire votre propre utilité. Quel paradoxe ? ;+) Rassurez-vous… J’en ai plus que vous encore ! ;+)

  8. Au fond le libéralisme fait confiance au client, au citoyen, à la personne, en le rendant acteur et en lui donnant du pouvoir, celui de choisir, celui d’investir ou non, celui de boycotter… peu de personnes comprennent cela malheureusement et subissent…

    L’étrangeté pour ma part se situe dans le fait de lui nier cette autonomie et cette capacité et en obligeant l’individu à passer via les solutions de l’état papa, qui a tout préparé pour le petit citoyen…

    Enfin, vraiment j’ai beau cherché (et je pense à peu près savoir de quoi je parle), je ne vois pas de quelle liberté je me prive en utilisant les services de Google, et si soi-disant ils épient ma vie privée, hé bien comment expliquez vous que je n’ai jamais cliqué sur une seule de leurs pubs… En plus honnêtement vous les avez vus les pubs générées selon le contenu par Gmail ? Y’a souvent de quoi rire au niveau pertinence des propositions…on est loin de ce qu’on voit dans les productions hollywodiennes à grand budget (auxquelles je doute que vous soyez accro).

    Le meilleur et le moins bon sont des valeurs changeantes, et avec le libéralisme nous ne nions pas la temporalité des choses, elles naissent, vivent, et meurent un jour, pour parfois renaitre, ceci étant un cycle perpétuel ou plein d’individus interviennent et ont le pouvoir sur tous ces ‘destins’. Et même en considérant à l’extrême que chaque acteur vient avec les pires motivations égoïstes, le tout s’équilibre et se compense.

    Je n’arriverai pas à vous convaincre, je ne peux néanmoins que vous conseiller de lire d’autres articles que ceux de Libé (que j’ai surpris à mentir récemment) sur ce vaste sujet ‘coloriable’ de l’économie.

  9. De mon point de vue, le libéralisme, dans son acceptation moderne, est une idéologie basée essentiellement sur la manipulation médiatique, publicitaire et imaginaire. Comme vous pouvez le voir, nous grossissons spontanément. Les formes deviennent de plus en plus sophistiquées dans le temps. Le libéralisme est, de mon point de vue, un antihumanisme parce qu’il réduit l’individu au statut de producteur ou de consommateur. Au même titre que le marxisme politique . C’est tout le contraire de l’acceptation de la complexité de l’individu. Il lisse , nivelle, détruit le polymorphisme et la diversité de l’espèce humaine.

    Pour revenir à Google, vous croyez choisir et vous ne choisissez plus. Vous prenez ce que l’opinion commune instituée, le bruit vous mènent à choisir. Le modèle économique de Google est viscéralement marchand.

    Vous croyez à la main invisible du marché. On a vu à quel point, dans l’histoire, elle fut une vue de l’esprit. Il n’y a ni ordre naturel, ni régulation spontanée. Les Etats-Unis, ce grand pays des libertés, pour protéger son modèle, est obligé d’intervenir pour casser les monopoles… naturels.

    PS Je ne lis que très rarement Libé. Je ne crois pas à la théorie du complot. ;+)