La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Tiens ce soir… si on parlait de José Alcala !

Par      • 1 Août, 2007 • Catégorie(s): Humour  Humour    

Évidemment, il s’agit, avant tout, pour moi ici de me distraire une fois de plus après une journée d’élagage et de tronçonnage intensif. C’est aussi ça les vacances.

J’ai suggéré à l’ancien présentateur de FR3 Normandie (sauf erreur de ma part… sa tête me disait quelque chose), José Alcala, de mettre en lien le blog de Brionne parmi les blogs politiques qui jonchent la Haute-Normandie. En fait, je crois qu’ils ne nous aiment pas. Ses joutes verbales qui ont commencé avec votre serviteur et se sont poursuivies avec Virginie. Finalement, ce blog n’est pas aussi décousu qu’il n’en a l’air. ;+)

Tiens, à l’heure où tant de cinéastes de renom s’engouffrent dans la porte de l’histoire, il me revient cette phrase de l’un de mes cinéastes préférés, Maurice Pialat, qui, un soir de mai 1987, avait dit cette phrase sous les sifflets pour son film « Sous le soleil de Satan » (1) :

« Si vous ne m’aimez pas, sachez que je ne vous aime pas non plus ! » A la fois, pour José Alcala, je suis prêt à faire une exception. ;+) C’est ça la gauche : la « Raison » du cœur.

(1) La scène de la résurrection est une des plus grandes scènes du cinéma français !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

Une Réponse »

  1. Une des raisons pour lesquelles je vous adore Denis (en tout bien tout honneur, n’ayez pas peur, bien que très mignon vous n’êtes pas mon type) c’est votre grand coeur.

    Pour ma part je ne suis pas prête à faire une exception pour José Alcala…

    Pialat… très bon choix ! Sous le Soleil de Satan est un film bouleversant.