La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les hyménoptères pour comprendre l’homme et la politique

Par      • 22 Mai, 2010 • Catégorie(s): Humour  Humour    

Hier soir, la conférence de l’entomologiste Alain-Michel Bea, organisée par l’Agrion à Bernay, était intéressante à plusieurs titres. Elle nous aura permis de comprendre, pour ceux qui en doutaient encore, que le destin de l’homme était intimement lié à celui des pollinisateurs. Mais ce n’est pas tout…

Il en va peut-être des hyménoptères comme des hommes. Il y a ceux qui vivent en colonie. Et puis, il y a les solitaires.

Les sociaux

La ruche, cest lenfer !

La ruche, c'est l'enfer !

Entièrement dédié à la reproduction de l’espèce, le monde de la ruche est un monde très fortement hiérarchisé dont le slogan serait plutôt du genre Travail, Famille, Patrie ! Les reines, tant qu’elles sont encore « jeunes », tuent leurs concurrentes… dans l’œuf. Toute ressemblance avec des événements que vous auriez pu avoir vécus sur le plan professionnel ou politique serait purement fortuite. Et, au cas, où viendrait à apparaitre une nouvelle reine, l’ancienne quitte la colonie pour essaimer ! Quand elle devient trop vieille, à la manière des Emanglons tels que Henri Michaux le décrivait dans Ailleurs, les ouvrières tuent alors la reine. Les abeilles ont toutes un rôle particulier : les nettoyeuses, les nourrices, les travailleuses d’intérieur, les cirières, les gardiennes, les « rappeleuses » et enfin les butineuses. Quand une abeille transporte un parasite, elle se fait alors tuer par ses congénères. Là-encore, on n’est jamais loin de Henri Michaux. Les mâles, quant à eux, ne servent qu’à féconder la reine et meurent immédiatement après avoir rempli leur devoir de reproducteur.

La fourmi, qui appartient aussi à la famille des hyménoptères, s’inscrit dans un modèle de société extrêmement similaire ! En cas de mort de la reine des fourmis, ou bien les fourmis se laissent mourir ou bien elles se laissent asservir par une autre colonie ! Par dessus tout, les hyménoptères sociaux ont besoin de chefs.

C’est là où nous pouvons mesurer en quoi l’humanité est si singulière. Et il y a tout de même un paradoxe à voir certains des représentants de l’écologie politique invoquer la ruche ! Mais, tout le monde n’a pas eu la chance d’assister à la conférence d’Alain-Michel Bea.

Voici quelques questions à prendre au 2e degré, voire bien plus encore :

  1. Une société matriarcale est-elle nécessairement totalitaire ?
  2. Le féminisme est-il la garantie pour l’homme de disposer d’un modèle social plus « coopératif » ?
  3. Vues du ciel, nos villes sont-elles assimilables à des ruches ?
  4. Une société peut-elle fonctionner sans hiérarchie ?
  5. Le cloisonnement et la catégorisation excessifs ne sont-ils pas le stigmate de la dérive totalitaire de nos organisations humaines ?
  6. Les militants sont-ils les abeilles ouvrières des partis politiques ?
  7. La violence sociale est-elle plus forte dans un bureau ou sur un terrain de rugby ?
  8. Pourquoi l’église, l’armée et les francs-maçons ont-ils refusé le principe de mixité durant plusieurs siècles ?
  9. Pourquoi, au sein de la ruche Europe Écologie, depuis le 7 mai, on cherche cinq femmes pour compléter la commission élections composée de 5 hommes ?
  10. Pourquoi Eva et pas Adam ?
  11. Quelle est la nature des mécanismes de domination ?

Les non sociaux

LOsmie : un autoentrepreneur aztèque fuyant lîle de Pâques ?Les osmies sont des abeilles « maçonnes »… et solitaires. Elles s’activent dans nos jardins dès la mi-mars ! Pas de reines, pas d’ouvrières : que des autoentrepreneurs ! Alain-Michel Bea nous expliquait hier soir que leur miel était de meilleure qualité que celui des abeilles « sociales » colonisées dans les ruches ! Il a avant tout le goût de la diversité. Au cœur de nos villes et de nos villages, l’osmie ne supporte pas les insecticides et demeure un indicateur de la qualité de l’environnement. Elle ne vit pas dans les pays nordiques et, tout particulièrement, en Norvège ! Contrairement à l’abeille sociale, elle n’est pas agressive envers l’homme. De fait, il ne lui prend pas son miel !

Ces quelques éléments m’amènent à me poser d’autres questions :

  1. Quelles sont les raisons profondes du déficit d’Air France-KLM ?
  2. L’homme descend-il du singe ou du mouton ?
  3. La hiérarchie de la société aztèque explique-t-elle son déclin ?
  4. L’urbanisation de la société aztèque explique-t-elle son déclin ?
  5. Pourquoi les aztèques ont fui leur société ?
  6. Small is beautiful ?
  7. Le chiffre des 18000 militants dans les organisations politiques qui se réclament de l’écologie est-il un seuil indépassable ? Est-il un seuil souhaitable ?
  8. L’organisation productiviste engendre-t-elle la création et l’exploitation de ruches humaines ?
  9. Le développement démographique entraîne-t-il mécaniquement totalitarisme et/ou contrôle social ?
  10. Le pouvoir est-il inhérent à toute forme de société ?

Je suis désolé d’avoir gâché, par ces quelques questions, votre week-end ainsi que votre avenir radieux nécessairement attaché à celui des hyménoptères.

NB Cette liste de questions est susceptible de s’allonger à chaque fois qu’une question me traversera l’esprit. J’attends les vôtres avec impatience afin de la compléter.

Crédit photos : EPAD, Sauramps, Françoise Difenthal.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

13 Réponses »

  1. @ Denis,

    Tes questions sont aussi intéressantes à prendre au premier degré qu’au second…

  2. Croyez vous cher Denis
    après l ‘article ( humoristique ? )
    que gelée royale ou de pollen
    peuvent être nocifs à mon évolution ?

  3. @Denis
    il faut que tu sois franc es-tu une abeille maçonne?
    max de beuzeville

  4. @Max

    Je vais plancher sur cette question. ;+) Mais il s’agit d’un grand secret.

  5. @ Gildas
    la gelée royale est consommée par les reines….alors on devine la suite
    @ Denis
    de toutes tes questions tu donnes la réponse avec la 10 les fourmis étant un groupe assez anciens le pouvoir qu’elle exerce sur les autres membres de de la communauté est tel qu’aujourd’hui encore elle font parlé d’elles et si elles prennaient le pouvoir à échelle humaine la réinvention en pire du petit corse de notre bonne sainte Hélène ne pourrait plus se parer des plumes du paon.
    Pour ceux qui en douterais encore nous somme en plein règne des Essilons ou des Attas le danger est le même, à la différence, avec les fourmis on touche les antennes, elle perdent leur contrôle mais les fourmi de maintenant on tire sur quoi

  6. @ Denis

    Là est ou là n’est pas la réponse
    tant attendue
    à vos interrogations conférentielles ?

    http://www.carnetsnord.fr/titre/l-abeille-et-l-economiste

    J’aimerais que vous nous en exposiez un avis non mielleux et ensoleillant ma perspective…

    @ Parnassius apollon

    Je vais abandonner toute tentative de consommation hyménoptèriennes ( miel, gelée ou poleen …)
    pour de plus basses consommations terrestres et vinicoles :
    histoires de rester pieds sur terre !!!

    En ces temps de dépollinisation,
    faisons confiance à l’instinct enfoui au tréfonds de nos êtres …

    Comme disent les taoistes : la voie n’est pas la voie …

    Bon week end à tout le monde et surtout
    que vos lectures soient radieuses …
    qu’elles soient claires et sourires …

  7. sur voix-ecologiques je publie lien vers emission intéressante

    http://troisecologies.europe-ecologie.net/2010/05/23/peur-de-penser/

  8. @Gildas

    Avant de faire le choix d’un tel titre, ce cher Yann Moulier-Boutang, l’une des plumes de Dany, aurait mieux fait de faire un peu d’entomologie et d’assister à l’une des conférences d’Alain-Michel ! Entre l’ abeille sociale et l’économiste, à choisir, je préfère encore l’économiste.

  9. @ Denis
    Tu as raison mais que sachons nous rééllement des intimes réactions des abeilles cachées dans le secret des leurs alcoves, pardon alvéoles pouquoi ne feraient elles pas de l’économisme avec du pollen non pollué.

  10. @Parnassius apollon

    Comme j’ai du mal à parler à une abeille, je m’en tiens au plan de l’observation de son comportement.

  11. @ Parnassius apollon
    petite erreur de votre part, je vous invite à lire :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gelée_royale
    http://www.beekeeping.com/articles/fr/fert/gelee_royale_famille.htm
    en effet, toutes les abeilles au stade larvaire en consomment ….

    et en plus, j’en ai vu aujourd’hui dans une cupule

  12. @ Bernard,
    Oui vous avez entièrement raison. Mais vous devez savoir que les ouvrières n’en consomment que dans les premiers stades dans les suivant et avant le stade nymphal elles cessent toute consommation, car la prolonger serait inévitable, elle deviendrait reine. Mais je vais quand même jeter un oeil sur le lien dont vous avez parlé