La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Paris-Dakar : la gabegie de l’inutile !

Par      • 7 Jan, 2007 • Catégorie(s): Événements  Événements   Environnement  Environnement   Médias  Médias    

La question fondamentale à se poser est : « à quoi servent les sports dits mécaniques ? ». Vous avouerez que parler de sport n’est pas complètement approprié, tant l’effort humain fourni, en dehors des milliers de litres consommés, est relativement infiniment petit.

Les sports dits mécaniques servent surtout à exalter le culte de la performance, la compétition, la sur-consommation et ne sont que le produit d’un marketing toujours plus ravageur. La réalité du Paris-Dakar, ce sont ces chiffres là :

  • 3 500 tonnes de CO2… hors Kyoto
  • 600 000 litres de Jet A1 pour les avions
  • 250 000 litres d’Avgas
  • 500 000 litres de gazoil
  • 140 000 litres pour les hélicos

Pour absorber tout ce CO2 produit, il faudrait planter – accrochez-vous bien – 10 000 hectares de forêt, soit la surface de la ville de Paris ! En terme de recherche, ces « sports » de l’inutile n’ont jamais rien apporté en terme de biocarburants et de moteurs hybrides qui permettraient à Madame Michu de voir sa facture énergétique diminuer. L’enjeu social et énergétique est bien loin du brouhaha des moteurs et autres pétrolettes.

Quant à la fondation Balavoine, elle s’inscrit dans la vision de la charité que l’Occident est si prompte à développer… comme pour se donner bonne conscience. Elle n’est qu’une illusion de l’esprit face à la gabegie aussi réelle qu’inutile que constitue cette compétition imbécile. Les Africains ont besoin de tout, sauf de notre bonne conscience qui continue de ravager et de piller leur continent.

Le site Velorution met en ligne une pétition pour que la télévision cesse de relayer cet événement.

Source : Notre planète, Velorution, Stop au Dakar, Grouchos

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. Le seul avantage de cette course, est de permettre à un grand nombre de Français de situer des
    pays comme le Niger ou la Mauritanie sur une planisphère… des pays parmi les plus pauvres de
    la planète qui ne font la une de l’actualité qu’à cette occasion ! Le sahel et sa sécheresse, qui
    en entend encore parler?
    Quant aux retombées commerciales de cette course, elles se traduisent par des ventes de 4×4,
    véhicules à bannir de nos cités (ou ils circulent pour les plus gros d’entre eux !)
    Et justement, pourquoi pas un Paris Dakar plus « propre » avec des véhicules hybrides
    élec + biocarburant? et obligations humanitaires à la clef pour les participants?
    Très bon article Denis !

  2. à tout cela s’ajoute le nombre de morts dont un motard pas plus tard qu’hier …
    c’est beau l’aventure surtout quand c’est bien fait … pour eux