La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Should I stay Should I go

Par      • 12 Oct, 2009 • Catégorie(s): Coups de coeur  Coups de coeur    

C’est, de toutes les versions que j’ai entendues, la meilleure de la chanson mythique des Clash, Should I Stay Should I go.

Sur la fin de la chanson, vous entendrez la voix de Joe Strummer, en duo avec Mick Jones. Exceptionnel !!!

Crédit photos : Hardrockcafé, Only for music

Voie Militante Voie Militante

Tags :

3 Réponses »

  1. Là Denis, tu me prends par les sentiments et c’est pas très honnête. 1976, le mois de mars le plus froid qu’avait connu London depuis le blitz. Avec mon pote Franck, on mangeait des beans, achetait des « pirates « et dormions dans un camping pourri, ou plutôt dans les toilettes d’un camping pourri, seul endroit où on ne gélait pas dans les duvets. A cette époque, le dit camping pourri était perché dans un bled rosbeef improbable plus loin que Greenwich qui est déjà loin quand on prend le train à Charring Cross, mais on aurait juré qu’il était au pôle nord. Je passe les wagons à compartiments direct sur le quai sans couloir qui sont très beau dans un hitchcock, mais pas rigolo du tout quand une bande de bloody mods monte qui a envie de casser du frog. Et puis soudain le paradis, le choc, la révélation, Joe Strummer en archi vrai, himself, assis, le seul jour de l’année où il ne pleuvait pas devant un magasin de fringues près de King’s Road (alors que je venais d’acheter à un usurier -pas d’autres mots, car je lui avait abandonné la différence en « pounds » entre retour overcraft et retour ferry- Aladdin Sane, Diamond dogs et Ziggy Stardust avec de fabuleuses versions inédites du roi David beau oui premier) et le Dieu, pas en bon état après le mélange de ce qu’il avait bu et absorbé dans la journée qui n’était pas finie, nous parle pendant une demi heure. Hey man ! Voila ti pas que mon frère de coeur m’insulte parce que j’traduisais pas assez vite ou pas assez bien (c’est toujours mon meilleur ami, mais, là, on a failli se baffer grave, comme on dit aujourd’hui, plus qu’il y avait quelques autres raisons enterrées pas très profonds ou profondes comme on voudra, parce que les raisons portaient des jupes très courtes cette année là). Un moment de grâce éternelle qui nous a conduits de concert en concert jusqu’au revival poignant de « Los Mescaleros », il y a cinq ans ou un peu plus. Saint Joe  » était bien atteint, peu avant sa mort, mais on voyait/écoutait/sentait quand même le Saint Joe universel qui n’aura jamais d’égal. Vive les Clash enfants batards des stones et je remets pour la route « Back in the Garage » et « White Men in Hammersmith Palace » pour rocker la Casbah. Ouf j’ai laissé Verchuren à Franck Martin… Ce que tu me fais dire Denis. Bon, la fois d’après, le prochain épisode des belles histoires de l’oncle Tonio, c’est comment Johnny Rotten m’a craché dessus. MAJ

  2. Je n’ai jamais eu la chance de les voir en concert, ni dans la vraie vie.

  3. c’est que je suis hélas plus vieux que toi….