La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

CMU et déontologie

Par      • 22 Déc, 2006 • Catégorie(s): Divers  Divers    

Des médecins refusent de soigner des patients bénéficiaires de la CMU.

« Il n’est pas question de minimiser cette question, mais il faut d’abord évaluer le dispositif actuel avant de décider de sanctions financières contre les médecins concernés », a déclaré Xavier Bertrand à l’issue de cette table-ronde.
La CGT et l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) avaient réclamé des sanctions face à un phénomène qui concernerait environ 15% des professionnels de santé.

L’inspecteur général des affaires sociales Jean-François Chadelat a préconisé dans un rapport « d’introduire par un article de loi des dispositifs de sanctions, qui pourraient être pécuniaires, à l’encontre des professionnels de santé » incriminés.
De son côté, le PS a estimé que le gouvernement se devait « d’agir vite et fort » pour faire appliquer le « droit universel » à être soigné.
Estimant que les « testings » effectués récemment par des associations n’étaient « pas scientifiques », Xavier Bertrand a commandé une étude sur le sujet. Il a fait valoir que des sanctions étaient déjà prévues et indiqué que très peu de plaintes étaient déposées auprès de l’Ordre des médecins.

Pour permettre aux patients de faire valoir leurs droits, le gouvernement compte publier fin février un décret autorisant les associations d’usagers et l’assurance maladie à saisir les Ordres médicaux pour leur compte. Les 4,8 millions de bénéficiaires de la CMU vont recevoir en mars un guide leur rappelant leurs droits.

Comme « l’élément financier est prépondérant dans l’explication du refus de soins » par les médecins, il faut frapper là où ça fait mal, c’est-à-dire « prévoir un mécanisme de sanctions financières », explique l’inspecteur général Jean-François Chadelat.
Créée en 1999 pour permettre aux personnes à faibles revenus d’accéder aux soins médicaux, la CMU concerne aujourd’hui 4,8 millions de personnes. Attribuée sous condition de ressources (598,23 euros par mois), elle donne droit à la gratuité totale des soins et permet d’éviter d’avancer le prix de la consultation.

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. Eh oui, et le serment d’Hippocrate dans tout ça. Bien petit par rapport aux réalités du marché. Xavier Bertrand n’a pas voulu prendre de sanctions. 2007 est si proche, lui promu à un si bel avenir. Gageons que son avenir s’exprime du côté des perdants !!! En tout cas, nous ferons tout pour cela.

  2. Toujours sur le thème de la santé, que pensez de la médiatisation de l’automédication,
    tant décriée par le corps médical ces dernières années, et désormais tant vantée
    dans les médias? C’est à ne plus rien y comprendre. Quoique l’automédication, si tant est que
    l’autodiagnostic soit le bon, cela se traduit par moins d’arrêts maladie, moins de remboursements
    d’actes et d’ordonnances, et bien sûr moins de médecins à former !
    Au final, cela donne la potion « moins de santé publique » donc moins d’espérance de vie.
    Qui a dit moins de retraites à verser?
    Je vais finir par croire que je vois pas le mal partout…