La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Voie Militante : le 2000e billet

Par      • 30 Août, 2009 • Catégorie(s): Blog  Blog    

Quand j’ai initié cette aventure le 23 février 2006 aux côtés de José Moréno, l’actuel secrétaire de la section brionnaise du Parti Socialiste, je n’avais aucune idée particulière sur l’évolution du blog que nous animions alors ensemble. Il s’appelait à l’époque Brionne 27. Je n’avais par ailleurs aucune idée particulière sur mon évolution politique personnelle.

Si j’ai rédigé 1629 articles avec celui-ci, Virginie en a écrit 146, Jérôme Pasco 63, Alain Rey 49, Arnaud C. 35 et Hélène Ledoux 23 pour les principaux contributeurs. 2000 billets depuis 1285 jours, cela représente 1.56 billet par jour en moyenne. Par vos nombreux commentaires (4128 soit 2.06 par article), nous avons pu mesurer tout l’intérêt que vous portez à Voie Militante. Sans vous, ce blog ne serait rien ! Cette semaine, nous avons fait 1834 visites dans la journée de mercredi. C’est tout à fait considérable !!!

L’origine d’un engagement personnel

Mon intérêt à la Res Publica ne date pas d’hier. Je le dois essentiellement à trois hommes exceptionnels. Le premier, c’est mon père, Robert Szalkowski, qui m’a ancré dans la culture du Ni Dieu Ni Maître, le goût de se cultiver et de s’intéresser à la technique, la nécessité de l’autonomie et de la responsabilité. C’est sans doute la raison profonde pour laquelle il a tenu aussi à ce que je fasse toute ma scolarité dans l’enseignement catholique confessionnel ! A chacun ses contradictions. ;+) Le deuxième, c’est mon oncle André, syndicaliste Cfdt et ancien membre du Parti Socialiste, qui m’a donné le goût de l’engagement et un profond sens de la solidarité. Dès 1986, j’ai cofondé une association d’éducation populaire, Saint Pierre Informatique, dont j’ai démissionné en tant que Président en janvier 2009. Le troisième, c’est Daniel Hurard, un militant communiste, qui, contrairement à ses camarades, ne transigeait avec aucun compromis lié au confort et à la facilité que procurent les institutions. Avant d’être militant communiste, Daniel était un homme exceptionnel dont je garde un souvenir intact dans ma mémoire.

Quand j’ai été en âge de voter, j’ai toujours voté PSU, puis Verts ou blanc au 1er tour de tous les scrutins. Au 2e tour, j’ai toujours voté blanc. La seule fois de 1982 à 2007 où j’ai voté pour un socialiste fut pour François Mitterrand en 1988 lors du 2e tour face à Chirac. J’aurais dû alors m’en tenir à mon vote habituel. Car, des deux, l’homme le plus à droite, c’était Mitterrand ! Et puis, en 2002, comme Jospin n’était plus socialiste, comme les Verts s’étaient confondus au point d’en perdre toute leur identité, j’ai alors décidé de voter Besancenot. Ce fut le seul et unique vote de colère électorale. Une bêtise ! Au 2e tour de 2002, je vote blanc !

La période récente

Avec l’arrivée de mon fils Mathis en 2004, l’accident caniculaire de 2003 qui a provoqué le décès de 15000 personnes en France et aussi la trahison des élites de la gauche française qui ont appelé majoritairement à voter OUI au projet de TCE en 2005, je me suis alors posé la question d’un engagement beaucoup plus actif. Comme les Verts se disaient de gauche avant d’être écologistes, je me suis dit que, pour faire de l’écologie, il vallait mieux aller au Parti Socialiste ! Et d’écologie au Parti Socialiste, je n’en ai pas fait.

Adhérent au Parti Socialiste d’octobre 2005 à décembre 2008, je voudrais aussi rappeler quelques éléments de mon parcours en toute transparence. Dès le printemps 2006, nous créons avec José Moréno la section de Brionne laissée en déshérence depuis 1991. J’en serai le secrétaire jusqu’à mon départ en décembre 2008. De 5 membres, nous passons à une vingtaine de personnes à l’été 2008. Dès le départ, se pose, dans mon esprit, la question du statut du sympathisant.

J’adhère à Rénover Maintenant en 2006 aux côtés d’Arnaud Montebourg. Je soutiens activement la candidature de Ségolène Royal en 2006. J’adhère à Désirs d’Avenir. Je me présente aux cantonales de mars 2008. A deux reprises, en 2008, je postule au poste de 1er fédéral de la fédération de l’Eure du Parti Socialiste. Je prends en fait ma décision de quitter le Parti Socialiste en août 2008. Certains amis me pressent alors d’attendre le congrès salvateur. En dehors de toutes les règles démocratiques de ce Parti, les frangins règleront le différend électoral dans un conclave présidé par Daniel Vaillant, devenu pour l’occasion Grand Architecte de la décomposition socialiste.  Signataire de la contribution Delanoë (une erreur de jeunesse liée à ma grande inexpérience) alors que j’aurais dû signer la contribution Lienneman ou Utopia, je me rallie, in fine, à la motion Hamon. Retour à la maison. A cette occasion, j’ai pu apprécier tous les coups tordus des uns et des autres. Au Parti Socialiste, la politique développe l’esprit reptilien ! Et, si je puis me permettre un conseil, n’y allez pas : vous y perdriez votre temps et votre énergie. Je pense qu’il y a des choses plus importantes à faire que de militer dans un parti politique et surtout au sein du Parti Socialiste.

De cette expérience, de ces 3 années, j’en sors profondément dégoûté de la politique et surtout de la gauche, ma famille politique. Je n’ai toutefois aucun ressentiment. Je conserve en fait de cette expérience l’image d’un esprit de camaraderie remarquable exprimé par quelques militants… trop rares. Je pense, en tout premier lieu, à mes camarades de la section de Brionne.

Europe Ecologie

Europe Ecologie Haute-Normandie a besoin de vous !

Europe Ecologie Haute-Normandie a besoin de vous !

Et puis, je vois arriver un attelage incroyable : Cohn-Bendit, Bové, Joly. Et là, je comprends qu’il se passe enfin quelque chose. Fort de mon expérience de Désirs d’avenir, je m’inscris au réseau Europe Ecologie où je fais la rencontre de Benoît Fenault. Très vite, je sais qu’il s’agit de ma famille politique. La campagne que je fais au sein des « geeks » d’Europe Ecologie au côté de Fred Neau et d’Adrien Saumier, la confiance qui y règne, l’initiativisme des Verts et surtout celui de Marie-Noëlle Vallet (merci à toi Marie-No) tranchent singulièrement avec ces 3 ans de militantisme dans un Parti où tout est fondé sur la défiance, sur la non-acceptation de l’alterité. En cela, le Parti Socialiste ne déroge pas aux maladies de la société française. Et je crains fort que, malgré l’euphorie médiatique de la Rochelle, rien ne permette de résoudre la quadrature du cercle. En tout cas, bonne chance aux militants, s’il en reste encore quelques-uns !

Voie Militante

Voie Militante est devenu un outil collectif qui s’est quelque peu vidé de ses rédacteurs du fait de la véhémence occasionnelle de certains de nos propos vis à vis des personnes. Elles le méritaient d’ailleurs très largement compte tenu de leur comportement politique inacceptable. Nous nous sommes aussi servis de cet outil à des fins très personnelles, pour y régler nos propres comptes… malgré la charte que nous avions établie à l’été 2008. J’en suis le premier responsable et je tiens à mettre bon ordre dans la maison commune. J’entends mettre fin définitivement à ces dérives auxquelles je me suis prêté hélas de très nombreuses fois.

Vous aurez remarqué que nous avions compris que l’anti-sarkozysme primaire ne constituait pas un projet politique en soi et qu’il fallait désormais penser l’avenir et proposer. Vous aurez compris que le noir-rose-vert-rouge qui teintait mes articles a cédé le pas progressivement au vert-noir-rouge. Dans le cadre des perspectives à venir et, en toute honnêteté, je tiens à dire que je m’engage pour la constitution d’une liste Europe Ecologie Haute-Normandie de 1er tour aux régionales de mars 2010 et que cet engagement personnel renforcé, après l’université de Nîmes, guidera la tonalité éditoriale de mes articles. Voie Militante reste un outil militant que je laisse ouvert à tous ceux qui s’insèrent dans cette dynamique et cette ligne éditoriale, c’est-à-dire la création d’un vaste rassemblement autour de l’idée de la nécessaire reconversion écologique de l’économie et de la société. Reste qu’on peut y parler de tout et même de la pluie et du beau temps.

Post-scriptum

Je tiens aussi à rappeler que l’adhésion à Europe Ecologie qui n’est plus un parti politique depuis le 7 juin 2009 n’est pas incompatible de ce fait avec l’appartenance à un Parti Politique. Je vous invite à rejoindre notre rassemblement et aussi à signer notre appel. Europe Ecologie a l’ambition de labelliser des listes en vue des régionales de mars 2010 en Haute-Normandie comme partout ailleurs sur le territoire.

Crédit photos : Institut Natur’elle, C’est moi Flora

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Les Commentaires sont clos.