La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Pourquoi je quitte Voie Militante…

Par      • 6 Juil, 2009 • Catégorie(s): Blog  Blog    

Si j’en crois les archives, j’ai commencé à écrire sur ce BLOG, il y a 2 ans. 2ans, et plus de 60 billets plus tards, je rends ma plume.

D’abord, parce que je crois avoir fait le tour de l’aventure « BLOG ». Une aventure que j’ai commencé, seul, il y a cinq ou six ans, c’était alors la préhistoire des BLOGS. A l’époque j’écrivais sur tout et n’importe quoi, j’avais ma petite audience, j’avais mon petit monde, mes « amis », mes « réseaux »… et puis je m’en suis lassé. Cela tournait à vide, la dynamique n’était pas là, le débat souvent décevant… J’ai tourné la page.

Quelques temps plus tard, c’est Denis qui m’a réouvert la porte des BLOGS. Il m’a accueilli, comme d’autres depuis, sans préjugé, sans arrière-pensée, sans tabou. Denis, cet homme généreux, fidèle, loyal, passionné. Denis, mon ami.

Voie Militante est devenu avec le temps bien plus qu’un BLOG, c’est devenu une plateforme collaborative, un lieu de vie et d’échanges. Voie Militante est devenu surtout un média puissant, un outil de communication fabuleux, quasi incontournable, avec une audience à faire pâlir n’importe quel connaisseur. Mais pour aboutir à ce résultat, cela exige une certaine régularité, un certain niveau de production, que je n’avais plus ces derniers temps.

C’est la deuxième raison pour laquelle je quitte cette aventure. Manque de temps, d’envie, manque d’inspiration et sans doute aussi de rigueur. Quand je participe à un projet je m’y engage à 100% ou pas du tout.

Enfin, je me suis rendu compte des limites de cet exercice. J’ai versé trop facilement, ici, dans le défouloir, dans l’exutoire gratuit. Ne prenant pas la distance nécessaire avec l’évènement traité, j’ai commis des textes parfois durs, abrupts, irraisonnés. Je ne m’en excuse pas, à chaque fois c’était bien moi derrière l’écran et non je ne sais quel Docteur Jekkyl ou Mister Hyde. C’est juste qu’aujourd’hui, il n’y a plus de limite, plus de repère. Au clavier, on assassine plus vite, on dégaine plus souvent, parfois à raison, parfois aussi à tort. Quand on blogue on se sent comme protégé, invincible, mais en réalité, on se fragilise aussi.

Ecrire, commenter l’actualité, devenir un acteur publique, ce n’est pas donné à tout le monde. C’est un métier, avec ses règles, ses codes, ses critères. De tout cela je n’en ai pas eu conscience. Ce n’est pas parce qu’on a la chance d’avoir la plume facile, qu’il faut pour autant user l’encrier.

Avec les BLOGS, l’internet mobile, la multiplication des réseaux, tout se sait, tout se dit, tout se transmet. C’est fantastique et pervers à la fois.Trop d’excès, trop de haine traverse la toile, je préfère m’en détourner.

Je reste et resterais un lecteur attentif de Voie Militante, comme des autres BLOGS que j’aime à lire. De temps en temps, je posterais un commentaire, ici ou là. Mais je n’écrirais plus. Je ne perds pas pour autant ma liberté d’expression, je la réserve seulement à mes interlocuteurs, publics ou privés.

J’ai appris beaucoup, avec vous tous. Merci.

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

4 Réponses »

  1. @Jérôme

    Sincèrement, je te remercie pour tout. Je te remercie surtout pour avoir lu cette lettre un certain jeudi soir, pour avoir écrit sur ce blog de belle façon.

    Ce que tu évoques au travers de nos plumes assassines, je crois que c’est un élément qui doit nous faire réfléchir. Ton point de vue est juste… évidemment. J’ai, pour ma part, arrêté de taper sur Sarkozy, Pas sur mes « amis politiques ». Leur comportement me donne souvent envie de vomir. Alors, à défaut, je beugle.

    Je te le dis. Ma plume se taira également pour prendre une toute autre forme. Tu me précèdes de quelques mois. Très probablement le 14 septembre au matin, le lendemain d’un grand succès politique collectif… je l’espère !

    Je sais désormais ce que nous devons faire et j’espère que nous nous retrouverons. J’avais déjà compris en 2006. Mais les circonstances sont aujourd’hui très différentes. Elles exigent de nous que nous repensions tout et c’est hélas le temps qui nous manque si nous voulons encore avoir nos chances pour 2012. Y arriverons-nous ?

  2. Oui Denis. Nous nous disons de gauche, alors n’oublions jamais que la droite est notre seule adversaire politique. Bien sûr, la gauche peut nous décevoir, et nous militants, nous prenons de plein fouet son incompétence. Bien sûr cela nous fait réagir, de manière épidermique.

    Mais, ces dernières années, la tendance à laver son linge sale en public a pris une telle ampleur, que la critique de la gauche vers la gauche ne servait plus notre idéal politique. Pire cela alimentait celui de la droite.
    Je me souviens d’un BN du PS, où l’un des membres avait laissé son téléphone mobile ouvert avec un journaliste au bout de la ligne… le lendemain tout était étalé dans la presse, nos divisions, nos différences, nos engueulades, qui sont normales, qui sont naturelles, sont devenues publiques, irréversibles, indélébiles aux yeux de l’opinion.

    Nous avons perdu tellement de temps et d’énergie avec tout cela…

    Oui Denis, pour 2010, pour 2011, pour 2012, rassemblons nous, parlons nous franchement, construisons ensemble la victoire nécessaire, indispensable de la gauche.

  3. Je comprends le charme qu’a pu avoir le blog, je dirais plutot la tribune, de Denis sur Jêrome. La dignité d’un dialogue franc, drole, politique en lieu et place des habituelles introspections nombrillistes ou des proclamations haineuses qui font l’ordinaire de tant de blogs eurois L’amitié d’accepter des opinions contraires, la publication de la réponse de celui qui avait été pris à parti, présentée telle quelle sans commentaires ni censure, alors que l’internet succombe sous les coups des petits goebbels qui regentent leur principauté internet. La proximité, la réalité des débats qui justifient la curiosité de lecteurs qui ne sont pris ni pour des crétins, ni pour des poujadistes. L’amour de la liberté, c’est une vertu qu’il faut reconnaitre à Denis qui aussi quelques défauts. MAJ

  4. @MAJ

    Merci de ce commentaire à plusieurs niveaux.

Laisser une Réponse

*