La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Politicosphère : peut mieux faire !

Par      • 10 Juil, 2011 • Catégorie(s): Blog  Blog    

C’est l’institut Linkfluence, appartenant à RTGI, qui est à l’origine d’un nouveau machin « nouvel » outil, censé mesurer l’évolution de la blogosphère politique. Dans l’article de présentation publié dans le portail Web du journal Le Monde, le co-fondateur, Guilhem Fouetillou, donne à vrai dire peu d’éléments méthodologiques sur la manière dont l’institut qu’il a co-fondé a élaboré cette politicosphère. Ses explications quant à la constitution du panel sont, pour le moins, vaseuses : « Pour représenter les blogs, Linkfluence a choisi une méthode informatique : ils ont repéré une série de sites importants et ont ensuite demandé à des robots d’explorer les liens entrant ou sortant de ces sites. » Rien non plus de bien précis sur la construction de l’indice de mesure de l’influence associé au pane des blogs sélectionnés !

Sans éléments à l’appui, il nous explique notamment que la blogosphère politique aurait connu une forte contraction de 2007 à 2009 : « deux ans après l’élection de Nicolas Sarkozy, le web politique est retourné à un rythme en apparence plus routinier, les militants engagés uniquement autour de l’échéance présidentielle ayant disparu. » Ne s’agirait-il pas là plutôt d’un problème lié à la méthodologie employée du fait que les blogs sont peut-être moins attachés aujourd’hui à des partis politiques ? De là, à en déduire à une contraction de la blogosphère politique…

Interrogations

Parmi les anomalies les plus criantes observables à partir des moutures 2009 et 2011, il y a l’absence du marquage d’une blogosphère Front de Gauche. Jean-Luc Mélenchon se retrouve, à titre d’exemple, au cœur des blogs rattachés au Parti Socialiste. A noter que Philippe Méoule ou encore Olivier Bonnet, plutôt proches du Front de Gauche, ont été catalogués à l’extrême-gauche !!! Le site des Verts – inactif depuis le 31 mars 2011 – n’aura même pas été remplacé par celui d’EELV. Et les sites du MoDem sont curieusement regroupés autour du site de l’Hérétique. Quant à l’extrême-droite, n’est-il pas hasardeux de fondre en un seul bloc des mouvements aussi différents que les identitaires et les « nouveaux » révolutionnaires nationaux du Front National, même si Marine Le Pen semble être en train de réaliser la « synthèse » ?

Et puis, il y a tous ces absents : Sarkofrance, Yann Savidan, les coulisses de Sarkofrance. Présent en 2007 (Brionne 27) et en 2009, Voie Militante a, tout simplement, disparu des écrans radars de l’institut Linkfluence en 2011. La réponse donnée par la société à un commentaire de Juan, qui anime Sarkofrance, est assez curieuse : « @juan : rassurez-vous, votre blog figure en bonne place dans notre panel. Mais pour cette première série de cartes, nous avons voulu nous concentrer sur la blogosphère militante, partisane d’un parti ou d’un candidat, ce choix a été fait pour pouvoir obtenir des données comparables avec le travail que nous avions réalisé en 2007 autour de l’échéance présidentielle. Dans les semaines à venir, nous publierons de nouvelles cartes proposant une vision moins restrictive de l’ensemble des acteurs qui pèsent dans le débat politique et social. » Que dire enfin de l’oubli du site Désirs d’avenir et du blog de Ségolène Royal ? (Merci à Philippe de Ségorama)

Quelques enseignements, tout de même

Malgré toutes ces critiques, la cartographie de la blogosphère politique française n’en demeure pas moins riche d’enseignements.

  1. Après 2009, avec EELV, les écologistes indépendants ont été rayés de la carte ! L’écologie politique s’est irrémédiablement enkystée à gauche.
  2. La fachosphère s’est considérablement renforcée à l’occasion de l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du Front National.

Mais ce qui se dégage principalement de la carte 2011, c’est le sentiment d’une dissémination, de liens moins denses, plus diffus autour de chaque mouvement. Même si les errances méthodologiques évoquées ci-dessus qui prévalent à ce travail y sont pour beaucoup, il n’en demeure pas moins que les partis ne semblent plus avoir la même capacité d’attraction qu’en 2007.

Travail très intéressant. Mais peut mieux faire !

Voie Militante Voie Militante

Tags :

13 Réponses »

  1. la réponse de linkfluence à juan est à mourir de rire quand on voit que desirsdavenir.org et leblogdesegoleneroyal.fr ne sont pas présents non plus dans cette version 2011… je serais curieux de connaitre la série de sites « importants » qui ont été choisis et de connaitre les critères de sélection ou d’exclusion pour des sites qui étaient présent dans les précédentes éditions…

  2. @Philippe

    Merci. J’avais oublié. :(

  3. « Et les sites du MoDem sont curieusement regroupés autour du site de l’Hérétique, là où nous aurions pu nous attendre à celui du MoDem. »

    Franchement, qui s’intéresse au site du MoDem ? Je ne doute pas un seul instant de l’influence supérieure de celui de L’Hérétique, repris sur Marianne par ailleurs.

  4. @Romain

    Seul problème : ce n’est pas la logique affichée. Où est la cohérence à dire que ce sont les partis desquels part cette cartographie quand les pivots s’appellent pour le Modem, l’Hérétique, et pour l’extrême-droite, François Desouche ?

    L’influence supposée des uns et des autres ne me semble pas être le propos essentiel de la « démonstration ».

  5. Concernant la contraction de la blogosphère politique, au global il y a effectivement une contraction même si nous avons constaté que certaines régions ont bien résisté voire progressé en terme purement comptable entre 2007 et 2009. Mais il existe un élément d’importance dont nous avons peu parlé, c’est le turn-over observé sur nos différentes cartes. Les structures restent comparables, les groupes évoluent sans se transformer fondamentalement et pourtant près de 60% des sites et blogs disparaissent entre deux versions de la carte. Ceci implique donc de nombreuses apparitions qui peuvent donner l’impression d’une forte vitalité mais aussi nombre de disparitions atténuant l’effet.

    La blogosphère front de gauche n’est pas présente car notre découpage est plus sommaire (non pas PS mais gauche, c’est important). Cela pourrait être plus précis évidemment et nous allons essayer dans une prochaine version de rendre compte de plus de singularités.

    Le regroupement autour de l’hérétique est le fait de l’algorithme de placement, l’hérétique concentre énormément de liens ce qui le positionne en centralité.

    Pour l’extrême droite, la carte utilisée pour les articles du Monde va plus profondément dans la division et différentie effectivement les mouvements.

    Concernant Voie Militante, nous maintenons la réponse même si effectivement poser des frontières est toujours extrêmement compliqué… Pour réaliser une carte il faut définir un en dedans et un en dehors, ce n’est jamais simple et se retrouver en dehors est rarement accepté… Comme nous l’avons déjà répété, cette série de carte permet de comparer trois visualisations successives, les prochaines cartes n’auront pas cette contrainte et se concentreront plus en profondeur sur ce qui est en jeu aujourd’hui sur le web politique français.

    Desirs d’avenir, le blog de Ségolène Royal et Ségorama brillaient par leur absence effectivement, c’est maintenant chose corrigée, un tel travail présente toujours sa marge d’erreur, nous essayons de corriger au maximum en fonction des retours argumentés.

    Donc merci pour tous ces retours ainsi que pour la rapide analyse produite à la fin montrant qu’il est aussi possible de tirer des enseignements de cette carte :). Le projet politicosphere durera 10 mois, nous aurons donc, je l’espère, de nombreuses fois l’occasion de mieux faire.

  6. @Guilhem

    Merci de votre passage.

    Ma remarque méthodologique, très éloignée du fait que Voie Militante apparaisse ou non dans cette étude, tient au fait que les partis ne sont peut-être plus la grille de lecture déterminante de la blogosphère politique. Autrement dit, la vision institutionnelle ne semble plus correspondre tout à fait à la réalité, dans un pays marqué par un désintérêt croissant pour la chose politique.

    Et d’ailleurs, dans votre analyse, c’est cette contradiction qui est mise à nue : le Parti socialiste et l’UMP d’un côté et François Desouche et l’Hérétique de l’autre ! Certes vous avez raison sur un point : nous sommes à 1 an d’un enjeu majeur et les partis ne sont pas encore en ordre de bataille.

Laisser une Réponse

*