La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Marc Vasseur baisse le rideau !

Par      • 6 Avr, 2010 • Catégorie(s): Blog  Blog    

Marc Vasseur, mon ex-camarade royaliste ayant rejoint Europe Écologie, décide d’arrêter l’édition de son blog. Il exprime sa lassitude à écrire et son constat est sans appel sur un monde politique qui fonctionne en vase clos.

Je cite Marc…

« Mais aujourd’hui, la lassitude est là. D’une part, il me devient difficile d’écrire pratiquement un jour sur deux la même rengaine sur la politique de Sarkozy et Fillon et d’autre part, on espère toujours, malgré tout, que cette nouvelle militance ait un tant soit peu d’utilité, en vain. Au fond, c’est bien cette incapacité des blogs à sortir de cette infime « pouvoir » de nuisance qui me pousse le plus à m’arrêter. Paradoxalement, face à un délitement de ses légitimités (militantes, citoyennes.), le monde politique vit plus que jamais en vase clos[…] »

Sur l’anti-sarkozysme

Je continue, pour ma part, de croire que l’anti-sarkozysme est avant tout l’expression d’un ramassis de banalités qui exonèrent ses auteurs de la nécessité d’un réarmement intellectuel. C’est une attitude confortable, « bi-polaire », l’expression d’une vision conservatrice de la politique. Elle est, de mon point de vue, sans issue !

De l’influence et de la nuisance…

Bloguer...

Bloguer...

Croire que notre influence « supposée » se mesure à nos commentateurs, à nos visiteurs, à notre trafic me semble être un leurre total. Mais la présence ou l’absence de certains commentateurs, les connexions à nos réseaux sociaux montrent que nous sommes lus. De fait, nous pollinisons la société au même titre que la société nous irrigue. Nous produisons des externalités positives, de la valeur sociale et, par notre tonalité décalée où nous osons surtout nous mêler de choses qui ne nous regardent pas, nous gênons les « gardiens de l’ordre établi » qui font leur choux gras en nous montrant, en boucle, ceux que nous voyons déjà partout. Montrer l’indicible, montre l’invisible, sans concession, n’est-ce pas là l’impérieuse nécessité de notre militance ?

Faire de la politique autrement

Là où je rejoins Marc, c’est que notre production de supporters est totalement intégrée à un système politique en résonance avec lui-même. Nos expériences conjointes au Parti Socialiste et au sein d’Europe Écologie nous ont montré les limites d’un système politique institutionnel et de partis qui fabriquent plus de 50% d’abstentions et qui accompagnent ou organisent l’atomisation de la société.

Pour autant, parce que nous avons le sens de nos responsabilités, nous ne devons pas abandonner ce terrain à d’autres qui, au final, n’attendent que nous leur laissons le champ libre. Nous devons continuer à exprimer notre dissonance. Oui, bloguer, à l’heure des réseaux sociaux qui standardisent les sources de l’information, est loin d’être une sinécure.

Triste quand même

Je voudrais saluer le travail considérable qu’a accompli Marc depuis septembre 2006. Ses billets incisifs, son regard vont me manquer. Malgré nos désaccords qui se sont exprimés à l’occasion des régionales, je me suis toujours senti proche de Marc. Je crois que nous continuons à quelques uns de partager le même désir d’avenir qui est né quelque part entre 2005 et 2006 !

Cher Marc, je l’espère, à très, très bientôt ! Et pourquoi pas dans les colonnes de Voie Militante qui t’est grand ouvert et qui reste, avant tout, un outil d’expression collective ?

Quelques éclairages

Crédit photos : Dreamstime, Motiv8

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

10 Réponses »

  1. Social comments and analytics for this post…

    This post was mentioned on Twitter by bloginfo: @marcvasseur http://www.voie-militante.com/divers/blog/marc-vasseur-baisse-le-rideau/

  2. « Au fond, c’est bien cette incapacité des blogs à sortir de cette infime « pouvoir » de nuisance qui me pousse le plus à m’arrêter.  »

    Une phrase qui fait réfléchir, effectivement… N’est-ce pas Denis?

    En politique, on peut agir en essayant de « construire », ou bien en menaçant de « détruire »… C’est le sens de l’expression « pouvoir de nuisance » auquel se réduit, parfois, certains blogs…

    Bravo à Marc pour cette lucidité.
    Je ne connais(sais) pas ton blog, mais bienvenu, si tu le souhaites, du coté de l’action constructive…

  3. @ecolo76

    Voie Militante est un espace de propositions, un espace d’informations avant tout. Nous n’avons sur ce point aucune leçon à recevoir de quiconque. La tonalité y est libre et directe. Et je suis très étonné de voir un soi-disant écolo se réjouir de la mort d’un moyen d’expression. Cela en dit long sur les sectarismes, communautarismes et autres « micro-fascismes » qui gangrènent notre société.

    Quant au pouvoir de nuisance, de qui vient-il au juste ? De ceux qui passent leur temps à chercher à tuer ou de ceux qui expriment , à leur manière, leur capacité agissante et leur différence ?

    Et puis, dans ton commentaire, il y a l’idée de la vie virtuelle et la vraie vie. Voie Militante serait virtuelle et c’est pour cela que ce site fait 2400 visites en moyenne par jour depuis le début de l’année.

  4. Salut, Denis,

    Je ne connaissais pas le blog de Marc Vasseur avant ces régionales. Ce sont les Verts « geeks » présents dans notre CAPr Nord Pas de Calais qui nous en ont dit grand bien de façon insistante, à partir de Novembre 2009.

    Lorsqu’il est arrivé dans le jeu de la composition de la liste, comme il était coopté de fraîche date, certains non Verts « historiques » l’ont regardé en chien de faïence… en effet, les Verts nous l’imposaient mais ce n’est pas pour autant qu’ils comptaient le prendre sur leur quota de 50%…

    Comme je n’étais pas candidat (ma femme l’était mais, du fait de l’obligation de parité, Marc et elle n’étaient pas en concurrence), j’en ai profité pour essayer de faire preuve d’ouverture et je suis allé souvent lire son blog en laissant de temps en temps un commentaire.

    Franchement, j’ai été gêné par son agressivité vis à vis du Parti Socialiste, moi qui pourtant n’ai jamais imaginé prendre ma carte dans ce parti, trop à gauche pour moi … même si l’indigence à droite (au centre droit, plus exactement) m’a poussé plusieurs fois à voter pour un de ses membres (je garde également une très forte admiration pour Lionel Jospin).

    Mais, en côtoyant Marc, j’ai appris aussi à apprécier son honnêteté intellectuelle. Pour première preuve, il a bien pris une place sur la liste Nord d’Europe Ecologie (la 18ème) mais il n’a pas cherché à passer à tout prix devant les personnes qui étaient là avant lui. Je peux en témoigner et çà m’a plu. En position presque sûrement inéligible, il était là pour prendre pied dans EE, plutôt pour participer à la construction de la « coopérative politique » qui s’annonçait après ces régionales.

    D’ailleurs, il a fait récemment de mon point de vue la meilleure contribution dans le Nord Pas de Calais à la construction de cette coopérative. Cette contribution a pour l’instant été peu exploitée. J’espère qu’il la rendra publique, par exemple sur ce blog, mais je ne le ferai pas à sa place. Après tout, si EE n’en fait pas suffisamment cas, je suis sûr que l’on peut fonder une autre coopérative, appelons-là « Dernier espoir en politique au croisement de l’écologie et de la démocratie » en se basant sur les principes de fonctionnement qu’il énonce et je suis prêt à parier qu’elle deviendra facilement la force politique que beaucoup d’entre nous espèrent.

    En premier point de ces principes, il y avait la fabrication d’une charte des valeurs, à prévoir mais pas encore écrite. Si elle avait été en place, j’imagine qu’elle aurait évité à Marc de croiser dans l’entre deux tours ses anciens amis du PS dans des conditions difficiles à accepter. Dans la mesure où EE avait attiré un certain nombre d’entre nous entre autres parce que le non cumul des mandats est très fortement respecté par les Verts (sauf dans la succession des mandats dans le temps, mais ce n’est pas facile) et que nous devions nous allier avec des cumulards multi-récidivistes dont certains allaient devenir vice-présidents du conseil régional, certains d’entre nous, moi le premier, ont du réapprendre à rire jaune. Peut-être cela a-t-il joué un rôle dans la lassitude de Marc ? En tout cas, cette charte des valeurs est indispensable. Il faudra qu’on y trouve aussi des garde-fous pour que les dissonants comme nous se sentent chez eux sans risquer ni lassitude ni exclusion. On doit pouvoir exprimer une certaine forme de dissonance sans être rejeté, surtout quand on a beaucoup donné. Pour une organisation politique, il y va de son honneur. Après avoir quitté le MoDem et déjà à moitié en dehors de EE, j’en viens à penser qu’il en va aussi de sa survie.

    En tout cas, j’espère que Marc va revenir sous une forme ou sous une autre après s’être reposé un peu. La politique a autant besoin, voir plus, de vagabonds comme nous (pourvu qu’ils essaient d’être intellectuellement honnêtes) que de gens obsédés par l’idée d’arriver tout en haut des pyramides, qu’elle soit bleu, brune, orange, rouge, rose ou verte.

    Dernier point: comme je ne peux plus le squatter (pour l’instant) avec mes commentaires longs et maladroits, merci de tenir bon, Denis.

    Bonne journée.

  5. @Jean-Philippe

    J’ai eu aussi mes grands moments de désespérance. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Je suis plutôt goguenard.

    Ma situation est bien plus cocasse que Marc : je n’étais candidat à rien et j’ai été dégagé comme un malpropre ! Mais la Haute-Normandie n’est pas le Nord-Pas de Calais dont les deux branches de ma famille sont originaires.

    Le week-end, alors que je passais une partie de mes vacances d’été à Lens, j’allais à Vimy.

  6. Je suis élu municipal de base et de terrain au sein d’une équipe DE GAUCHE et fier de l’être (Gisors, Eure), et blogueur heureux depuis bientôt 2 ans (le 28 mai prochain), sans autre ambition que d’apprendre, d’élaborer et de restituer.
    Dans les 2 cas, peut-être faut-il avoir une certaine modestie concernant son « destin », et ne pas pêter plus haut que son cul…
    Ca permet de continuer en se faisant plaisir, d’oeuvrer pour sa ville et ses habitants.
    Le jour où je ne serai plus conseiller, le jour où j’arrêterai mon blog, ce sera comme quand j’ai commencé : discrètement.
    « Tu verras bien qu’un beau matin fatigué… »

  7. @Philippe

    Voie Militante vient de prendre 4 ans. Auparavant, il s’agissait de Brionne 27.

    Pourquoi s’astreint-on à écrire ? Par plaisir, par souci de reconnaissance, par nécessité d’écrire et de parler, par devoir, pour l’échange ? Que sais-je ?

    Une chose est sûre : cet exercice est hautement chronophage !

  8. @Philippe

    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut tout à fait relativiser l’influence que nous croyons être la nôtre. Le jour où nos blogs s’arrêteront, la planète continuera de tourner. ;+)

  9. Denis, l’aspect chronophagede l’exercice est en effet ce qui m’inquiète le plus.
    Ce qui me rassure, en revanche, c’est d’être toujours en recherche et mouvement intellectuels pour éviter de dire trop de conneries…!!
    Amitiés.

  10. @Philippe

    De mon point de vue, l’aspect chronophage est bien lié aux aspects périphériques de l’écriture : veille et lectures. Mais ce qui me semble compliquer du fait de la massification « banalisante » de l’information qui s’amplifie d’ailleurs au travers des réseaux sociaux, c’est d’isoler l’indicible et la pertinence y compris sur le plan de la production « intellectuelle ». Autrement dit, est-ce avec Télérama et le Monde Diplomatique que nous pouvons « assurer » notre pertinence ou notre impertinence d’ailleurs qui fait notre originalité ?

    Notre rôle n’est-il pas de montrer ce que nous ne voyons plus et nous n’entendons plus ? C’est en tout cas une quête personnelle. Je n’ai pas la prétention, hélas, d’y parvenir ! Sur ce sujet aussi, je suis en quête.