La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

De la diffamation dans l’espace de nos blogs !

Par      • 12 Sep, 2011 • Catégorie(s): Blog  Blog    

Le 21 février 2010, j’ai eu le droit aux galimatias haineux de la part d’un blogueur eurois :

«  »Moi, je vous trouve inapte, incompétent, incapable de vous intégrer dans un groupe, prétentieux orgueilleux, trublion. Vos informations locales, vous les copiez sur les médias de journalistes, vous ne faites aucune investigation. Vous pompez allègrement des articles dans diverses revues que vous recomposez, ensuite, à votre sauce et prétendez faire de l’information. Vous trompez ceux qui s’y laissent prendre, mais moi vous ne m’aurez pas. Réglez vos problèmes métaphysiques avec le PS, les Verts et tous ceux que vous voudrez, mais sachez une chose: vous ne pourrez avoir raison contre tout le monde. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. »

Il s’empressa alors de modifier son commentaire de peur de s’exposer à des poursuites certaines !

Diffamation publique

La diffamation publique est définie dans l’article 29 alinéa 1er de la loi sur la Liberté de la Presse du 29 juillet 1881 de la façon suivante :

« Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés. »

En cas de diffamation publique, l’auteur peut être condamné au maximum à 1 an de prison et/ou 45 000 euros d’amende. La prescription est d’un an.

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

2 Réponses »

  1. Je ne pense pas que vous auriez pu poursuivre ce commentateur qui, me semble-t-il, ne faisait qu’émettre un jugement de valeur, une opinion, sur ce que vous faites, et que vous faites publiquement. C’est comme si l’auteur d’un livre poursuivait le critique qui a écrit qu’à son avis il n’avait aucune des qualités qui font l’écrivain.

  2. @Didier

    Sauf qu’en la matière, il y avait allégation sur des faits supposés de reproduction, que j’étais mis en cause nommément et que cela pouvait aussi constituer un préjudice au moins moral, qu’il y avait atteinte à mon honneur et que la diffamation revêtait un caractère public incontestable !

    D’ailleurs, pourquoi a-t-il retiré ce commentaire dans la journée qui a suivi sa publication ?