La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Blogs : les réseaux sociaux m’ont tuer ?

Par      • 8 Juil, 2009 • Catégorie(s): Blog  Blog    

Le départ de Jérôme Pasco de Voie Militante, même si ses raisons ont été longuement expliquées sur Voie Militante, est aussi symptomatique de l’émergence d’un autre phénomène.

Jérôme et moi sommes de « gros » consommateurs de réseaux sociaux. Or, si Jérôme se cantonne à Facebook, pour ma part, je passe un temps de plus en plus important sur Twitter dont le contenu est poussé automatiquement sur Facebook. Ce temps que nous consacrons à nos « réseaux d’amis » est aussi un temps que nous ne passons plus à écrire. Tout juste nous contentons-nous de pousser des liens sans que la communauté vers laquelle nous les poussons sache réellement quelle est notre pensée. Pratique, simple et aussi quelque peu « lâche » !  Nous apparaissons comme une mosaïque de liens qui sont censés nous déterminer aux yeux des autres !!! Autrement dit, en dehors de nous rendre profondément fainéants, la pratique de Facebook et de Twitter en vient à assécher notre propre production alors qu’il s’agissait initialement d’outils de diffusion de nos contenus. Or, de contenus, nous n’en fabriquons plus !

Du coup, nous renforçons les sites institutionnels : le Nouvel Obs, Libé, Rue89, Bakchich pour les gens de gauche ; le Figaro, le Point ou encore l’Express pour les gens de droite. Je simplifie à outrance. La blogosphère se vide et, en se vidant, elle nous vide de l’expression de millions de citoyens qui, jadis, prenaient le temps d’exprimer leurs points de vue, leurs coups de gueule avec leurs fautes et leurs mots à eux ! Elle se vide de la substance démocratique au profit des multinationales de l’inutile. En fait, le paradoxe de l’utilisation de Facebook est de détruire petit à petit le lien social qui s’était naguère constitué au travers de nos blogs. Pour en créer d’autres ? J’en doute.

Dans les réseaux sociaux, les gens aiment à se montrer pour ce qu’ils sont : avec leurs chiens, avec leurs amis, avec leurs maris, avec leurs femmes. Ils nous expliquent leurs recettes de cuisine, leur long week-end à se morfondre ;+), leurs doutes métaphysiques du genre « Je suis crevé ! ». Bref, ils se montrent, exposent leur vie comme naguère les cirques nous montraient les bêtes de foire. La prose Les galimatias que nous déployons sur les réseaux sociaux est sont une prose inutile à la plupart de nos amis alors que cela pourrait être un outil militant de premier plan. Si les blogs sont une usine à fabriquer du consensus mou (voir le classement Wikio dont l’aspect totalement artificiel n’aura échappé à personne), les réseaux sociaux sont avant tout une machine à produire de la connerie. Pas facile donc d’écrire sur un blog, de se confronter aux autres, d’accepter le regard des autres. Mais cela reste une nécessité militante même si cela nous coûte !

Crédit photos : Facebook, Twitter

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

10 Réponses »

  1. Je suis entièrement d’accord (et j’ai bien ri au dernier paragraphe). C’est pourquoi je m’efforce de continuer mon blog. Qui paradoxalement a trouvé une seconde vie grâce au relais automatique sur Facebook. Une parti inquantifiable de mes lecteurs ne passe que par ce site, invisible donc dans les stats. Mais écrit-on pour un public ou pour les sats ? :)

  2. @Bix

    Comme si nous étions là uniquement à nous amuser à parler de nous-mêmes… C’est la différence avec FaceBook et il sied si bien au travers de ces dirigeants et autres personnalités de gauche qui aimaient tant à le faire.

  3. Tous les blogueurs sont geeks, plus ou moins (enfin de totalement à pas mal quand même).
    La tentation est grande de se mettre « à niveau » avec le reste de la blogosphère. D’abord par l’attrait du nouveau, mais aussi parce qu’on fait partie de l’autre sphère, codée, on est chez les happy few. et puis parce qu’on partage bon nombre de goûts et de centres d’intérêt. Alors on va sur facebook, et puis on twitte, on dit ce qu’on fait, rapidement, on commente et même si on dit une connerie (on est même amenés à en dire par réaction ! on ne commente plus on réagit, si tu prend le temps de réfléchir, t’est déjà trop loin), on s’en fout, c’est volatile (dsl). Ca mûrit, certes, mais aujourd’hui ça ressemble aux conversations qu’on pouvait avoir au début de la téléphonie portable : « t’es où ? » … « ici, et toi, t’es où ? »… Si l’attrait des réseaux sociaux ne suffisait pas, il y a les média traditionnels pour nous rappeller que facebook et twitter sont en train de sauver la démocratie en Iran et dans le monde.
    Mais quand on y est, on ne sauve pas vraiment la démocratie ;) On existe (amen). Et si on partage les centres d’intérêts et les goûts de certains « amis », il n’est pas sûr qu’on en partage (voire pas du tout) les convictions !
    C’est déjà assez amusant de voire les connivences de certains qui s’étriperaient autour d’une table ;)
    Plus sérieusement, bloguer bouffe le temps, bloguer expose, mais bloguer permet de s’adresser aux moins geeks, à ceux qui cherchent l’information dans leur moteur de recherche. Les gens.
    Et puis les blogs cultivent leurs différence…
    Un risque quand même : à force de déserter les blogs, J-P Pernaud va pouvoir récupérer son audience.
    Ou alors tout le monde se met à twitter, et on instaure la démocratie mondiale et twittant sur nos 6 milliards d’iphones.

  4. @Denis: je ne suis pas, pour ma part, touché par un quelconque syndrome Facebook. J’ai toujours beaucoup écrit et continuerait à le faire. Ma décision, ne découle pas des éléments que tu cites et que je partage. D’accord avec toi quand tu parles de la facilité dans laquelle on verse à cause de ces outils, mais comme le dit bix, Facebook ou twitter doivent être des relais, des compléments efficaces des BLOGS persos. Rien ne remplacera un espace comme VOIE MILITANTE. Facebook c’est juste fun. Ce n’est pas comparable, ce n’est pas la même destination, la même utilisation qu’un BLOG.

  5. @Jérôme

    Il n’y avait pas d’attaque personnelle, tu t’en doutes, sachant que je crois passer un temps bien plus important que toi sur les réseaux sociaux . ;+) C’était aussi une réflexion sur mes choix à venir. Le temps des bilans est un moment nécessaire. Ton départ aura accéléré les choses/ J’ai un 2e billet en préparation sur la tonalité de Voie Militante. J’ai quelques points d’accord et aussi un énorme point de désaccord.

  6. Tout le travail que vous avez fait est essentiel. Vous le savez.
    Il faut, il faut vraiment que ça continue.

  7. @nono

    Merci de ce commentaire chaleureux. N’oublie pas que je suis un combattant… viscéral même si je n’ai aucune peine à étaler mes états d’âme.

    « Un homme politique est amené ou à se répéter ou à se contredire ». La contradiction ne me gêne que si elle ne respecte pas mon système de valeurs. Et mes valeurs sont fortes !!! ;+)

    NB T’inquiète… on va bientôt bosser ensemble dans la perspective de mars 2010 en Haute-Normandie. « A deux, on est déjà une armée. » Quand est-ce qu’on se voit ?

  8. On se contacte par mail :)