La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Cette gauche qui n’existe plus !

Par      • 24 juin, 2013 • Catégorie(s): Extrême-droite  Extrême-droite    

La disparition prématurée de la “gauche” à l’occasion du 1er tour de la législative partielle à Villeneuve-sur-Lot qui a amené le candidat du Front National à 46% est révélatrice de sa décomposition morbide. Souvenez-vous… en 1981, les Français élisaient un homme de droite qui eut l’habileté de se servir de la gauche pour conquérir un pouvoir dont il ne fit rien ou presque dès 1983. En 1984, celui qui dénonçait naguère le coup d’Etat permanent s’engonça dans les habits de monarque. Il choisit alors un certain Laurent Fabius pour convertir la gauche et accessoirement la France aux vertus du néo-libéralisme de Reagan et de Thatcher, de l’Europe des marchés et de l’Euro. Puis, sous Jospin, Dominique Strauss-Kahn créa les stocks-options. L’Etat ne pouvait rien pour les salariés de Renault. Pas plus pour ceux de Michelin. Il pouvait tout pour les nantis. En 2002, le 1er ministre  nous expliqua qu’il n’était plus “socialiste”. Les électeurs le crurent sur parole. Ils lui en furent extrêmement reconnaissants. Depuis 2005, c’est encore un grand “socialiste” français en la personne du très falot Pascal Lamy qui prêche la bonne parole de l’OMC, de la dérégulation et de la loi de la jungle, pendant que Martine, François et les autres allaient se rendre régulièrement au Siècle au chevet de ces grands patrons ivres de leurs richesses.

10 ans plus tard, quelques mois après que le peuple français a exprimé tout son ressentiment envers la politique de l’agité du bocal qui présida à notre destinée de 2007 à 2012, la “gauche” au pouvoir retrouva très vite le chemin des affaires avec un ministre du budget dont nous avons appris qu’il s’était fait soudoyer – entre autres – par les labos pharmaceutiques. De 1996 à 2001, Eric Besson était le délégué de la Fondation de la CGE devenue la Fondation Vivendi sous les hospices de Jean-Marie Messier. Que dire enfin de Marisol Touraine, l’actuelle ministre de la santé, qui, en 2009, appartenait au Club Avenir de la santé, un groupe de pression financé par GlaxoSmithKline ? Quant à sa collègue Michèle Delaunay, ministre déléguée aux handicapés, ses 5,02 millions d’euros de patrimoine et ses 23 comptes bancaires doivent l’occuper davantage que son ministère. En avril, nous apprenions que le fils de l’actuel ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a acheté en 2012 un appartement de 280 mètres carrés d’une valeur de sept millions d’euros à Paris intramuros alors qu’il ne paie pas d’impôt sur le revenu. Comment voulez-vous que les Français aillent voter pour des gens qui sont à la gauche ce que la gangrène est au diabétique ?

La nausée !

L’échouage de la gauche n’est évidemment pas le seul fait de ces drôles de “socialistes”. Jean-Luc Mélenchon déclarait au salon du Bourget : “Moi, quand je voyage, je voyage en classe affaire. J’ai passé l’âge d’aller me faire briser le dos à la classe économique“. Il aura une fois encore perdu l’occasion de se taire. Entre nous, croyez-vous qu’il s’agisse là des paroles d’un homme de gauche dont la compassion pour le peuple l’a amené en 1992 à voter en faveur de Maastricht et de l’euro ? A l’occasion des dernières élections législatives partielles, le Front de Gauche a fait trois fois moins que le Front National.

Même les communistes s’y mettent ! Ils sont aujourd’hui les défenseurs les plus zélés d’une monnaie, l’Euro, qui est aujourd’hui en train de tous nous appauvrir. Le point d’indice des fonctionnaires est bloqué dans ce pays depuis 2008. La seule perspective que nous proposent Hollande et sa clique des banquiers d’affaires, c’est la baisse des salaires, des retraites et en creux une récession sans précédent.  Avec 2 millions de personnes en plus, la France de 2012 dispose du même PIB qu’en 2008. La droite, puis cette drôle de “gauche” sont en train tout simplement de nous clochardiser. Il n’est pas étonnant que, dans ces conditions, les Français par désespérance, fassent le choix du Front National ! Il semble très difficile de les accabler.

Voie Militante Voie Militante

Cette gauche qui n’existe plus !
5 votes, 5.00 avg. rating (99% score)

Tags : , , , , , , , , ,

4 Réponses »

  1. Souvenons nous de l’expression “la gauche molle”…. Je n’attendais pas de François Hollande qu’il fasse une politique “trés à gauche”..; Néanmoins, il faut se souvenir de la politique (et du bilan)menée par l’UMP et son champion Nicolas Sarkozy : 1 million de chômeurs en plus alors qu’ils avaient promis de réduire le chomage, Une côte d’azur qualifiée par certains de bain de sang alors qu’ils se déclaraient “spécialiste en sécurité”, des militaires qualifiés “d’amateurs” ( un comble pour le Chef des armées!), une crise économique, deux dégradations financières, j’en passe et des meilleures!
    Un désastre jamais vu de toute la 5° république.
    Plus jamais l’UMP au pouvoir!
    François Hollande ne doit apparaître que comme une étape vers une nouvelle société.
    “Les Français, par désespérance font le choix du Front National”. N’a t on pas dit que le XXI° siècle serait écologiste ou ne serait pas”? L’espérance résidait dans les écologistes qui avaient une bien belle place à se faire. EELV a détruit l’écologie et a ôté tout espoir aux Français.
    S’il y a deux responsables à la montée du Front National, ce sont bien EELV et ses mauvais choix et l’UMP qui n’hésite pas à créer des passerelles avec le FN; si les dirigeants montrent l’exemple d’accords avec le FN, pourquoi, les citoyens ne se mettraient ils pas à voter pour ce parti?

  2. Oui, dès 1983, nous avons été des déçus de la gauche.
    “La gauche n’est plus la gauche”. Depuis 30 ans on ressasse ce refrain. 30 ans !
    Et je vois avec effarement que cela continue comme un logiciel qui bug.

    Maintenant “c’est la gauche qui n’existe plus”.
    Les élus, les partis la “trahissent” (c’est pas nouveau !) et surtout les électeurs populaires la quittent.
    Mais, article 1 : la gauche c’est le Bien, donc on a raison, eux, ils ont tord.
    Peu importe le réel. Il faut être encore et toujours plus à gauche.
    En cas de difficulté avec le réel, se référer à l’article 1.

    On connaît ce réflexe.
    Là où l’islam pose des problèmes, c’est que ce n’est pas le vrai islam.
    Le communisme a été une catastrophe, ce n’était pas le vrai communisme.
    Le libéralisme mène à des crises structurelles toujours plus graves, c’est faute de vrai libéralisme.
    L’européisme est un échec, il faut plus d’europe fédérale
    etc.

    Autre chose :
    Les écologistes ont détruit l’espérance dans l’écologie ? dit-on ici.
    Sans doute. Ne sont-ils pas plutôt de gauche ? si, mais se référer à l’article 1 !

    Bon. Une fois sorti de ce cycle pavlovien, que reste t-il réellement pour “être de gauche” ?
    Le FN ! Le camp du Mal. La valeur sûre à laquelle se raccrocher. Ouf !

    Vous dites ailleurs que ce parti “véhicule toutes les valeurs de l’idéologie fasciste de la droite révolutionnaire”
    à savoir :

    - le libéralisme économique, le localisme et le corporatisme
    Du marinisme, je vois plutôt un étatisme protectioniste et social plutôt radical.
    Le localisme, il me semble que c’est une des bases de l’écologie appliquée, j’achète !
    Le corporatisme, là faut voir la définition. Ne confondons pas avec un poujadisme conjoncturel.

    - le culte de la personnalité :
    c’est oublier que c’est la gauche qui a fabriqué la créature Le Pen, le prestige de sa diabolisation.
    c’est vrai qu’on se passerait bien du clan familial au FN comme partout ailleurs..

    - le rejet de l’universalisme et des idées des Lumières, de la démocratie et du parlementarisme
    Donc demander la proportionnelle et le référendum d’initiative citoyenne c’est un rejet de démocratie. OK !.
    L’universalisme au sens de l’humanisme égalitaire chrétien n’est pas rejeté. L’universalisme qui a conduit la gauche à organiser la colonisation au XIXe et à participer aujourd’hui au mondialisme, totalitarisme du système marchand, celui-là l’est.

    - l’affirmation nationaliste et identitaire,
    Identitaire le FN ? pas du tout, même pas ethno-différentialiste. L’affirmation nationale de type gaullienne oui, c’est fondamental. La certaine idée de la France passe par son indépendance et la liberté du peuple à disposer de lui-même. Horreur !

    - le rejet des idées libérales dans la société, de l’ordre existant en se référant à un ordre ancien ou moral.
    Si les idées libérales c’est par exemple la théorie du genre, alors oui, c’est niet ! Est-ce se référer à un ordre moral ? ou refuser un ordre marchand ?
    Quant au rejet de l’ordre existant, en tant que marxiste, je me félicite qu’il en soit question au FN !

    Arrivé là, on se demande si la gauche “qui n’existe plus” n’existe pas en fait, ailleurs qu’à gauche.
    J’ai dans l’idée que beaucoup de français la reconnaissent là où vous craignez qu’elle soit.

    Pas certain que cela vous rassure.

  3. @Pascal Demoriane
    Un seul conseil : replonger-vous dans l’histoire de l’extrême droite en Europe, vous êtes le nez dans le guidon !

  4. @Pascal

    Votre propos frise la confusion mentale.Tâchez de vous reposer. Marchez. Courrez. Roulez. Mais faites quelque chose !

Laisser une Réponse

*