La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’Euro, une émanation de l’oligarchie incompétente

Par      • 30 jan, 2013 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

La baisse de la compétitivité depuis 2000 est due en grande partie à l’euro. C’est un des grands enseignements du rapport Gallois. Il faut être aveugle pour ne pas le comprendre. Concordance des temps !

De Mitterrand à Sarkozy en passant par Chirac et Hollande, l’euro est une invention d’une oligarchie incompétente et clientéliste dont l’objet est de racketter les états et aussi les populations par l’entremise d’établissements bancaires qui leur sont aujourd’hui étroitement proches. Carpe diem.

L’oligarchie incompétente  vue par Emmanuel Todd

C’était avant l’élection de François Hollande. Depuis, rien n’a changé ! Le changement, c’est vraiment pas pour aujourd’hui et peut-être même pas pour demain.

Voie Militante Voie Militante

L’Euro, une émanation de l’oligarchie incompétente
4 votes, 5.00 avg. rating (99% score)

Tags : , , , , , ,

6 Réponses »

  1. La compétitivité vis-à-vis de qui? Pour qui? Est-ce la seule chose à prendre en compte? Par ailleurs, les problèmes de compétitivité sont des problèmes dont le cadre dépasse largement celui de la monnaie. Pour toutes ces raisons je trouve ce billet quelque peu démagogique (gauchiste est le mot qui vient aussi à l’esprit). Je partage le diagnostic d’Emmanuel Todd, mais pas vraiment le pronostic. Réforme de la politique monétaire européenne, intégration fiscale accrue, début de politique économique commune ainsi que défaut partiel sur la dette me semblent être une voie de sortie bien plus raisonnable que l’abandon de l’Euro, qui à mon avis serait un coup de frein très brutal, voir même final, à la construction européenne.

  2. @Kelson

    La construction européenne n’est plus qu’une illusion de l’esprit. Quelle est aujourd’hui la réalité de l’Europe ? L’Euro ? La PAC ? L’Europe de la défense ? La concurrence ? Le Marché unique ? Des millions de chômeurs ? L’impuissance à agir ? L’incapacité à monétiser la dette ? L’absence de limites ?

  3. @Kelson

    “Réforme de la politique monétaire européenne, intégration fiscale accrue, début de politique économique commune ainsi que défaut partiel sur la dette” la zone Euro diverge de plus en plus de ce rêve de zone monétaire optimale. Ces mantras maintes fois répétés dans la presse française ne peuvent aboutir car ils sont très loin d’être partagés par tous. Par exemple la vilonté de l’oligarchie allemande est d’imposer à toute l’Europe une politique Hartz 4, complètement hors contexte.

    @ Denis
    je suis convaincu que l’illusion d’union date de la période de la guerre froide ou la peur des soviétique était un puissant unificateur. Cette peur disparue l’illusion s’évapore et disparaîtra complètement avec la crise. A moins d’un choc extérieur imprévisible.

    Je pense qu’il aurait fallu rester modeste dans cette construction et surtout plutôt essayer de faire coopérer les pays et des gens sur des projets (Ariane, Airbus, Erasmus..) que de vouloir absolument les mettre en concurrence.

  4. @Denis @Yann

    Je pense que vous niez à la fois les développements de la construction européenne (peut-être parce que politiquement, vous n’êtes pas d’accord avec la forme de cette construction), la réalité de l’acquis (l’union européenne n’est pas un mirage, son impact est très important aujourd’hui) et aussi les risques à abandonner ce projet.

  5. Les politiques français – je pense à Mitterrand – nous ont agité le hochet de la peur pour faire passer au forceps l’idée de l’euro. Faisons en effet la part des choses entre l’Europe et l’euro.

  6. @Kelson

    La construction européenne n’a pas commencée en janvier 2002, 11 ans après l’Euro c’est 4 millions de chômeurs en plus (17 millions de chômeurs au total) et une récession généralisée je n’appel pas cela un grand succès.

    Cela serait un contre sens complet de penser que je suis contre la construction européenne. Pour moi l’Euro est la monnaie de l’oligarchie contre les peuples et la démocratie, elle est donc un des risques les plus grand qui pèse actuellement sur cette construction. Historiquement il n’a jamais été bon d’humilier des peuples en Europe.

Laisser une Réponse

*