La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le décrochage de l’économie française est-il dû au Patriot Act ?

Par      • 23 Nov, 2012 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

L’un des points centraux du rapport Gallois est de nous avoir permis de dater le décrochage de l’économie française. La part de marché en Europe de nos exportations est passée de 12.7% en 2000 à 9.3% en 2011. De 2002 à 2011, notre balance  commerciale est passée d’un excédent de 3.5 milliards d’euros à un déficit de 71.2 milliards d’euros. Hors énergie, la balance commerciale de la France s’est inversée, passant de +25.5 à -25.4 milliards d’euros sur la même  période !

Pour certains, la dégradation serait imputable aux 35 heures et à la hausse du coût du travail que leur mise en œuvre aurait induite. C’est oublier que l’État français, en déversant des milliards d’euros aux grandes entreprises, leur a permis de financer de très solides gains de productivité. D’autres pourraient y voir les conséquences de la mise en place d’un euro très largement surévalué. C’est peut-être là un élément d’explication beaucoup plus solide ! Quant à la hausse du prix du pétrole et du gaz, elle s’est appliquée à tous les pays industriels de la même façon. Avec le nucléaire, les industries françaises ont pu bénéficier d’un coût de l’électricité bien plus bas que celui de leurs concurrentes européennes.

En guerre économique !

Le décrochage de l'économie française est-elle due au Patriot Act ?L’une des conséquences de l’attentat du World Trade Center perpétré par Al-Qaïda le 11 septembre 2001 a été la mise en place du Patriot Act le 26 octobre 2001 par George W. Bush, dont le père fut agent de la CIA. Rappelons que l’objet de cette loi est de permettre aux autorités fédérales américaines de disposer de toutes sortes d’informations auprès des entreprises de droit américain. En 2005, la National Security Agency a mis en place, avec Echelon, un système d’interception de toutes les communications publiques et privées qui passent par la téléphonie ou par Internet. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les États-Unis disposent en fait d’un vaste système de collecte de données économiques et stratégiques, facilité par la domination qu’ils exercent dans le secteur de l’informatique, des réseaux et des télécommunications au travers de sociétés comme Google, Microsoft, Yahoo, Facebook, Twitter, Oracle ou IBM.

A la veille du G20 en 2011, 150 ordinateurs du ministère de l’économie avaient fait l’objet d’une cyberattaque qui visait précisément la direction du Trésor. Peu avant l’investiture de François Hollande, nous apprenions que les serveurs de la présidence de la République avaient subi une attaque majeurequi proviendrait des autorités américaines. Quelques temps plus tard, l’un des installateurs chargé de la mise en place de la fibre optique à l’Élysée, au ministère de l’intérieur et à la préfecture de police de Paris s’est fait dérober la clé USB dans laquelle étaient stockés les plans ! Alors, hasard ou nécessité ?

A lire

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Laisser une Réponse

*