La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Un nouveau label bio.

Par      • 15 Avr, 2010 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

Quand on veut acheter bio, se fier à l’enseigne du magasin ou à la mention « issu de l’agriculture biologique » inscrite sur le produit ne suffit pas. Un label bio est une meilleure garantie, mais ce n’est pas non plus la panacée !

Les plus connus.

Le plus connu en France est le label AB, car c’est un label de qualité français, créé en 1985, défini par le ministère français de l’agriculture et promu par l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique. Il garantit que l’aliment est composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus du mode de production biologique, mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal ; le respect de la réglementation en vigueur en France ; que la certification est placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les pouvoirs publics français, répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, de compétence et d’efficacité.

Il y a également le label bio de l’union européenne, créé en 1991, c’est un label certifiant que le produit visé est conforme au règlement sur l’agriculture biologique de l’Union européenne, ce qui implique que 95% ou plus des composants du produit sont issus de l’agriculture biologique ; que le produit est conforme aux règles du système officiel d’inspection ; qu’il provient directement du producteur ou du préparateur dans un emballage scellé ; qu’il porte le nom du producteur, du préparateur ou du distributeur et le nom ou le code de l’organisme d’inspection. Ce label harmonise au sein de l’Union Européenne les pratiques en matière d’agriculture biologique, mais comme vous l’avez remarqué, il est moins strict que le label AB… qui du coup a perdu de sa crédibilité au niveau des consommateurs.

Les plus sévères.

Le label Demeter est un label de certification de produits issus de l’agriculture biodynamique, selon les enseignements de Rudolf Steiner. Il garantit le respect du cahier des charges de l’Agriculture biologique mais implique en plus de respecter d’autres critères liés à leur mode de production. Les produits sont issus de l’agriculture bio-dynamique qui utilise uniquement des méthodes naturelles et tient compte des rythmes saisonniers et des influences cosmiques ; la ferme étant considérée comme un système où tous les éléments interagissent entre eux, la certification Demeter de domaines agricoles qui n’élèvent pas de bétail, n’est pas possible. ll existe des cahiers des charges spécifiques pour le vin, la bière, l’apiculture et pour les textiles.

Le label Nature & Progrès est un label d’agriculture et de cosmétiques biologiques, fondé en 1974 et qui a la particularité de rassembler des professionnels et des consommateurs. La mention Nature & Progrès est attribuée à des producteurs qui respectent une charte et un cahier des charges techniques plus contraignants que ceux des autres labels de l’agriculture biologique. En effet, il existe deux cahiers des charges, l’un consacré aux productions végétales, l’autre aux productions animales.

Concernant les productions végétales, les fermes sont éloignées d’au moins 500 mètres des grandes voies de circulation routière ; tous les produits ionisants sont interdits pour les produits et denrées destinés à l’alimentation humaine et animale ; la cuisson et le séchage par micro-ondes sont interdits ; les fertilisants utilisables sont soumis à des obligations de contrôles stricts et excluent les dérivés d’OGM. L’usage de l’azote rapide est réglementé et limité et 50% au moins de l’azote doivent être apportés sous forme d’amendements. L’autonomie en intrants est encouragée ainsi que la biodiversité  par la promotion de la variété.

Concernant les productions animales, la conversion de la ferme à l’agriculture biologique doit se faire à 100 % et en cinq ans maximum ; la taille du cheptel est limitée à une unité gros bovin par hectare de surface agricole utile ; la taille des élevages est limitée ; le compostage des fumiers doit durer trois mois minimum. Il y a une interdiction totale des OGM pour l’alimentation ; les concentrés donnés au bétail en plus du fourrage doivent être 100 % bio ; l’ensilage est interdit ; pour les ruminants : pâture d’au minimum 5 mois et interdiction des additifs fourragers de synthèse ; les poussins achetés doivent être garantis non vaccinés ; les traitements vétérinaires sont limités ; le temps de transport des animaux est  limité à 6 heures ; il y a une promotion des races à faibles effectifs et des races locales.

What’s new Pussycat ?

Las, la Fédération Nationale des producteurs de l’Agriculture Biologique et d’autres acteurs comme les magasins Biocoop et le grossiste PrioNatura se sont regroupés dans une association qui vient d’annoncer le lancement d’un nouveau label, cette fois privé : Bio Cohérence.

Il sera attribué par un comité interne d’une manière qui se veut transparente et contrôlé par les organismes certificateurs habituels – Ecocert, Agrocert, etc… – ce label garantira que le producteur respecte non seulement le cahier des charges européen, mais aussi d’autres engagements plus exigeants, comme l’interdiction totale des OGM  ; l’obligation pour la ferme d’être 100 % bio ; 100 % d’ingrédients bio dans les produits transformés ; 100 % d’aliments bio produits majoritairement sur la ferme pour les animaux. Le producteur devra aussi, pour l’obtenir, réaliser un autodiagnostic pour améliorer ses pratiques, y compris sur des questions sociales. Les certifications devraient commencer dans les prochains mois,  et les premiers produits sont prévus en magasins pour 2011, d’abord dans les magasins Biocoop puis dans d’autres enseignes, voire éventuellement dans la grande distribution.

Dommage qu’une initiative privée doive se substituer au laxisme des pouvoirs publics…

En conclusion, consommateurs, soyez vigilants et n’achetez pas n’importe quoi n’importe où !

Crédit photos : Wikipédia ; Mes courses pour la planète, Autour du bio.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

2 Réponses »

  1. Concernant Rudolf Steiner ( wikipedia ), il s’est inspiré des travaux du Pasteur Oberlin pour
    l’éducation des enfants, ensuite il a influencé ou pris en compte le fait que les mennonnites
    étaient et sont toujours respectueux de la terre …..

    et dire que tout cela avais été mis en pratique il y a fort longtemps dans la région
    des welsches ( vallée de Schirmeck et Ban de la roche ) ….

    malheureusement, beaucoup de choses se sont dispersées ou ont disparues …

    en ce qui concerne Demeter je n’ai aucun soucis pour en parler et si vous souhaitez plus
    d’informations demandez à demeter situé à colmar …..

    liens :
    http://www.bio-dynamie.org/
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ban_de_la_Roche
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Steiner
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Frédéric_Oberlin

    autrement, qu’est ce que ce nouveau label apporte de plus au niveau de la qualité des produits ?
    j’attend des arguments techniques valables ….

  2. Je ne prétends pas qu’il apportera plus, je constate qu’il est plus exigeant que le label AB qui baisse son propre niveau d’exigence pour suivre le label bio européen, c’est tout.
    Toute initiative visant à assurer au consommateur de bio un produit le plus bio possible me semble intéressante et bonne à relayer.
    Rien n’est parfait en ce bas monde !