La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La Grèce bientôt en dehors de la zone euro ?

Par      • 5 Juin, 2011 • Catégorie(s): Europe  Europe    

Selon Maria Damanaki (le commissaire grec européen à la pêche), « Le scénario d’un éloignement de la Grèce de l’euro est désormais sur la table« . Elle évoque le dilemme : « soit nous tombons d’accord avec nos bailleurs de fonds sur un programme de durs sacrifices apportant des résultats, en prenant nos responsabilités pour notre passé, soit nous retournons à la drachme« .

Avec près de 150% du PIB en dette souveraine, les intérêts représentent plus de 5% du PIB. Pour rembourser il faudrait que la Grèce réalise un excédent budgétaire de 5%, alors qu’elle a fait 11% de déficit en 2010 ! L’ajustement budgétaire nécessaire serait de 15% à 17% du PIB, le défaut partiel ou total de paiement est donc à terme inévitable. C’est un problème de solvabilité.

Dans le cas du retour au Drachme, il faudrait compter une dévaluation estimée à 50% (30% à 70% de dévaluation par rapport à l’€uro selon les différentes estimations). Perspective peu réjouissante pour les créanciers qui perdraient ainsi quelques dizaines de milliards ! Cela mettrait en danger le précaire équilibre du système financier européen. L’exposition de l’Eurosystème à la Grèce serait de l’ordre de 135 milliards d’€uros (1). Le système bancaire européen déjà en difficulté n’en veut surtout pas. En plus, il lui faudrait payer des milliards d’engagements en CDS (Credit Default Swap).

Dépecer la bête à terre !

Jean-Claude Junker, président de l'EurogroupeLa seule solution proposée par nos politiciens en manque complet de lucidité et d’indépendance vis à vis du système financier est toujours la même. Elle consiste à imposer une rigueur extrême et remplir le tonneau des Danaïdes grec aux frais des européens qui ont déjà payé plus de 100 milliards (2).

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker du haut de son paradis fiscal, propose lui d’ajouter la spoliation à la ruine des grecs : « Je saluerais la création par nos amis grecs d’une agence de privatisation indépendante du gouvernement, dans laquelle siègeraient des experts étrangers. » (3) Ou comment dépecer la bête à terre !

Et toujours plus de sacrifices : « Ces nouveaux sacrifices prévoient, entre autres, une plus grande réduction des effectifs dans la fonction publique, des coupes sur les salaires, le durcissement de la lutte contre la fraude fiscale, l’augmentation de la TVA de 13 à 23 %. » (4)

Les nouvelles aides ne servent qu’a prolonger encore un peu plus la survie du système financier aux frais des citoyens européens.

Références

(1) L’exposition de l’eurosystème à la Grèce serait de135 milliards d’euros
(2) TV5Monde : économie/Finances
(3) Grèce: Juncker plaide pour une agence indépendante de privatisations
(4) La Grèce bénéficie d’une nouvelle aide de 60 milliards

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

3 Réponses »

  1. @Yann

    Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. Bravo d’avoir braqué les phares sur cette question.

  2. les citations font peur . Junker ou Trichet, la meme face d’une saloperie ploutocrate

  3. @Dagrouik

    Très bien ton billet.

Laisser une Réponse

*