La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Difficile de parler de la sortie de l’Union Européenne à l’Université de Rouen !

Par      • 24 fév, 2013 • Catégorie(s): Rouen  Rouen    

François Asselineau est président de l’U-P-R, l’Union Populaire Républicaine. C’est aussi un énarque de droite, qui fut notamment membre des cabinets ministériels de Gérard Longuet et de Charles Pasqua. Il revendique aujourd’hui pour la France la sortie de l’Europe, de l’euro et de l’OTAN. Le 22 janvier, 450 personnes étaient venus participer à un grand débat à la Faculté de Droit-Économie-Gestion de l’Université de Rouen, sur le thème  “La France doit-elle sortir de l’UE ?”. A la demande du doyen, l’U-P-R a dû “censurer” la vidéo, en masquant et en coupant les autres intervenants.

François Asselineau, ce soir-là, rappelait qu’après l’Angleterre, l’Italie pourrait être amenée à se prononcer sur son maintien dans l’Union européenne. La construction européenne avait pour vocation de développer la croissance et diminuer le chômage en fournissant un “contre-poids” à la puissance des Etats-Unis.

L’article 50 du Traité de Lisbonne !

Chaque état membre dispose d’un droit inaliénable à quitter l’Union européenne.

1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent. La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

Voie Militante Voie Militante

Difficile de parler de la sortie de l’Union Européenne à l’Université de Rouen !
4 votes, 5.00 avg. rating (99% score)

Tags : , , , , , , , , ,

5 Réponses »

  1. La situation actuelle est interessante car tandis que l echec des politiques economiques de l oligarchie europeenne est de plus en plus difficile a cacher, l election italienne montre que petit a petit, tres lentement, certains peuples tentent de reprendre en main leur destin. Questions : le debut de quelque chose? comment va reagir l oligarchie?

  2. Il y a quand même beaucoup de têtes de bonshommes sur la page d’accueil de Voie Militante, je trouve. Bon OK une chanteuse…ou une femme en petit au dans le coin à gauche d’une photo représentant un homme surdimensionné par rapport à elle…une nounoursE rose…Personnellement je lirais plus souvent les articles sans ces faciès à costard-cravate (double menton). Les trombines masculines on en est un peu saturé.e.s, non ? Déjà que dans le moindre dépliant politique c’est le concours de “ma trombine partout” avec 60 fois en 4 pages la tête du ponte quelconque qui a à voir avec la tête du parti !
    Bon mais moi je dis ça, je dis rien (comme dirait lolobobo).

  3. @euterpe
    Peut-être y a-t-il trop de têtes de bonshommes en home, et peut-être aussi n’est-ce que le reflet de la réalité politique et celle des affaires.
    L’affiche du député/conseiller général/président d’agglo/1er maire-adjoint Jean-Louis Destans est assez parlante.
    Sur l’affiche électorale, c’est lui, en gros, et en tout petit, en bas, mais à gauche quand même, sa suppléante Elodie Desrues.
    Je dis ça parce que si la loi sur le cumul des mandats devait s’appliquer, il serait bien que le public vienne à connaître le nom de celle qui pourrait être amenée à… ?
    Bon mais moi, je dis ça, je dis rien (comme dirait…).
    Elodie qui ?

  4. @Euterpe

    Y a quand même encore Ségolène Royal ! ;+) J’ai lu Rosa Luxembourg, Françoise Dolto, Simone de Beauvoir. Je crains que mes références féminines, pour ma part, ne s’arrêtent là. Et à le fois, est-ce vraiment important ? J’ai soutenu Royal en 2007. J’ai soutenu Aubry en 2012. Nous avons surtout besoin de femmes qui ne se comportent pas comme des hommes. Pour les mantes religieuses, laissons-les à l’espèce animale.

    @Nono

    Bises à toi et à ta chérie. ;+)

  5. @- euterpe

    petite deviendra grande……….et comme il est beaucoup question de mariage ces temps ci j’attends pour 2015 (cantonales) avec curiosité la constitution de tendems dont certains pourraient etre rigolo……quel bonheur d’avoir a voter pour des couples unis main dans la main le regard lumineux, éperdu de bonheur.c’est pas mignon çà ,. -:). le suffrage universel transformé en agence matrimoniale ! j’en ai la larme à l’oeil… que d’émotions à venir….

Laisser une Réponse

*