La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

1953 : la RFA croule sous les dettes.

Par      • 5 Avr, 2013 • Catégorie(s): Histoire  Histoire    

Une des conséquences de l’aventurisme militaire allemand de la première moitié du XXième siècle, c’est qu’au début des années 1950, la jeune RFA doit rembourser de nombreuses dettes. Elle proviennent du Traité de Versailles (dettes jamais honorées), d’emprunts internationaux contractés par la République de Weimar et de prêts accordées par les Alliés pour reconstruire le pays détruit après 1945.

Mais la charge de cette dette est trop lourde pour ce pays. En 1951, Hermann Josef Abs conseiller financier de Konrad Adenauer, est chargé par ce dernier de représenter la délégation allemande dans d’une série de conférences à Londres. Il fait très bien son travail.

 

Les 21 pays dont la Grèce, l’Espagne, L’irlande et l’Italie qui sont réunis à Londres, décident de diminuer de 62.6% la dette initiale en la ramenant de 38.8 Milliards à 14 milliards de Marks, d’accorder à la RFA un moratoire de 5 ans et un étalement sur 30 ans des délais de remboursement. De plus le service de la dette sera modulé en fonction de la capacité de paiement de l’économie allemande pour ne pas trop ponctionner de sa richesse,  de nombreux autres avantages économiques lui seront concédés. C’est alors le début du miracle économique allemand.

Volkswagen, la voiture du peuple allemand

 

Il est intéressant de constater que les donneurs de leçons d’aujourd’hui sont ceux qui on le plus souvent fait défaut en Europe durant le XXième siècle, dommage de voir aussi qu’ils sont très durs et arrogants avec ceux qui ont été très cléments avec eux il y a 60 ans.

 Sources  admin.ch, letemps.ch, cadtm.org / Crédit photos: Wikipédia, bcampbell.org, imageshack.us

 

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

13 Réponses »

  1. Oui bon, c’est ce qui se dit d’un bout à l’autre du web histoire de faire porter le chapeau de la crise à l’Allemagne parce qu’elle a l’arrogance de savoir tenir les cordons de sa bourse, elle.
    Premièrement : le traité de Versailles était une belle saloperie qui nous a amené Hitler et les Français ont reconnu après la guerre qu’ils étaient allé trop loin avec leurs exigences exorbitantes et si cette dette a été en partie annulée, c’était bien parce que les gens en crevaient en Allemagne autrement qu’en Grèce aujourd’hui !
    Deuxièmement : après avoir supporté Hitler, avoir vu sa population masculine quasi entièrement décimée, l’Allemagne s’est vu également pilonnée pratiquement jusqu’à la dernière pierre et ce pays n’était plus qu’un champ de ruines après la 2e G.M. Ruines que les femmes ont du relever seules puisqu’il n’y avait plus d’hommes. De l’argent, là, il n’y en avait plus un kopek et le peu qui restait devait servir à reposer pierre sur pierre des villes entières.
    Troisièmement . la dette du traité de Versailles a été annulée parce que dans le cas contraire on aurait une Allemagne états-unienne en Europe. Ce contre quoi De Gaulle et Adenauer se sont battus. Il ne fallait pas que l’Allemagne qui n’avait plus un sou soit dans la dépendance complète du prédateur américain. déjà qu’il profitait de l’occupation alliée pour installer leurs Pershing et autres formes de présence lourde.
    Entre temps, le pays s’en est sortie non pas parce qu’on lui a fait des cadeaux mais parce qu’elle s’est débrouillée pour s’en sortir.
    Admettons qu’on ait fait des cadeaux à la France après la guerre : serait-elle dans une meilleure situation économique aujourd’hui ? Non parce que sa politique est antisociale, antidémocratique et antiéconomique. Le système est complètement pourri de A à Z. De Gaulle considérait que faire de la France un état fédéral à l’instar de l’Allemagne lui aurait permis de mieux fonctionner économiquement. Mais la France a préféré qu’il se casse.
    Après on a eu Giscard l’ami de Bokassa, Mitterrand le mort-vivant, Chirac le Centrafricain et Sarkozy le voleur de vieille dame.
    Franchement en Allemagne on n’a pas le quart de la moitié de tous ces scandales qui culminent avec Cahuzac. Le système fédéral permet un meilleur contrôle des élus. Alors la France ferait mieux de balayer devant sa porte.

    L’annulation de la dette allemande était juste. C’était le traité de Versailles préconisé par les Francais qui était injuste.

    Quant à comparer l’incomparable, ce n’est pas cela qui fera sortir l’Europe de la crise et crier Haro sur les Allemands encore moins.

    Amicalement (néanmoins) ;)

  2. @Euterpe

    Je n’avais pas remarqué que mon post avait une connotation germanophobe. Ce n’était absolument pas mon but … je suis ni germanophobe ni francophobe. Je remarquais simplement qu’à peine 10 après la guerre (c’est pire qu’un surendettement!), des pays ont eut la sagesse d’aider l’Allemagne à s’en sortir plutôt que de chercher à l’enfoncer.

    D’autre part je fais aussi la différence entre la grande masse des allemands, dont ceux payés une misère suite aux lois Hartz et leur oligarchie politico-financière.

    A propos de Versailles on peut aussi penser que la France n’aurait pas chercher à humilier l’Allemagne si les Prussiens – Allemands n’avaient pas humilié la France dans la galerie des glace tout en lui volant l’Alsace-Lorraine.

    Mais les Prussiens n’auraient peut-être pas fait cela s’ils ne s’étaient pas sentis humiliés par les troupe de Napoléon. On peut aussi penser à François 1er et Charles Quint, aux descendants de Charlemagne, aux Wisigoths… C’est absurde. Avec la stupide loi du Talion, on termine aveugles et édentés. La sagesse enseigne l’humilité plutôt que l’humiliation.

    Pourquoi humilier ceux qui sont en difficulté ? De toute façon, les grecs ne rembourseront pas. Alors à quoi bon ??? l’orgueil ?

    Question : pourquoi la BCE refuse-t-elle de fournir les documents qui expliquent comment la Grèce est entrée dans la zone Euro alors que ses indicateurs économiques l’en empêchaient ? Si des gens responsables avaient été au pouvoir, on n’en serait pas là.

  3. @ Yann : c’est vous qui parlez du traité de Versailles ou c’est moi ? C’est bien ce que vous invoquez dans votre article, non ?
    Je ne suis pas remontée à Charles Quint pour ma part mais si vous voulez y remonter sachez qu’en ce temps-là (que je connais bien), les deux puissances étaient de force égale malgré l’étendue des territoires des Habsbourg. Mais de toute façon les Habsbourg n’étaient pas allemands et les Allemands, eux, qui ne l’aimaient pas et ne voulaient pas être dominés par cette dynastie avaient formés une ligue contre Charles Quint, donc….

    D’autre part, la France a DONNÉ volontairement toute seule comme une grande l’Alsace-Lorraine aux Allemands en 1870. Je le sais, mes aïeuls sont issus de cette région et l’ont assez reproché à la France. Elle l’a fait pour économiser une certaine somme d’or. Cela ne l’a pas dérangée que des peuples en souffrent par la suite. En particulier les Alsaciens-Lorrains. Du moment que ce n’était pas des Parisiens !
    Alors peu importe ce qui se passe avec la Grèce aujourd’hui, les reproches que l’on peut faire à l’Allemagne devraient peut-être restés au présent et pas aller puiser dans une époque de brouilles franco-allemandes sur fond de traité de Versailles et autres vieilles lunes qui devraient être depuis longtemps enterrées.

    Pour le BCE et tout ça je n’en sais rien mais, par pitié, ne recommençons pas les vieilles querelles. L’Allemagne a assez payé le prix des guerres passées. Bien plus que la France. Depuis 1990, elle a investi des milliards dans la reconstruction d’un pays en ruines : la RDA. Moi j’admire.
    Aujourd’hui, on trouve moyen de la traiter de nazie alors que c’est elle qui tient l’Europe à bout de bras.

  4. A propos de « D’autre part je fais aussi la différence entre la grande masse des allemands, dont ceux payés une misère suite aux lois Hartz et leur oligarchie politico-financière » : (soupir) on est toujours obligée de ramer contre la désinformation orchestrée par la France pour faire croire qu’il y a une fracture sociale allemande égale à la fracture sociale française. C’est faux. Les lois Hartz Iv ne sont rien en comparaison des lois françaises qui poussent des gens en fin de droits à aller s’immoler chez Pole Emploi.
    En Allemagne, il est autorisé de gagner de l’argent en plus de Hartz IV. C’est une chose que ne comprennent pas les Français parce qu’ils croient à fond à la propagande germanophobe.
    Comment expliquez-vous la relative paix sociale en Allemagne ? Parce que les gens sont des abrutis ?
    Il n’y a que les personnes qui se donnent la peine de venir passer quelques jours chez l’habitant en Allemagne qui remarque IMMÉDIATEMENT qu’on leur ment du matin au soir sur la situation sociale et qu’il y a un monde entre un pays comme la France qui a zéro respect pour ces citoyen.ne.s et un pays qui les respecte un minimum.

  5. @Euterpe

    Merci de ne pas mettre tous les Français dans le même panier. Cet amalgame n’est pas « correct ».

  6. @Euterpe

    De votre part, je trouve ces propos totalement irresponsables, excessifs et peu respectueux, à vrai dire. Il n’y a jamais rien eu de « germanophobe » dans les propos de Yann.

    Je connais la phyto. Euterpe, je vous conseillerais vivement de prendre un mélange de pétales de coquelicot (10 g/l) et d’aubépine (10 g/l). Au delà, ce ne serait pas « raisonnable ». Attention : l’aubépine n’est pas conseillée aux hypo-tendu.e.s ! Concernant le pétale de coquelicot, il est remarquable. Il augmente le sommeil lourd au détriment du sommeil paradoxal. C’est un somnifère léger.

  7. @ Denis : en quoi mes propos seraient-ils irresponsables, je vous prie ? Je n’ai pas parlé de germanophobie la première fois et telle n’était pas mon intention mais l’excès appelle l’excès, car quand Yann a la mauvaise foi de dire que je remonte à Mathusalem (pardon Charlemagne), alors que c’est lui-même qui évoque le traité de Versailles, vous m’excuserez, ce n’est pas très respectueux. Je vous rappelle que l’histoire franco-allemande est ma spécialité et je ne crois pas que ce soit la sienne à la lecture de cet article.
    Nous autres expatrié.e.s nous lisons partout les mêmes contre-vérités sur l’Allemagne de la part des Francais.e.s….(Hartz IV et Cie) et je suis vraiment désolée de lire les mêmes jugements de confort, ici.
    En effet, je ne vois pas ce que cela apporte de revenir sur des histoires de dettes qui ont été annulées hier par des gens qui sont morts depuis longtemps à propos d’histoire que la plupart des gens ne comprennent plus et interprètent à la sauce du moment pour s’en prendre aujourd’hui à des gens qui n’étaient pas nés à cette époque. L’Allemagne d’hier en a assez bavé, je le répète. Et elle a payé. Cher.
    Maintenant, il y a une Allemagne d’aujourd’hui et c’est elle l’interlocutrice.
    Mais vous avez raison, je prends cela trop a coeur. La prochaine fois, je me contenterai d’un haussement d’épaules désabusé.
    Néanmoins, merci beaucoup pour la recette ! Je vais l’essayer. J’ai effectivement un sommeil très pourri en ce moment.

  8. @Euterpe

    A vous lire, j’ai la fâcheuse impression que nous pourrions croire que ces pauvres Waffen-SS furent des victimes. Je n’ai jamais cru à la banalité du mal et encore moins au fait que le nazisme ait échoué en Allemagne. A l’époque, elle était la « lumière » intellectuelle de l’Europe.

  9. @Denis

    Il serait en effet difficile d’expliquer aux russes et ukrainiens et bien sur juifs que les SS furent des victimes. Banalité du mal j’y crois un peu plus que toi, les juifs ne furent ils pas à cette époque victimes du narcissisme des petites différences et de rivalité mimétique?

  10. @Yann

    Je faisais référence aux personnes qui, de mon point de vue, n’ont rien de banal. Banaliser, c’est de mon point de vue, nier la singularité des camps. Ça n’avait rien de « banal ».

  11. Oui si les causes sont banales dans ce cas les conséquences sont effectivement singulières.

  12. @Yann

    Les causes ne me semblent pas banales, héritées très largement de ce qui s’est produit en 14-18. Ni les causes, ni les hommes, ni les conséquences ! Il n’y a rien de banal.

  13. Le Traité de Versailles a été annulé tout simplement parce qu’en République ceux qui l’avaient signé ne se sont plus rappelé qu’il n’y avait plus de Roi de France à Versailles. et de ce fait il était caduc.
    C’est pourtant pas si compliqué à comprendre l’Histoire; enfin c’est le genre de réponse que les bacheliers apportent sur leurs copies…

Laisser une Réponse

*